L’escalade israélienne met les nouveaux partenaires du Golfe dans une impasse diplomatique (média tanzanien)

Par Shatha Yaish

L’escalade meurtrière entre Israël et les Palestiniens a mis dans l’embarras les États du Golfe qui ont noué des liens avec l’État juif et a mis à mal les accords d’Abraham, présentés comme un changement de cap.

L’effusion de sang a suscité la condamnation des nouveaux partenaires arabes d’Israël, à un moment où les musulmans célèbrent la fin du mois sacré du Ramadan.

Moins d’un an après avoir signé des accords de normalisation avec Israël, les Émirats arabes unis (EAU), Bahreïn, le Soudan et le Maroc ont été contraints de changer de cap et de se tourner vers une rhétorique critique.

« Ces déclarations sont en grande partie destinées à un exercice de relations publiques à l’égard d’un public arabe national et régional qui continue à soutenir massivement les Palestiniens », a déclaré à l’AFP Elham Fakhro, analyste au groupe de réflexion Crisis Group.

Les Accords d’Abraham ont balayé des décennies de consensus, et ont été condamnés comme une « trahison » par les dirigeants palestiniens qui craignaient qu’ils ne sapent leurs revendications pour une patrie.

ADVERTISEMENT

Ils ont été conclus à l’instigation du président américain de l’époque, Donald Trump, qui a salué « l’aube d’un nouveau Moyen-Orient » alors que son gendre et conseiller Jared Kushner rejetait le conflit israélo-palestinien comme une simple « dispute immobilière ».

Il est maintenant revenu en force à la une des journaux.

« Les accords d’Abraham n’ont jamais eu pour but de traiter les conditions d’occupation militaire et de dépossession des terres auxquelles sont confrontés les Palestiniens », a déclaré Fakhro.

Un ralentisseur de vitesse

Au Bahreïn, des manifestations quotidiennes ont été organisées en soutien aux Palestiniens, et le ministre des affaires étrangères, Abdullatif al-Zayani, a exprimé une « forte condamnation des attaques lancées par les forces israéliennes sur la bande de Gaza ».

Les internautes ont partagé des photos d’eux-mêmes portant le keffieh palestinien à damier et des groupes de la société civile ont appelé à la rupture des liens avec Israël.

Dans les Émirats arabes unis, où les médias sociaux sont soumis à des restrictions strictes, de nombreux utilisateurs ont partagé des vidéos et des photos pour dénoncer l’occupation et la brutalité des forces israéliennes.

Alors que des roquettes étaient tirées sur Israël depuis Gaza, d’autres personnes ayant des liens avec les dirigeants d’Abou Dhabi ont accusé les dirigeants de l’enclave côtière, le Hamas, de terrorisme – ce qui reflète la tolérance zéro des Émirats à l’égard de l’islam politique.

On est loin des jours grisants qui ont suivi l’annonce des accords, lorsque d’éminents Emiratis ont tweeté « Shalom Aleikum », une combinaison de salutations en arabe et en hébreu.

Pour Hugh Lovatt, analyste au Conseil européen des relations étrangères, cette crise est « le premier véritable test » pour les Émirats arabes unis qui, pendant des années, ont discrètement cultivé des liens avec Israël.

« Du point de vue de Netanyahu, les accords d’Abraham ont confirmé sa conviction de longue date selon laquelle les Palestiniens pouvaient être efficacement mis à l’écart tandis qu’Israël développait ses liens avec les États voisins », a déclaré M. Lovatt.

« Les Émirats arabes unis sont-ils prêts à mettre en péril leurs relations avec Israël pour le bien des Palestiniens ? La réponse semble être « non » à l’heure actuelle », a-t-il déclaré, soulignant les avantages tels que les partenariats technologiques et l’accès au matériel militaire des États-Unis.

« Compte tenu des intérêts bilatéraux profonds qui sous-tendent la normalisation pour Israël et les EAU, l’escalade en Palestine est probablement tout au plus un ralentisseur, et non un mur de briques ».

Créer une distance

Après la signature des accords d’Abraham en septembre dernier, les regards se sont tournés vers l’Arabie saoudite, poids lourd de la région et gardienne des sites les plus sacrés de l’Islam. Mais le royaume s’en est tenu à l’ancien consensus, rejetant toute normalisation sans résolution de la question palestinienne.

Le roi Salman a exprimé sa « ferme condamnation des mesures israéliennes à Jérusalem et des actes de violence perpétrés par Israël », et a souligné que son pays « se tient aux côtés du peuple palestinien ».

Le ministre des affaires étrangères des Émirats arabes unis, le cheikh Abdullah bin Zayed Al-Nahyan, s’est dit « gravement préoccupé par l’escalade de la violence » et a appelé « toutes les parties à prendre des mesures immédiates pour s’engager à respecter un cessez-le-feu, à entamer un dialogue politique et à faire preuve de la plus grande retenue ».

Si la critique est feutrée aux Émirats arabes unis, les choses sont plus compliquées pour les autres États arabes qui se sont rapprochés d’Israël en raison de l’existence de groupes de la société civile actifs qui soutiennent les Palestiniens.

La normalisation est un enjeu stratégique pour le Maroc, lié à la reconnaissance par les Etats-Unis de sa souveraineté sur le territoire contesté du Sahara occidental.

Face à la pression de la rue, le pays d’Afrique du Nord a condamné les actions des forces israéliennes à Jérusalem-Est annexée qui ont déclenché l’échange de tirs de roquettes avec Gaza.

« Le Maroc devrait jouer un rôle de médiation… S’il n’y parvient pas, il serait préférable qu’il prenne ses distances avec le processus de normalisation sans aller jusqu’à la rupture des relations », a déclaré Tajeddine Houssaini, professeur de relations internationales à l’université de Rabat.

Le Soudan, qui a établi des liens avec Israël en échange de son retrait de la liste américaine des États soutenant le terrorisme, a condamné Israël et averti que ses actions perpétueraient « un cycle de violence ».

« Toute la stratégie d’Israël avec les accords d’Abraham reposait sur l’argument selon lequel la question palestinienne n’était plus pertinente », a tweeté Vali Nasr, de la School of Advanced International Studies de l’Université Johns Hopkins.

« Maintenant, grâce à une série d’erreurs israéliennes, il revient en force ».

The Citizen, 16 mai 2021

Etiquettes : Maroc, Emirats Arabes Unis, EAU, Israël, normalisation, Accords d’Abraham, Bahreïn, Soudan,