La route entre le Sahara et la Mauritanie, entièrement réaménagée par le Maroc

Nouakchott, 17 mai EFE) – La route controversée de Guerguerat, à l’extrême sud du Sahara Occidental, a été complètement rénovée par le Maroc, avec seulement une dernière couche d’asphalte manquante, ont déclaré à Efe des sources de la police mauritanienne à Nouadhibou, citant des utilisateurs de la même route.

Sur les quelque quatre kilomètres qui séparent le poste de douane marocain de la frontière nord de la Mauritanie, un peu moins de la moitié a été asphaltée depuis 2017, tandis que le reste vient d’être libéré des obstacles et aplani au rouleau compresseur marocain ces derniers jours.

La piste ainsi réaménagée permet aux véhicules de rouler sans encombre à 120 kilomètres/heure, ont indiqué les sources, alors que jusqu’à l’année dernière, ces deux longs kilomètres étaient une succession de nids de poule et de trous qui ralentissaient la conduite à des vitesses inférieures à 20 kilomètres/heure.

L’achèvement de ces travaux constitue un revers pour le Front Polisario, d’abord parce qu’il lui coupe l’accès à la mer à partir de ce qu’il appelle les « territoires libérés », ensuite parce qu’il facilite ainsi les flux commerciaux en provenance du Maroc et donne à la zone un semblant de normalité que le mouvement sahraoui a toujours contesté.

Déjà en 2017, à l’occasion de l’asphaltage du premier tronçon de la route, le Polisario a déployé ses soldats, qui ont installé des contrôles de véhicules sur la route, ce à quoi l’ONU a répondu en exigeant leur retrait, comme cela s’est produit, laissant alors la route inachevée.

Plus grave est ce qui s’est passé l’année dernière, lorsque des dizaines de militants du Polisario ont bloqué la route pendant des semaines jusqu’à ce qu’ils soient expulsés par l’armée marocaine le 13 novembre, ce qui a incité le Polisario à rompre le cessez-le-feu et à ouvrir des hostilités jamais reconnues par le Maroc.

La bande sud du Sahara occidental est considérée par le Polisario comme faisant partie de ses « territoires libérés », tandis que l’ONU la qualifie de « zone tampon » (obligatoirement démilitarisée) et que le Maroc la considère comme faisant simplement partie de son territoire. EFE

Swissinfo, 17 mai 2021

Etiquettes : Maroc, Sahara Occidental, Mauritanie, El Guerguerat, route bitumée,