Première en Algérie : Plus de candidats indépendantes que des partisants

L’Algérie lance la campagne pour les élections législatives anticipées

L’Algérie a lancé hier une campagne pour les élections législatives anticipées en prévision du scrutin qui doit avoir lieu le 12 juin.

La campagne se poursuivra jusqu’au 8 juin, a annoncé l’Instance nationale indépendante pour les élections (ANIE).

Les prochaines élections législatives se tiendront pour la première fois après le soulèvement du 22 février 2019 contre le régime de l’ancien président Abdelaziz Bouteflika. Quelque 1 483 listes électorales se sont inscrites pour prendre part aux scrutins, dont 837 indépendantes et 646 listes représentant 28 partis politiques.

Elles sont composées de plus de 25 000 candidats qui se disputent 407 sièges à l’Assemblée populaire nationale.

C’est la première fois dans l’histoire du pays que le nombre de listes indépendantes dépasse celui des listes de partis, après l’adoption il y a plusieurs mois d’une loi électorale visant à soutenir financièrement les jeunes candidats de moins de 40 ans, dans le but de financer leurs campagnes.

Début mars, le président algérien Abdelmadjid Tebboune a publié un décret dissolvant l’Assemblée populaire nationale, en place depuis l’ère de Bouteflika, et a appelé à la tenue d’élections législatives anticipées.

Le Front des forces socialistes (FFS), le Parti des travailleurs (gauche), le Rassemblement pour la culture et la démocratie sont parmi les groupes qui ont annoncé le boycott des élections, affirmant que la situation constitue une tentative d’imposer une nouvelle feuille de route politique.

Middle East Monitor, 21 mai 2021

Etiquettes : Algérie, élections législatives, listes électorales, candidats indépendant, partis politiques,