DW : Pourquoi le Sahara occidental est-il une pomme de discorde entre le Maroc et l’UE ?

L’incursion de migrants marocains dans l’enclave espagnole de Ceuta est liée au conflit du Sahara occidental.

Le raid de jeunes Marocains sur l’enclave espagnole de Ceuta est apparemment basé sur les tensions entre le Maroc et l’Espagne dans le conflit sur le Sahara occidental. Nous répondons ici aux questions les plus importantes.

Quel est l’objet de la crise entre l’Espagne et le Maroc ?

Le ministre marocain des droits de l’homme, Mostafa Ramid, a critiqué l’Espagne pour avoir offert un refuge au chef du Polisario, le mouvement indépendantiste du Sahara occidental, Brahim Ghali. Le gouvernement de Madrid a accepté que le Ghali, souffrant du COVID, reçoive un traitement médical dans un hôpital espagnol. L’afflux de jeunes Marocains à Ceuta est apparemment destiné à faire pression sur l’Espagne pour qu’elle cesse de traiter le Ghali. Aujourd’hui, l’Espagne a rouvert une vieille affaire judiciaire contre le leader du Polisario.

Que craint le Maroc ?

Le gouvernement de Rabat craint que sa revendication de souveraineté sur le Sahara occidental ne soit remise en question par le traitement du Ghali. Elle avait espéré une reconnaissance internationale de sa souveraineté après que le président américain de l’époque, Donald Trump, eut déclaré en décembre dernier qu’il la reconnaîtrait. Avec cette promesse, Trump s’est rendu au Maroc pour rétablir des relations diplomatiques complètes avec Israël.

Quelle est la position de l’Allemagne sur ce conflit ?

Le Maroc est également en désaccord avec l’Allemagne sur le statut du Sahara occidental. Au début du mois de mai, le Maroc a retiré son ambassadeur de Berlin. Rabat accuse le gouvernement allemand d’avoir une « attitude destructrice » dans cette affaire. L’Allemagne avait critiqué la décision de Trump et appelé à une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU sur la question.

Quelles sont les origines du conflit ?

Les tensions datent de 1884. Lors de la « Conférence du Congo », de grandes parties de l’Afrique ont été divisées entre les puissances coloniales européennes de l’époque. Dans le processus, la bande connue aujourd’hui sous le nom de « Sahara occidental » est tombée dans la sphère d’influence de l’Espagne. En 1976, l’Espagne a commencé à libérer ses positions au Sahara Occidental. Le Maroc et la Mauritanie ont ensuite revendiqué le territoire. La Mauritanie a renoncé à ses revendications territoriales en 1979. Le Maroc a alors également occupé le sud du Sahara occidental.

Qu’est-ce que le Polisario ?

En 1973, le Polisario (Front populaire pour la libération de la Saguia el-Hamra et du Rio de Oro) est fondé. Les deux régions mentionnées dans le nom forment ensemble le Sahara occidental. Le but de l’organisation : l’indépendance étatique du Sahara Occidental. Après que de plus en plus de Marocains se soient installés dans la région au milieu des années 1970, le Polisario a proclamé la « République arabe sahraouie démocratique » (RASD) en février 1976. Peu après, des affrontements armés avec l’armée marocaine ont commencé. Le Polisario a été soutenu par l’Algérie. De nombreux réfugiés du Sahara occidental y vivent, notamment dans le camp de réfugiés près de Tindouf.

Pourquoi le Sahara occidental est-il si important ?

Le Sahara occidental est une zone économiquement très attractive en raison de ses ressources minérales. Ses gisements de phosphate sont considérés comme les plus importants au monde. Quelque 72 % de toutes les réserves connues à ce jour se trouvent sur son territoire, ainsi qu’au Maroc. Avant le cessez-le-feu de 1991, le Maroc avait commencé à construire un « mur de protection », laissant les régions riches en ressources à l’intérieur de son territoire.

Quel est le statut juridique du Sahara occidental ?

Le DARS est actuellement reconnu par quelque 50 États, ainsi que par l’Union africaine (UA). En outre, le DARS est membre de l’Union africaine (UA) depuis 1984, une circonstance qui a conduit le Maroc à se retirer de l’UA la même année. Ce n’est qu’en 2017 que le Maroc est revenu dans les rangs de l’UA. Le DARS ne dispose pas actuellement d’un siège aux Nations Unies. L’automne dernier, le Conseil de sécurité des Nations unies a prolongé le mandat de la mission au Sahara occidental, la MINURSO. Mais dans le texte correspondant, le référendum précédemment demandé par l’ONU n’apparaît plus.

DW, 19 mai 2021

Etiquettes : Maroc, Espagne, Ceuta, Sahara Occidental, front Polisario, migration, pression, migratoire, chantage,