Le Maroc punit l’Espagne : 1000 harragas arrivent à Ceuta à la nage

Le gouvernement porte à un millier le nombre d’immigrants marocains entrés à Ceuta depuis les premières heures du matin

La plupart des entrées ont été effectuées par la frontière nord de Benzú.
Certains 300 peuvent être mineurs.
L’Espagne et le Maroc se mettent d’accord sur le retour de plus de 100 Marocains qui ont traversé Ceuta à la nage.

La délégation du gouvernement à Ceuta a estimé à environ 1 000 le nombre d’immigrants qui ont réussi à entrer dans la ville autonome depuis tôt ce matin, dont environ 300 pourraient être des mineurs, dans l’attente de la réalisation des tests correspondants.

Des sources de la délégation du gouvernement ont déclaré à Efe que ces données montrent qu’il s’agit de l’une des journées migratoires les plus critiques auxquelles Ceuta a été confrontée ces dernières années.

Les immigrants ont débordé même la capacité d’accueil du navire industriel du Tarajal, où ils doivent maintenir la quarantaine par le covid-19, qui a été préparé pour accueillir environ 200 personnes.

Les premières entrées ont eu lieu vers deux heures du matin au niveau du brise-lames de la frontière nord de Benzú, où ils ont réussi à faire passer une centaine de personnes, la plupart bordant le brise-lames, ce qui s’est répété tout au long de la journée. Un groupe de 40 personnes s’est inscrit à la course pour la digue de la frontière de Tarajal.

La Garde civile et la Croix-Rouge ont été débordées pour s’occuper des personnes qui arrivaient et même un porte-parole de l’institut armé a indiqué qu’ils avaient sauvé la vie d’au moins quatre immigrants qui étaient sur le point de se noyer, dont une fillette d’environ 10 ans.

Les scènes de personnes entrant dans la course pour les deux frontières ou se baignant, profitant de la marée basse, se sont déroulées tout au long de la journée de midi et en début d’après-midi, devant l’impossibilité pour la Garde civile de faire face.

Des sources policières ont informé Efe qu’il y a eu un « effet d’appel » qui a fait que des centaines de personnes se trouvent actuellement dans la ville marocaine de Castillejos, à environ deux kilomètres de la frontière de Ceuta, en attendant d’entrer dans la ville espagnole. « Le pire est peut-être à venir », a déclaré un agent à Efe.

Au moins 300 mineurs
Des sources de la délégation du gouvernement ont informé Efe qu’environ 300 de ces immigrants pourraient être des mineurs, en attendant que les tests osométriques le confirment.

S’ils sont mineurs, ils seront sous la tutelle du gouvernement de Ceuta, sans possibilité de retour au Maroc, comme cela pourrait se produire dans le cas des adultes. La délégation gouvernementale a en effet confirmé que cette question a été transférée aux ministères de l’Intérieur et des Affaires étrangères afin que les mesures appropriées soient prises pour procéder au retour de ces personnes, toutes marocaines.

20 Minutos, 17 mai 2021

Etiquettes : Maroc, Espagne, Ceuta, migration,