Les architectes sénégalais abandonnent le béton pour la terre et renouent avec les techniques anciennes

La construction est en plein essor à Dakar, où des immeubles d’habitation inachevés dominent la plupart des rues, leurs briques en béton apparent étant d’un gris uniforme et terne.

Sur un site, cependant, un bâtiment se distingue : les briques que les ouvriers posent sont faites de terre rouge et brute.

Le béton est bon marché et utilisé avec abandon dans la capitale sénégalaise, mais il est mal adapté à la chaleur de l’Afrique de l’Ouest. Les jours d’été, lorsque les températures atteignent fréquemment 38°C, les bâtiments se transforment en fournaises, rafraîchies uniquement par des bouffées d’air conditionné.

La terre régule naturellement la chaleur et l’humidité, affirment les fondateurs de Worofila, un cabinet d’architecture spécialisé dans la conception bioclimatique.

Depuis 2016, ils font pression pour que ce matériau fasse son retour. Ils affirment qu’il pourrait réduire la pollution des cimenteries et de la production d’électricité – et garder les gens au frais.

« Avant la climatisation, les gens faisaient attention aux matériaux et à l’orientation pour la régulation naturelle de la chaleur », a déclaré le cofondateur de Worofila, Nzinga Mboup, tandis que des ouvriers posaient des briques pour les étages supérieurs de ce qui sera une maison familiale avec une piscine.

« Dès l’arrivée de l’A/C, ces considérations sont passées à la trappe ».

Les habitations traditionnelles du Sénégal étaient faites de boue, mais cela a été abandonné. Les trottoirs de Dakar sont aujourd’hui jonchés de tas de sable et de pierres qui sont mélangés à du ciment pour en faire des blocs de construction bon marché.

Pour fabriquer les briques de terre modernes, les ouvriers mélangent de la terre avec de petites quantités de ciment et d’eau pour créer un mélange qu’ils découpent en blocs, compriment avec une machine manuelle et laissent sécher pendant 21 jours.

Contrairement au béton, la production des briques de terre nécessite peu d’énergie. Le ciment, principal ingrédient du béton, est responsable de 8 % des émissions de dioxyde de carbone, selon le groupe de réflexion britannique Chatham House.

La construction en terre est une niche. Elle coûte plus cher que le béton et de nombreuses personnes ne connaissent pas cette option. Worofila a été sélectionné pour un Ashden Award, un prix britannique récompensant les solutions climatiques, qui, espère-t-elle, augmentera sa visibilité.

« Au début, nous cherchions des clients. Aujourd’hui, nous ne les cherchons plus. Nous avons beaucoup de demande », a déclaré Doudou Deme, qui a fondé en 2010 Elementerre, qui fabrique des briques en terre au Sénégal.

Elementerre et Worofila se sont associés pour construire des maisons privées, des bureaux et une partie d’une gare, mais ils n’ont guère fait parler d’eux sur la scène de la construction à Dakar.

Pourtant, lorsque Mboup explique le concept, il trouve un écho, dit-elle. Les gens se souviennent que la maison en terre de leur grand-mère au village était toujours la plus cool.

Reuters, 17 mai 2021

Etiquettes : Sénégal, briques, béton, argile,