Algérie/ Une situation encore sous contrôle

Souvent nous avons cette désagréable sensation d’être des oiseaux de mauvais augures et des empêcheurs de tourner en rond. Comment ne pas avoir cette sensation quand nous répétons, à longueur de temps, que la pandémie est toujours menaçante et bien présente, alors qu’une grande partie des Algériens est bien convaincue que le plus dur est passé. Elle en est tellement convaincue que beaucoup ne voient plus aucun intérêt à observer un quelconque geste barrière et se comportent comme si le virus avait complètement disparu.

Leur conviction est tellement forte, qu’ils en veulent presque au peu de personnes qui respectent encore le port de masque et la distanciation physique. C’est un peu le monde à l’envers, mais c’est malheureusement bien ce qui se passe sur le terrain. Les tendances s’inversent et le logique cède le pas face à l’absurde et à l’insouciance.

Maintenant qu’en est-il vraiment sur le terrain ? Force est de reconnaître qu’après une légère hausse, la situation semble se stabiliser ces tout derniers jours. Elle se stabilise, mais est loin de la courbe baissière qu’on entend ici et là. Car quoi qu’il en soit et face aux comportements de plus en plus désinvoltes de beaucoup de nos concitoyens, tout reste précaire, et tout peut changer du tout au tout, car on ne maintient pas et de manière soutenu, ce qui aurait pu nous mettre définitivement à l’abri des mauvaises surprises.

La chose est d’autant plus précaire quand on sait que la campagne de vaccination est quasiment inexistante, puisque à ce jour moins de 1% de la population algérienne est vacciné. Et on parle de plus en plus d’une vaccination d’élite qui ne peut en aucun cas garantir cette immunité générale salvatrice.

Reste par ailleurs, les autres explications avancées pour expliquer la relative faiblesse des cas de contamination au virus dans notre pays. La saisonnalité supposée du virus qui devient beaucoup moins virulent avec des températures élevées et l’humidité, mais aussi cette supposée immunité collective développée par les Algériens, touchés à des degrés différents par le virus sans le savoir. Deux explications qui sont loin de faire l’unanimité au sein de la communauté scientifique et médicale nationale, dont une partie explique les chiffres communiqués par le peu de tests réalisés, comparativement aux autres pays.

Mais il faut reconnaître, que tests ou pas, il n’en demeure pas moins que dans les hôpitaux les services covid sont loin de connaître une quelconque pression et la situation est largement sous contrôle. Du moins pour le moment.

Par Abdelmadjid Blidi

Ouest Tribune, 19 mai 2021

Etiquettes : Algérie, coronavirus, covid 19, pandémie, contaminations, crise sanitaire, ouverture des frontières,