Vidéo: Pluie de cailloux sur l’armée déployée par l’Espagne à la frontière avec le Maroc

Les candidats à la migration illégale ont violemment attaqué avec des cailloux les unités militaires et policières déployées par l’Espagne dans la frontière avec le Maroc. Les détails dans cette dépêche du journal OK Diario.

Les immigrants clandestins au Maroc accueillent l’armée avec une pluie de pierres

L’armée est déjà sur la plage de Ceuta. Plus d’une centaine d’agents de la police nationale et de la garde civile, ainsi que des troupes du groupe de réguliers de Ceuta n° 54 et de la Légion, ont été déployés dans la bande espagnole de la digue du Tarajal de Ceuta, point par lequel ce lundi ont réussi à entrer illégalement dans la ville plus de 6 000 personnes. Du côté marocain, un groupe important de personnes tentant de traverser a commencé à jeter des pierres sur les agents gardant la digue.

Mardi à l’aube, les troupes de l’armée avaient pris position sur le rivage de la plage de Tarajal, près des rochers qui marquent la fin du territoire espagnol et le début du Maroc. Une section de Regulars, avec une cinquantaine de soldats, a été déployée sur la plage ainsi que deux véhicules blindés de transport de troupes BMR armés de mitrailleuses, plus deux autres qui restent dans la zone asphaltée qui donne accès à la plage.

Le déploiement a eu un effet dissuasif, car les flux entrants ont été considérablement réduits. Le flux d’immigrants a diminué et, selon les sources militaires expliquent à OKDIARIO, ce mardi les entrées à Ceuta vont à rythme de « goutte à goutte » par rapport à la journée de lundi. Du moins dans ce point géographique.

Elle a également déployé un bon nombre d’agents de la police nationale, qu’il s’agisse de membres de la sécurité publique ou de membres spécialisés dans le contrôle des foules et des émeutes. Ces derniers ont formé une ligne de défense à la clôture de Tarajal elle-même. Des membres de la Garde civile, équipés de tenues anti-émeutes et de boucliers de protection, sont également présents dans la zone.

Le renforcement de la sécurité à ce point, où sont entrées hier plus de 6 000 personnes en situation irrégulière – dont une bonne partie de mineurs – a mis en émoi la masse d’immigrants qui attendaient de passer à la nage mardi. Des centaines de personnes ont commencé à jeter des pierres contre la barrière où se trouvent les agents. Jusqu’à présent, aucun d’entre eux n’a causé de blessures aux fonctionnaires espagnols.

Plus de 6 000arrivées

Selon le ministre de l’Intérieur, Fernando Grande-Marlaska, 1 500 des 6 000 immigrants entrés illégalement à Ceuta au cours des dernières heures ont déjà été renvoyés au Maroc.

Marlaska a assuré mardi que les retours se poursuivront pour « renverser la situation » et en ce qui concerne les quelque 1.500 mineurs qui se trouvent parmi les immigrés qui appliqueront « la loi, les traités internationaux et nos accords avec le Maroc » pour leur protection.

Il a également souligné que l’intervention a été articulée en patrouilles conjointes avec les forces armées pour assurer la sécurité publique. Du côté de l’Intérieur, la Grande-Marlaska a annoncé un renforcement d’une cinquantaine de troupes de la Garde civile sur les lieux de passage les plus probables à Ceuta. La police nationale, quant à elle, augmentera de plus de 150 agents à Ceuta, y compris les membres des unités d’intervention de la police et le personnel spécifique des services scientifiques et des étrangers et des frontières.

OK Diario, 18 mai 2021

Etiquettes : Maroc, Espagne, Ceuta, migration, Sahara Occidental, front Polisario, Brahim Ghali,