Robles au Maroc : « On ne joue pas avec l’Espagne »

Margarita Robles met en garde le Maroc : « One ne joue pas avec l’Espagne. Nous n’accepterons pas le moindre chantage ».

La ministre de la Défense, Margarita Robles, a accusé jeudi le Maroc de soumettre l’Espagne à un « chantage » à la frontière avec Ceuta et de violer les règles du droit international. « Nous n’accepterons pas le moindre chantage ou la moindre remise en cause de l’intégrité territoriale », a-t-il prévenu. « Nous n’accepterons pas de chantage, l’intégrité de l’Espagne n’est pas négociable ni en jeu et nous utiliserons tous les moyens nécessaires pour garantir l’intégrité territoriale et surveiller les frontières », a déclaré avec force M. Robles dans une interview sur RNE, recueillie par Europa Press. Dans ce contexte, il a accusé le Maroc de violer les règles du droit international en « jetant » ses citoyens, y compris des mineurs, pour traverser la frontière avec l’Espagne, et a insisté sur le fait que la position du gouvernement est « énergique » contre ce type de « chantage ». « Il ne faut pas badiner avec l’Espagne », a-t-il prévenu. M. Robles a parlé d’une crise « très grave » qui, selon lui, ne peut être « négligée » et espère que le Maroc a « tiré les conclusions » de la réponse de l’Espagne et de l’Union européenne. J’espère que le Maroc se conforme aux règles minimales du droit international », a-t-il déclaré. Il s’agit d’une agression contre les frontières de l’Espagne et de l’Union européenne, ce qui n’est pas acceptable en droit international ». Il a également mis l’accent sur l’aspect humanitaire de la crise, accusant le Maroc d' »utiliser » les enfants « en contournant toute règle de droit international ». Contre cette attitude, il a salué l’exemple donné par les membres des forces armées, de la police nationale, de la garde civile et des ONG qui secourent les personnes arrivant à Ceuta. « J’aime à penser que le Maroc respectera les normes minimales et aura tiré des conclusions. Il y a une conclusion très claire, c’est que nous n’accepterons pas de chantage », a-t-il réitéré, soulignant que sur la scène internationale, l’Espagne est un pays « sérieux, solide et fiable ».

Le Maroc « saura en tirer les conséquences ».

La ministre de la Défense a également reconnu qu’elle ne comprend pas l’objectif du Maroc avec ce « chantage », car « ils ne pourront pas faire face à l’Espagne ». Elle a cité le Maroc comme un « voisin et ami » mais estime qu’il doit « reconsidérer ce qu’il a fait ». « Je suis sûr que la diplomatie marocaine saura en tirer les conséquences », a-t-il dit. Sans donner de détails sur le déploiement militaire, M. Robles a rappelé que les forces armées ont une présence permanente à Ceuta, comme à Melilla et dans presque toutes les villes espagnoles, et a expliqué qu’elles travaillent à la frontière en coordination avec les troupes des forces et corps de sécurité de l’État. En outre, il a défendu les performances et le « professionnalisme » des services de renseignement, bien qu’il ait évité de donner des détails car le travail des 3 000 membres du Centre national de renseignement (CNI) est toujours secret. Mme Robles a également défendu la décision de la ministre des Affaires étrangères, Arancha González Laya, d’accueillir le chef du Front Polisario, Brahim Ghali, en Espagne pour des raisons humanitaires, qui, a-t-elle rappelé, « sont une autre composante du droit international ». Il a déclaré qu’il n’était pas dans le détail de l’affaire car la décision correspondait à Laya, mais a insisté sur le fait que « les déclarations humanitaires sont prévues par le droit international ».

Appels à l’unité à PP et Vox

En ce qui concerne la position des partis d’opposition, il a demandé de soutenir le gouvernement et de laisser de côté la politique « partisane » dans les affaires d’État comme celle-ci ou comme l’a été la pandémie. Il a notamment reconnu qu’il ne comprend pas les critiques du gouvernement du président du PP, Pablo Casado, à qui il a demandé de faire de la « vraie » politique. « Je comprends qu’un parti veuille atteindre le gouvernement, mais pour ce faire, vous ne pouvez pas faire de la politique partisane et affaiblir ce pays », a-t-il appelé en référence au « populaire ». Il a également critiqué la position de Vox, qui a déclaré que faire de la « politique » avec des questions telles que l’accueil des mineurs immigrés montre « un manque d’humanité et de sensibilité ». Et il a souligné que les forces armées ne peuvent être « patrimonialisées » par quiconque et qu’elles démontrent chaque jour par leur travail qu' »elles doivent servir tous les citoyens », indépendamment de tout positionnement politique. Après le leader de Vox, Santiago Abascal, a demandé à Ceuta une militarisation de la frontière, Robles a exclu l' »opportunisme dans la politique » et a critiqué que vous voulez obtenir « la rentabilité dans la clé partisane » de questions comme celle-ci. Face à cela, il a exclu que la position de United We Can sur le Sahara n’ait rien à voir avec la crise avec le Maroc et a assuré que le gouvernement est uni pour envoyer au Maroc un message « fort ».

MSN, 20 mai 2021

Etiquettes : Maroc, Espagne, Ceuta, migration, pression migratoire, chantage, marocains, espagnols, Margarita Robles,