Immigration clandestine en Espagne : Les Algériens représentent 71 % des migrants

Apparemment, rien n’arrête les migrants algériens quiaffrontent toutes sortes de dangers, ne craignant rien ni personne et décidés d’arriver à la destination qu’ils ont choisie pour s’y établir.

En effet, malgré la pandémie qui fait rage en Europe et qui décime ses habitants par milliers, les contaminations qui se poursuivent, les dangers de la mer et la surveillance continue des Garde-côtes aussi bien algériens qu’étrangers, ce sont de vagues de migrants de toutes nationalités qui débarquent sur la rive Nord de la Méditerranée.

Pour l’Espagne, ce sont les Algériens qui ont la « cote » car ayant été les plus nombreux à débarquer dans ce pays en 2021, c’est par dizaines qu’ils arrivent à bord d’embarcations de fortune ou de navettes rapides qu’ils abandonnent sur les plages.

Ainsi et selon l’Agence Européenne de garde-frontières et de garde-côtes (Frontex) entre le 1er janvier et le 28 février 2021, ce ne sont pas moins de 887 migrants algériens qui ont débarqué illégalement en Espagne. Ce chiffre est de loin le plus important comparé aux autres nationalités arrivées sur la péninsule ibérique.

Selon les statistiques de l’agence européenne, les migrants illégaux algériens arrivés en Espagne représentent 71% du nombre total des personnes ayant effectué la traversée vers l’Espagne, le reste c’est-à-dire les 29 % proviennent du Maroc avec 357 migrants clandestins.

En tout, ce sont 1.234 immigrés qui ont pu rejoindre la péninsule ibérique par voie maritime pendant le mois de février 202, un chiffre qui selon Frontex reflète une baisse significative estimée à 47 % par rapport à la même période en 2020. Cette baisse est due essentiellement aux conditions météorologiques défavorables qui avaient caractérisé les mois de janvier et février ce qui a quelque peu réduit le flux de migrants, les passeurs ne voulant pas s’aventurer par mauvais temps.

Le corridor algéro espagnol est aussi emprunté par les migrants marocains qui traversent les frontières terrestres près d’Oujda pour ensuite s’embarquer à partir d’Oran en direction d’Almeria (Espagne). Par ailleurs et, pas plus loin que vendredi passé, ce sont 8 jeunes Algériens sans papiers qui ont été interceptés par la police espagnole dans la campagne d’Almeria. L’on rapporte que ces jeunes auraient utilisé une navette rapide qu’ils avaient abandonnée après avoir débarqué sur les côtes espagnoles. La Guardia civil a trouvé cette navette échouée sur une des plages et ses occupant auraient quitté les lieux dans la précipitation de peur d’être interceptés par la police espagnole

Le Provincial, 15 mars 2021

Etiquettes : Algérie, migration, harga, harragas, Espagne, pateras,