Maroc-Espagne : Un tournant dans les relations bilatérales qui rappelle la crise de l’ilôt de Leïla

« C’est pire que Perejil » : tension maximale au sein du Gouvernement par la crise avec le Maroc

Le gouvernement estime que Rabat devra « rétropédaler » après l’avalanche de Ceuta. Cette crise constitue un tournant dans les relations hispano-marocaines, similaire au conflit lié à la prise de l’île en 2002.

« C’est pire que Perejil ». Le gouvernement de Pedro Sanchez n’a pas mis un baume sur la gravité de la crise diplomatique entre l’Espagne et le Maroc par l’avalanche migratoire qui a débordé de Ceuta. M. Sánchez se concentre désormais sur la résolution du conflit, que des sources diplomatiques considèrent comme un tournant dans les relations hispano-marocaines, similaire à la prise de l’îlot Perejil en 2002, indiquent des sources diplomatiques à Vozpópuli.

Le gouvernement estime que Rabat « devra reprendre la bobine » et « rapidement ». L’Espagne a dû déployer l’armée à la frontière de Ceuta et Sanchez, qui a le soutien du chef de l’opposition, Pablo Casado, et des principales institutions européennes, a lancé un avertissement sévère au Maroc. Le président a déclaré qu’il utiliserait tous les moyens nécessaires pour défendre « l’intégrité de l’Espagne » et qu’il renverrait toutes les personnes entrées irrégulièrement en Espagne dans le cadre des accords qu’elle a signés avec le pays du Maghreb.

« Le Maroc est l’un des principaux bénéficiaires de l’aide financière de l’Union européenne et il existe une zone de libre-échange entre les pays de la Méditerranée et l’Union. Si l’Espagne baisse son pouce en Europe, l’effondrement du Maroc serait total », expliquent diverses sources à ce journal.

« Le Maroc est devenu incontrôlable ».

Devant la passivité des autorités marocaines, au moins 8 000 personnes ont franchi la frontière avec l’Espagne à Ceuta en un peu plus de 24 heures. Les images ont été vues dans le monde entier. Et la ville autonome vit une sorte d’état d’urgence face à l’avalanche de migrants, qui ne peuvent être logés ou pris en charge nulle part. Beaucoup d’entre eux sont des mineurs.

Le gouvernement comprend qu’il y a eu « une agression à nos frontières, et cela ne peut pas faire partie des bonnes relations avec le Maroc ». Ces sources supposent que ce qui s’est passé a l’approbation explicite de Mohammed VI ou de son entourage. Mais ils estiment également que « la situation est devenue incontrôlable ».

Le déclencheur de la crise, que le gouvernement ne reconnaît pas, est l’hospitalisation d’un dirigeant du Front Polisario en Espagne. La position de Sánchez et, surtout, de son partenaire de coalition Podemos, en faveur du référendum d’autodétermination au Sahara est au centre du conflit presque depuis que le président socialiste a pris ses fonctions en 2018. « On le voyait venir depuis décembre, lorsque les cayucos ont commencé à arriver aux Canaries en provenance du Maroc et que les réunions de haut niveau entre Sánchez et Mohamed VI ont été annulées d’abord en décembre, puis en février », expliquent-ils.

La Moncloa estime que l’ampleur de la crise dépasse celle de Perejil en 2002. Rabat a envahi cet îlot inhabité sous souveraineté espagnole. Le gouvernement de José María Aznar a répondu par une opération militaire visant à récupérer le territoire. Il n’y a pas eu de décès. L’épisode a tendu les relations hispano-marocaines pendant des années, comme cela devrait se produire maintenant après les événements de Ceuta : « Il sera très difficile de reconstruire les ponts, car l’Espagne, ne l’oublions pas, a été obligée de déployer l’armée ».

Échec des voies diplomatiques

La grande cible au sein du gouvernement est la ministre des Affaires étrangères, Arancha Gonzalez Laya. Toutes les voies diplomatiques ont échoué. Et il y a ceux qui disent que Laya n’a pas eu la délicatesse de traiter avec les autorités marocaines d’une question aussi sensible que l’hospitalisation de ce leader du Front Polisario. « Si cela nous dérange, nous les Espagnols, que la Belgique ait (Carles) Puigdemont en libre circulation, il faut multiplier cette indignation par mille pour comprendre ce que cela signifie pour le Maroc au sujet du Sahara », disent plusieurs analystes à ce journal.

Tous les canaux diplomatiques entre l’Espagne et le Maroc ont échoué dans cette crise. Les trois canaux de communication habituels sont au niveau des maisons royales, au niveau des ambassadeurs à Rabat et à Madrid et au niveau des ministères des affaires étrangères. L’Espagne et le Maroc ont historiquement eu recours à ces canaux pour résoudre des conflits spécifiques et préserver leur relation globale. Tout cela a volé en éclats à Ceuta.

Le gouvernement tente également de jouer le jeu au niveau international. Le soutien des institutions européennes a été retentissant, notamment de la part de la Commission européenne et du Conseil européen. Mais, comme dans le cas de Perejil, d’autres pays, comme la France, sont restés en retrait. Les États-Unis ne sont pas intervenus pour l’instant, bien que leur département d’État ait été informé d’une communication avec Rabat pour aborder le conflit israélo-palestinien.

Voz Populi, 19 mai 2021

Etiquettes : Maroc, Espagne, Sahara Occidental, Front Polisario, Brahim Ghali,