L’OTAN et l’Algérie renforcent leur coopération scientifique contre le terrorisme

La première activité de coopération scientifique entre l’OTAN et l’Algérie s’est conclue aujourd’hui (17 mai 2021) par l’élaboration de solutions technologiques utiles à la lutte contre le terrorisme. Il s’agit d’une étape importante dans l’engagement de l’OTAN au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

Dans le cadre du programme OTAN pour la science au service de la paix et de la sécurité (SPS), des experts d’Algérie, de France et de Suède ont mis au point la première technologie d’imagerie térahertz en Afrique du Nord. Ce système de balayage permettra de détecter des matières dangereuses, telles que des armes à feu et des explosifs, et aura donc des applications potentielles dans la protection des sites vulnérables contre les menaces terroristes.

Cette nouvelle technologie d’imagerie térahertz a été inaugurée lors d’une cérémonie d’inauguration virtuelle à laquelle ont participé des responsables de l’OTAN, des représentants de l’Algérie, de la France et de la Suède, ainsi que le groupe multinational de scientifiques qui a dirigé les recherches. Le secrétaire général adjoint de l’OTAN pour les défis de sécurité émergents, M. David van Weel, et le général Serir Aomar, doyen de l’École militaire polytechnique d’Algérie, y ont participé respectivement depuis le siège de l’OTAN et Alger.

Les participants de haut niveau à l’événement ont souligné la valeur de cette initiative non seulement dans la lutte contre le terrorisme, mais aussi comme exemple de coopération scientifique pratique entre l’OTAN et ses pays partenaires. Selon M. Alexandre Escorcia, représentant permanent adjoint de la France auprès de l’OTAN,  » l’achèvement de ce projet remarquable met en évidence l’importance des partenariats, qui sont l’une des grandes forces de notre Alliance.  » S.E. M. Mohamed Haneche, Ambassadeur d’Algérie en Belgique, a souligné que « Une priorité de notre coopération avec l’OTAN consiste dans le renforcement et la modernisation de l’appareil de défense et de sécurité de l’Algérie, ainsi que dans le développement du potentiel scientifique, technique et technologique, notamment par la formation, l’échange d’expériences, de bonnes pratiques et la recherche scientifique. » Mme Sara Uddenberg, chef adjoint de la mission de la Suède auprès de l’OTAN, a ajouté :  » Un tel projet conjoint renforce le réseau de scientifiques et d’experts de l’OTAN et des pays partenaires et contribue au transfert de connaissances et d’expertise. « 

Ce premier projet de coopération scientifique avec l’Algérie a été lancé au siège de l’OTAN en octobre 2017. Depuis, des chercheurs de l’Université Savoie Mont Blanc (France), de l’École militaire polytechnique (Algérie) et de l’Institut royal de technologie KTH (Suède) ont travaillé ensemble pour concevoir et développer un système d’imagerie et de détection térahertz. Un prototype de cette technologie a ensuite été mis en place à l’Ecole militaire polytechnique algérienne pour tester ses applications dans le monde réel. Les capacités de dépistage de cette technologie peuvent contribuer à la lutte contre le terrorisme et, grâce à des recherches plus poussées, pourraient également être étendues à d’autres applications, telles que les scanners corporels et la surveillance de l’environnement. Selon le général Aomar Serir, « le système mis en œuvre dans le cadre de ce projet peut être intégré et fonctionner en combinaison avec les systèmes de sécurité traditionnels déjà fonctionnels, et contribuer ainsi à accroître nos capacités de sécurité et de défense. »

« Ce projet a développé une technologie et une configuration qui permettront aux scientifiques algériens de continuer à faire avancer leurs recherches dans le domaine de l’imagerie térahertz. Son succès servira également de tremplin pour d’autres activités de coopération entre les Alliés de l’OTAN et l’Algérie, ainsi que d’autres partenaires du Dialogue méditerranéen. Le programme OTAN pour la science au service de la paix et de la sécurité continuera d’étudier les possibilités d’un soutien supplémentaire « , a déclaré M. Deniz Beten, conseiller principal pour le programme SPS et la coopération avec le Partenariat. Après le lancement de ce projet pluriannuel, d’autres activités avec l’Algérie dans le cadre du programme OTAN pour la science au service de la paix et de la sécurité ont débuté, notamment un projet de recherche et développement dans le domaine de la défense contre les agents chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires, ainsi que des stages de formation avancée en matière de lutte contre le terrorisme.

OTAN, 17 mai 2021

Etiquettes : Algérie, OTAN, NATO, coopération scientifique, Afrique du Nord, Science pour la paix et la sécurité, imagerie térahertz, lutte contre le terrorisme,