Une vente difficile : à Dubaï, dans un contexte de conflit, Israël promeut le tourisme

DUBAI, Émirats arabes unis (AP) – Alors que la violence s’intensifie en Israël et que les frappes aériennes israéliennes sur la ville de Gaza ont tué au moins 42 personnes dimanche, une haute responsable du tourisme israélien a travaillé comme si de rien n’était à Dubaï pour promouvoir le pays comme une destination incontournable pour les visiteurs musulmans.

Cette proposition peut sembler étrange à un moment étrange, étant donné que les principales compagnies aériennes ont suspendu leurs vols vers Israël en raison de la flambée de violence et alors que la propagation du coronavirus reste une menace.

Mais à l’Arabian Travel Market de Dubaï, présenté comme le premier événement de voyage et de tourisme à se dérouler en personne depuis l’épidémie mondiale de coronavirus, un petit stand israélien, situé derrière celui de la Slovénie, a présenté le pays comme la « terre de la création ». Des vidéos promotionnelles vantaient la scène culinaire végétalienne d’Israël, ses plages et demandaient instamment : « Réservez votre voyage maintenant » à Tel Aviv.

Et les frappes aériennes dévastatrices sur Gaza ont fait la une des journaux télévisés du monde entier ?

« Nous ne parlions pas de cela. Nous parlons de l’avenir. Nous parlons de ce que nous pouvons faire pour amener le tourisme en Israël « , a déclaré Ksenia Kobiakov, directrice du développement des nouveaux marchés au ministère israélien du Tourisme.

La présence d’Israël à l’événement du voyage et du tourisme à Dubaï met en évidence l’approche des Émirats arabes unis axée sur les affaires et démontre la rapidité avec laquelle les liens avec Israël se sont développés depuis que les Émirats arabes unis et Israël ont signé un accord pour officialiser les liens en septembre. Cela montre également que même les conflits les plus brutaux entre Israël et les Palestiniens ne sont plus considérés par certains dirigeants arabes du Golfe à travers le prisme de la solidarité musulmane ou arabe, mais comme faisant partie d’un calcul plus large dans une région en proie à de multiples menaces.

La ministre israélienne du tourisme devait participer à une table ronde sur le tourisme israélo-golfeur lors de la conférence, mais cette table ronde a été discrètement renommée et sa visite à Dubaï n’a pas eu lieu. Les responsables du tourisme israélien affirment que la visite de la ministre n’a jamais été approuvée par le Premier ministre et que l’annulation n’a rien à voir avec les combats actuels.

Le premier avion de touristes israéliens à destination des EAU a atterri en novembre. Depuis lors, les EAU ont accueilli des dizaines de milliers d’Israéliens sur leurs plages de sable et dans leurs centres commerciaux, la plupart d’entre eux se rendant à Dubaï.

M. Kobiakov a déclaré que l’espoir est que les citoyens émiratis et les résidents étrangers des EAU visitent Israël en retour et aident son secteur touristique à rebondir lorsque le pays sera à nouveau ouvert aux touristes.

« Nous sommes venus ici pour montrer Israël comme une nouvelle destination pour les EAU et les pays du Golfe, comme une destination très colorée et passionnante qui est ouverte », a déclaré Kobiakov.

Dans toutes ses discussions avec les tour-opérateurs, les compagnies aériennes et autres à Dubaï dimanche, l’accent a été mis sur le tourisme et non sur la politique, a-t-elle dit. Il n’a pas été question de l’actuelle flambée de violence en Israël et dans les territoires palestiniens.

Un projet d’ouverture d’un régime sans visa entre les deux pays a été retardé en raison des règles de quarantaine israéliennes. Les Émirats arabes unis et Israël, dont les campagnes de vaccination contre le coronavirus sont parmi les plus réussies au monde, sont en bonne voie pour signer l’accord d’exemption de visa le 1er juillet, a déclaré M. Kobiakov.

Le cycle actuel de violence pourrait avoir un impact sur les plans d’Israël visant à attirer de nouveau les touristes, en particulier ses efforts pour attirer les citoyens émiratis et bahreïnis et pas seulement les investisseurs potentiels ou les fonctionnaires de ces pays. Les violences autour de la mosquée Al-Aqsa, à Jérusalem-Est, ont valu à Israël de rares réprimandes de la part des deux pays, qui ont signé des accords de reconnaissance d’Israël l’année dernière.

Au moins 188 Palestiniens ont été tués à Gaza, dont 55 enfants et 33 femmes, et 1 230 personnes ont été blessées depuis que les tensions, qui couvaient depuis longtemps, ont éclaté lundi. Huit personnes ont été tuées en Israël, dont un garçon de cinq ans et un soldat. La violence a également éclaté dans les villes israéliennes entre les Juifs et les citoyens arabes palestiniens du pays, ainsi qu’en Cisjordanie occupée.

Au cours de ses frappes aériennes, Israël a rasé un certain nombre des plus hauts immeubles de bureaux et d’habitation de la ville de Gaza, affirmant qu’ils abritent des infrastructures militaires du Hamas. Parmi eux, l’immeuble abritant les bureaux de l’Associated Press et ceux d’autres médias.

Le ministre des affaires étrangères des Émirats arabes unis s’est abstenu de critiquer directement Israël dans sa dernière déclaration publiée vendredi. Le cheikh Abdullah bin Zayed a plutôt appelé « toutes les parties à prendre des mesures immédiates pour s’engager à respecter un cessez-le-feu, à entamer un dialogue politique et à faire preuve d’un maximum de retenue ».

Dans les locaux tentaculaires de l’événement touristique de Dubaï, le programme de Kobiakov, composé de réunions consécutives, a affirmé l’approche à long terme des liens bilatéraux que les EAU et Israël ont adoptée.

« Les gens ne se sentent pas en sécurité pour voyager maintenant en Israël. C’est compréhensible. Mais cette escalade, elle prendra fin un jour », a-t-elle déclaré. « Nous savons que tous les conflits arrivent et repartent. Le tourisme reste pour toujours », a-t-elle ajouté.

Associated Press, 16 mai 2021

Etiquettes : Israël, Emirats Arabes Unis, EAU, tourisme, promotion, Palestine, Ghaza,