Vacances en tête, les jeunes Français se pressent pour se faire vacciner

Clément Bosko, un Français de 31 ans qui travaille dans la maintenance des trains, a décroché cette semaine un ticket gagnant : un rendez-vous pour se faire vacciner contre le COVID-19.

Je veux partir en vacances cet été, alors je me suis dit : « Je vais me faire vacciner le plus vite possible », a-t-il expliqué vendredi après avoir reçu sa piqûre dans un vélodrome à l’ouest de Paris transformé en centre de vaccination.

« De cette façon, je saurai que tout est en place, et s’ils introduisent un laissez-passer sanitaire pour aller à l’étranger, ou quoi que ce soit d’autre, j’aurai toutes les cartes en main », a-t-il ajouté.

Jusqu’à présent, le programme de vaccination français était destiné aux personnes de plus de 50 ans ou présentant des problèmes de santé. Mais cette semaine, le programme a été modifié pour que toute personne de plus de 18 ans puisse se faire vacciner, à condition de trouver un créneau libre.

Il faut pour cela actualiser les sites de prise de rendez-vous en ligne, dans l’espoir qu’un créneau libre se libère, ou attendre à l’extérieur d’un centre de vaccination.

Alors que la plupart des personnes qui se présentaient auparavant pour se faire vacciner invoquaient des raisons de santé, une grande partie de la nouvelle cohorte, plus jeune, cherche à relancer sa vie sociale, selon les entretiens menés avec les personnes présentes dans les centres de vaccination.

« Je pars en vacances et je me suis dit : ‘Si je peux me faire vacciner avant de partir, ce sera bien' », a déclaré Paul De Beon, 25 ans, qui se trouvait dans un centre de vaccination du sud-ouest de Paris.

« C’est pour retrouver une vie normale », a-t-il ajouté. « J’en ai marre de toutes ces restrictions ».

Au début de la campagne de vaccination en France, les sondages d’opinion montraient que de nombreuses personnes étaient réticentes à se faire vacciner, en partie à cause des craintes d’effets secondaires rares.

Mais l’ouverture des vaccins aux plus jeunes a débloqué une hausse de la demande, a déclaré Tristan Eybert, qui dirige le centre de vaccination du vélodrome.

« Nous avons remarqué que les gens qui viennent sont devenus beaucoup plus jeunes cette semaine », a-t-il dit. « Nous ressentons un enthousiasme pour le vaccin ».

Reuters, 15 mai 2021

Etiquettes : France, vaccination, vacances, covid 19,