Israël, peut-elle bombarder Ghaza tout en se faisant des amis dans le Golfe ?

Marwa RashadGhaida Ghantous

Les scènes de dévastation à Gaza risquent de rendre plus difficile pour Israël l’obtention de son plus grand prix diplomatique : la reconnaissance par l’Arabie saoudite. Mais jusqu’à présent, les autres riches États du Golfe qui ont investi dans l’ouverture de liens avec Israël l’année dernière ne montrent aucun signe public de remise en question.

Les responsables arabes se sont unis pour condamner ce qu’ils décrivent comme des violations israéliennes flagrantes au cours des deux dernières semaines, de l’action de la police israélienne autour de la mosquée al-Aqsa de Jérusalem aux frappes aériennes meurtrières sur la bande de Gaza.

Mais aux Émirats arabes unis, qui, avec Bahreïn, ont reconnu Israël l’année dernière dans le cadre des « accords d’Abraham » soutenus par les États-Unis, la critique officielle d’Israël est désormais souvent contrebalancée par l’expression populaire de mots durs pour l’autre partie.

Dans certains cas, aux Émirats arabes unis, qui dénoncent depuis longtemps les mouvements politiques islamistes, la condamnation des militants du Hamas qui contrôlent Gaza fait même écho à des points de discussion israéliens.

Le Hamas lance des roquettes depuis des quartiers civils et lorsque la réponse arrive, le Hamas s’écrie « où sont les Arabes et les musulmans ». Vous avez fait de Gaza un cimetière pour les innocents et les enfants », a tweeté Waseem Yousef, un prédicateur musulman des Émirats arabes unis, à l’intention de ses 1,6 million de followers sur Twitter.

Dans un pays où les médias sociaux sont étroitement surveillés par les autorités, un autre Emirati, Munther al-Shehhi, a tweeté : « Je ne me tiendrai pas à côté d’un groupe terroriste tel que le Hamas, ni ne ferai preuve d’empathie à son égard, pour soutenir une quelconque cause, même si elle est présentée comme humanitaire ou religieuse. #No To Terrorism ».

Un hashtag sur les médias sociaux a même commencé à circuler parmi certains Arabes du Golfe, qui se lit comme suit : « #Palestine Is Not My Cause ».

LES SAOUDIENS GARDENT LEURS DISTANCES

Jusqu’à présent, ce sentiment ne semble pas avoir fait de percées trop profondes en Arabie saoudite. La plus grande, la plus riche et la plus puissante des monarchies du Golfe est largement présumée avoir donné sa bénédiction tacite à la décision prise l’année dernière par ses voisins Bahreïn et les EAU d’établir des liens avec Israël. Mais elle s’est abstenue de reconnaître Israël elle-même et semble maintenant beaucoup moins susceptible de le faire, du moins à moyen terme.

De nombreux Saoudiens ont répondu au hashtag « Pas ma cause » en postant des photos du roi Salman, avec sa citation : « La cause palestinienne est notre première cause ».

Le 13 mai, la télévision saoudienne a diffusé des images d’un religieux à La Mecque priant pour la victoire des Palestiniens contre « l’ennemi de Dieu », moins d’un an après que le principal imam du royaume ait découragé les discours contre les Juifs à la suite des accords de septembre.

Il serait désormais « inconcevable » que les dirigeants saoudiens envisagent de normaliser les liens avec Israël pendant au moins deux ans, a déclaré Neil Quilliam, membre associé du groupe de réflexion britannique Chatham House.

Les décisions prises l’année dernière par les Émirats arabes unis et Bahreïn, suivis par le Soudan et le Maroc, de reconnaître Israël ont été dénoncées par les Palestiniens comme un abandon de la position unifiée selon laquelle les États arabes ne feraient la paix que si Israël renonçait aux terres occupées.

Les Émirats arabes unis et le Bahreïn ont fait valoir que leurs accords bénéficieraient en fin de compte aux Palestiniens, notamment parce qu’Israël avait promis d’abandonner ses projets d’annexion de territoires en Cisjordanie.

Abdulrahman al-Towajry, 29 ans, un ressortissant saoudien en visite dans un centre commercial de Riyad, a déclaré que les pays qui avaient fait la paix devraient « vraiment la reconsidérer » car on ne peut pas « faire confiance à Israël pour respecter ses promesses ».

« L’union fait la force, donc si les pays arabes et musulmans s’unissaient, le conflit prendrait fin. Il aurait pu prendre fin il y a longtemps s’ils l’avaient fait », a-t-il déclaré à Reuters.

Mais les Émiriens et d’autres ont probablement trop investi dans cette politique pour changer brusquement de cap maintenant.

Les accords ont favorisé le tourisme, les investissements et la coopération dans des domaines allant de l’énergie à la technologie. Un fonds d’investissement des EAU prévoit d’acquérir une participation dans un gisement de gaz israélien et l’opérateur portuaire de Dubaï fait une offre pour le port de Haïfa.

« Les accords d’Abraham sont un processus irréversible », a déclaré l’éminent commentateur émirati Abdulkhaleq Abdulla. « Il était très clair que cela correspondait aux priorités nationales et aux intérêts stratégiques des EAU, il n’y a donc pas de retour en arrière possible. »

Reuters, 17 mai 2021

Etiquettes : Israël, Emirats Arabes Unis, Maroc, Soudan, Jordanie, Bahreïn, normalisation, Palestine, Ghaza, bombardements, attaques,