Les nations islamiques tiennent un sommet d’urgence sur les attaques d’Israël-Gaza

DUBAI, Émirats arabes unis (AP) – L’Organisation de la coopération islamique (OCI), qui compte 57 pays, a ouvert une réunion d’urgence dimanche au sujet des violents combats entre Israël et le Hamas, le parti militant de la bande de Gaza, première mesure importante prise par les pays du Moyen-Orient qui ne savent toujours pas comment aborder le conflit.

Alors que la Ligue arabe et des organisations telles que l’OCI, basée en Arabie saoudite, maintiennent leur position selon laquelle les Palestiniens devraient avoir leur propre État indépendant, Israël a récemment conclu des accords de reconnaissance avec plusieurs de ses membres. Cette situation, ainsi que les inquiétudes de certains pays à l’égard du Hamas, ont conduit à une réaction quelque peu modérée aux attaques, par opposition à la réaction massive des décennies passées.

Le ministre palestinien des Affaires étrangères, Riad Malki, de l’Autorité palestinienne, qui administre des enclaves autonomes en Cisjordanie occupée par Israël, a décrié ce qu’il a appelé les « attaques lâches » d’Israël au début de la réunion.

« Nous devons dire à Allah que nous résisterons jusqu’au dernier jour », a-t-il déclaré. « Nous sommes confrontés à une occupation de longue durée, c’est la base du problème. Des crimes sont commis contre les Palestiniens sans conséquences. »

Cependant, l’Autorité palestinienne de Malki n’a aucun contrôle sur le Hamas et la bande de Gaza, où les militants ont pris le pouvoir en 2007.

Le ministre turc des affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, a adopté une ligne tout aussi dure.

« Israël est le seul responsable de la récente escalade à Jérusalem-Est, en Cisjordanie et à Gaza », a déclaré Cavusoglu. « Nos avertissements à Israël la semaine dernière n’ont pas été entendus ».

Dans la péninsule arabique et les États du golfe Persique, les réactions aux combats ont été mitigées. Au Qatar, où se trouve le réseau satellitaire Al-Jazeera, des centaines de personnes se sont déplacées tard dans la nuit de samedi à dimanche pour écouter un discours du chef du Hamas, Ismail Haniyeh. Il partage désormais son temps entre la Turquie et le Qatar, qui soutiennent tous deux le Hamas, tout comme l’Iran.

« La résistance ne cédera pas », a juré Haniyeh alors que des gardes du corps se tenaient derrière lui. Il a ajouté que « la résistance est le chemin le plus court vers Jérusalem » et que les Palestiniens n’accepteront rien de moins qu’un État palestinien avec Jérusalem comme capitale.

Le président du parlement koweïtien aurait parlé avec Haniyeh samedi, tout comme le ministre des affaires étrangères du Qatar. Il en va de même pour le général Esmail Ghaani, chef des forces expéditionnaires Quds des Gardiens de la révolution paramilitaires iraniens.

Il y a aussi Bahreïn et les Émirats arabes unis, deux États arabes du Golfe qui ont conclu des accords de reconnaissance avec Israël l’année dernière dans les derniers mois de l’administration Trump. Ces nations, ainsi que l’Arabie saoudite, ont réitéré leur soutien aux Palestiniens pour l’obtention de leur propre État indépendant. Cependant, les médias liés au gouvernement dans ces pays n’ont pas couvert l’actuelle flambée de violence sans interruption comme d’autres réseaux dans la région.

Il y a cependant des murmures de dissidence. Dans la nation insulaire de Bahreïn, des groupes de la société civile ont signé une lettre demandant au royaume d’expulser l’ambassadeur d’Israël en raison de la violence. Dans les Émirats arabes unis, où les partis politiques et les manifestations sont illégaux, les Palestiniens qui travaillent à Abu Dhabi et à Dubaï ont exprimé leur colère discrètement, craignant de perdre leur permis de séjour. Certains Emiratis ont également exprimé leurs inquiétudes.

« La seule démocratie de la région », a tweeté l’écrivain et analyste politique émirati Sultan Sooud Al Qassemi en évoquant la frappe israélienne sur un bâtiment de Gaza qui abritait les bureaux de l’Associated Press et d’Al-Jazeera.

Cavusoglu, le ministre turc des Affaires étrangères, a critiqué les membres de l’OCI qui ont conclu des accords de reconnaissance avec Israël.

« Il y en a quelques-uns qui ont perdu leur boussole morale et ont exprimé leur soutien à Israël », a-t-il déclaré. « S’il y a des déclarations tièdes au sein de notre propre famille, comment pourrions-nous critiquer les autres qui (ne) prennent pas nos paroles au sérieux ? ».

Hussein Ibish, chercheur principal à l’Institut des États arabes du Golfe, basé à Washington, a déclaré que la plupart des dirigeants arabes du Golfe craignent les tirs de roquettes du Hamas, qu’ils jugent « cyniques, dangereux, inutilement provocateurs et mettant en danger aussi bien les Israéliens que les Palestiniens de Gaza ». Cela soulage la pression exercée sur ces dirigeants du Golfe pour qu’ils réagissent, contrairement à d’autres confrontations impliquant la mosquée Al-Aqsa, le troisième site le plus sacré de l’Islam à Jérusalem, ou lorsque des colons israéliens forcent des familles arabes à quitter leur maison, a-t-il dit.

« Il n’y aura pas beaucoup de sympathie pour ce qui est largement considéré dans le Golfe comme une riposte lourde et disproportionnée d’Israël », écrit Ibish, « mais il sera beaucoup plus facile pour les dirigeants du Golfe et de nombreux citoyens de considérer l’échange comme une conflagration tragique aux dépens de gens ordinaires, provoquée par deux leaderships sur lesquels ils n’ont ni contrôle ni responsabilité. »

Associated Press, 16 mai 2021

Etiquettes : Palestine, Israël, Ghaza,