Algérie: Chapelets (…) et cris de haine

Par B. Chellali


La réalité sociologique et politique a toujours conduit les ennemis de la Patrie à tenir compte qu’ils ne pourront à aucun moment, aucune circonstance captée l’adhésion des masses à leur aventure caractérisée par des assauts répétés à l’encontre de la stabilité générale du pays. D’où a-t-on assisté ces derniers temps à cette poussée de pressions subversives trop extrémistes à travers le verbe et la parole et qui semblent impénétrables que les destinées divines. De Mohamed Zitout (Rachad) à Ferhat Mehenni (MAK) en passant par les résidus de l’ex-FIS et des abonnés de la chaine de télévision El Magharibya ce n’est en fait qu’un groupe de laquais porte-parole des ennemis de la nation qui tentent d’imposer le chaos et servir en même temps des parties étrangères.

Lors de sa réunion de mardi, le Haut Conseil de Sécurité(HCS) présidé par le président de la République chef suprême des Forces armées, ministre de la Défense nationale s’est penché sur les actes hostiles et subversifs commis par les mouvements dits Rachad et MAK pour déstabiliser le pays et attenter à sa sécurité. Le HCS a décidé au cours de cette réunion, de classer ces deux mouvements extrémistes sur la liste des organisations terroristes et de les traiter comme telles. Cette décision est incontestable et elle intervient suite à des preuves convaincantes et vérifiables. Dans ce genre de situation, et à ce niveau d’abstraction, il est certain que des détails foudroyants contre Rachad et le MAK seront révélés dans les prochaines jours.

A travers cette décision attendue et singulière, par les preuves, on relève que c’est une réplique officielle à ces deux mouvements totalement orientés vers la déstabilisation de l’Algérie tout en étant financés par des officines étrangères (il n’y a aucune partie étrangère, qui vous donne de l’argent et qui ne demande pas un retour…).En effet, Rachad mène depuis des années une campagne de mensonges, matraquage, dénigrement que ses animateurs, Mohamed Zitout injecte et ballote, depuis Londres pour tenter de dominer les consciences et caporaliser la jeunesse, aidé par la chaine de télévision El Magharibya (propriété des fils d’Abassi Madani. Ferhat Mehenni (MAK) dont l’âme a été anéantie par le Makhzen et le Mossad est présent dans l’actualité pour mettre en exécution la partition de l’Algérie comme voulue par certaine capitale étrangère et mise beaucoup sur l’adhésion du peuple Kabyle. Faux rêves, fausse illusion la Kabylie ne s’est jamais soumise à ce traitre manipulé par nombre de services secrets étrangers. A ce propos, il est à rappeler qu’aucune partie étrangère n’a le doit d’indiquer à un pays souverain comment manier ses propres affaires internes, voire sa politique étrangère. Un droit de regard sur la gestion des affaires internes, qui a juste titre est considéré comme une admissible atteinte à la souveraineté nationale.

L’enjeu est important : il ne faut pas permettre à ces traitres de faire régner la « terreur sociale » visant la dislocation de la société algérienne. Il faut cependant noter, en parlant de contestation, de manifestations et d’actes subversifs, que le but recherché n’est tout autre que l’expression et la volonté d’une conspiration ourdie de l’étranger. C’est en effet, chapelets (…) et cris de haine contre la stabilité de l’Algérie qu’on entend dont les « clameurs » ont ce souci permanent à chercher à faire ressurgir particulièrement une prétendue orthodoxie extrémiste qui leur est propre à travers des voies subversives. Des clameurs qui sont en train de brocarder au travers d’un activisme visant la sérénité du moment, notamment à la veille des élections législatives du 12 juin prochain. Il s’agit de fait d’individus totalement opposés au redressement du pays et à l’espoir populaire pour un lendemain meilleur. Un espoir que les ennemis de la Patrie, ceux qui tiennent revenir sur la scène politique, devinent clairement en « négative », tant et évidente leur volonté de folâtrer la cohésion nationale. Aussi la conspiration de Rachad et du MAK sous la dictée de parties étrangères relève d’un « terrorisme psychologique »exercé en continu sur la société aux fins de semer l’anarchie et la désobéissance civile, est une trahison des intérêts suprêmes de la nation. Il y a une dramaturgie sous-jacente derrière laquelle on recherche une certaine politique belliciste pour intimider le peuple et le provoquer.

Ainsi le classement de Rachad et du MAK sur la liste des organisations terroristes se veut un avertissement sur leurs manœuvres tendancieuses, il faut donc croire qu’elles sont réelles et il n’est plus possible à présent de les camoufler. Aujourd’hui sont manœuvres sont perçues avec plus de preuves, de justifications et tout le monde sait quels sont les responsables en l’occurrence Rachad et le MAK appointés aux résidus de l’ex-FIS et aux faux démocrates et à certains acolytes qui ont des comptes à régler avec l’Algérie.

Le Maghreb, 20-05-2021

Etiquettes : Algérie, Rachad, MAK, organisation terroristes, déstabilisation,