Algérie : Le temps des vaches maigres

L’ère des pétrodollars débordants n’est plus qu’un souvenir d’un baril flambant au-delà de 100 dollars dont l’Algérie, sous Bouteflika, n’a malheureusement pas profité. Désormais, les temps sont durs. Après une longue période de vaches grasses, l’Algérie va devoir faire face à un contexte économique et social extrêmement délicat avec un baril de pétrole qui a bien du mal à dépasser la barre des 60 dollars ; donc nettement insuffisant pour subvenir à nos besoins incompressibles.

Le projet de loi de finances complémentaire (LFP) pour 2021 porte, comme il fallait bien s’y attendre, le sceau de la rigueur. Il décline par les chiffres le drame de notre système économique rentier qui fonctionne comme un tube digestif relié à Hassi Messaoud. Ainsi, le budget de la LFC 2021 table sur des recettes d’exportation somme toute bien modestes de l’ordre de 24 milliards de dollars contre des importations absolument incompressibles qui s’élèvent à hauteur de 30,4 milliards de dollars.

En termes simples, nous allons dépenser nettement plus que ce que nous allons gagner. La balance des paiements affichera en effet, d’après les prévisions de la LFC, un déficit qui avoisine les 4 milliards de dollars. Et, forcément, la valeur de notre pauvre dinar va sans doute dévisser. Ce tableau de bord confirme que malgré la compression substantielle des importations, la facture reste encore lourde. La faute aux transferts sociaux et autres subventions des produits de large consommation qui grèvent le budget de l’État mais aussi à l’augmentation du budget de l’équipement qui a connu depuis deux ans une stagnation qui aura lourdement impacté l’investissement.

Il va sans dire que le budget de la LFC 2021 prévoit une coquette somme pour la tenue des élections législatives surtout que le président Tebboune a décidé, pour la première fois, de faire prendre en charge par l’Etat les dépenses de tous les candidats âgés de moins de 40 ans. Et pour cause ! En termes financiers, cette lourde dépense va sûrement avoir un effet sur le déficit global du budget qui va atteindre selon les prévisions de l’avant-projet de la LFC la bagatelle de 4000 milliards de dinars.

De fait, les perspectives s’annoncent d’ores et déjà brumeuses pour les finances publiques et plus généralement pour l’économie nationale. On devine aisément le souci des pouvoirs publics d’éviter les décisions qui choquent à la veille d’un scrutin législatif extrêmement sensible qui plus est dans un contexte politique, le moins que l’on puisse dire, vicié. Pour autant, et au train où vont les choses, l’Algérie aura du mal à échapper à l’iceberg de la planche à billets ou pire encore à l’endettement extérieur assimilé par la doxa officielle à une « perte de souveraineté économique ».

Imane B.

L’Est Républicain, 18 mai 2021

Etiquettes : Algérie, crise économique, crise financière, pétrole, chute des prix, LFC 2021, loi des finances, budget,