EXCLUSIF Airbus fait monter la pression sur ses fournisseurs en matière de production et de qualité

Le constructeur européen d’avions Airbus (AIR.PA) a ordonné à ses fournisseurs de démontrer dès que possible qu’ils sont prêts à produire davantage d’avions monocouloirs, dans une lettre qui révèle l’étendue des récents problèmes de qualité industrielle.

Dans la lettre adressée aux fournisseurs à la fin du mois de mars et consultée par Reuters, le directeur des achats, Juergen Westermeier, n’a pas donné d’objectifs spécifiques mais a demandé des « actions immédiates » pour se préparer à une augmentation de la production, ce qui constitue la dernière preuve d’une reprise des jets de milieu de gamme.

Airbus a refusé de commenter les contacts avec les fournisseurs.

La lettre directe d’Airbus met en évidence la faible marge d’erreur dont dispose le plus grand avionneur du monde pour relancer un écosystème industriel affaibli par la crise mondiale du tourisme.

Reuters a rapporté la semaine dernière qu’Airbus avait demandé à ses fournisseurs d’être prêts à produire 53 avions de la famille A320neo par mois d’ici à la fin de 2022, contre 40 actuellement et un objectif de 45 d’ici à la fin de 2021.

Airbus a refusé de commenter tout objectif préliminaire au-delà de 2021. Mais soulignant la planification avancée d’une production plus élevée, Airbus a exhorté les fournisseurs dans la lettre à « démontrer la préparation des taux et des capacités dès que possible ».

Les actions requises consistent notamment à s’assurer que les pièces sont commandées à temps auprès des sous-traitants des fournisseurs. Les fournisseurs doivent également mettre en place des « tampons appropriés » ou des stocks pour anticiper les futures augmentations de production.

Selon des sources du secteur, ce dernier point pourrait déclencher des négociations difficiles, car certains fournisseurs – mis à mal par la crise la plus grave qu’ait connue le secteur – hésitent à dépenser de l’argent sans garanties de paiement de la part des avionneurs, craignant de nouveaux revers dus au coronavirus.

Les jets moyen-courriers comme l’A320neo devraient être à la tête de la reprise, avec la réouverture des voyages régionaux en Chine, aux États-Unis et de plus en plus en Europe, assombrie par la crise sanitaire en Inde.

TROP DE PROBLÈMES

Airbus a également adopté une ligne dure concernant les problèmes de contrôle de la qualité qui perturbent ses usines ou affectent les opérations des compagnies aériennes.

En 2020, Airbus a connu 370 problèmes de qualité de la part de ses fournisseurs, soit l’équivalent de 1,6 par jour, dont la moitié a eu un impact sur les avions, indique la lettre.

« Nous sommes encore confrontés à trop de problèmes […] Nous comptons sur vous pour sécuriser avec rigueur et discipline un bien meilleur plan d’endiguement et de prévention », ajoute la lettre : « Notre première priorité est de relever la barre de la qualité ».

Airbus a donné aux fournisseurs « 72 heures maximum » pour contenir tout nouveau défaut de qualité une fois qu’il a été découvert. Rien ne permet d’affirmer que ces problèmes ont compromis la sécurité des compagnies aériennes, mais les analystes estiment qu’ils peuvent entraîner des retards de production coûteux.

Son rival américain Boeing (BA.N) est également confronté à des problèmes de qualité de production sur ses modèles les plus vendus.

Airbus exploite l’une des chaînes d’approvisionnement les plus précieuses au monde, avec 8 000 fournisseurs directs et 18 000 indirects fournissant des millions de pièces d’une valeur de quelque 50 milliards de dollars par an.

En temps normal, les fournisseurs doivent informer Airbus lorsque des pièces utilisent des composants ou des matériaux provenant d’une autre source ou sont fabriquées sur un autre site – un changement connu sous le nom de « transfert de travail ».

À tout moment, les fabricants surveillent des dizaines de ces changements. Mais s’assurer que le nombre croissant de changements induits par la crise se fasse sans impact sur la qualité et les livraisons est devenu une priorité pour le constructeur d’avions.

« En 2021-22, plus de 680 transferts de tâches seront en cours dans le monde, ce qui illustre la gravité de la crise », indique la lettre d’Airbus, qui demande aux fournisseurs d’agir rapidement pour éviter toute perturbation.

Reuters, 18 mai 2021

Etiquettes : Airbus, Union Européenne, UE, production, qualité, avionneur, jets monocouloirs,