Mali: Moctar Ouane chargé de former un nouveau gouvernement

BAMAKO – Le Premier ministre malien Moctar Ouane a présenté vendredi sa démission et celle de son gouvernement et a été chargé de former un nouveau cabinet, a indiqué la présidence malienne.

Le Premier ministre, un ancien diplomate qui dirige le gouvernement de transition mis en place fin septembre, a présenté dans la matinée la démission de son équipe au président de transition, Bah Ndaw, a indiqué la présidence dans un communiqué.

Moctar Ouane a été immédiatement reconduit à la primature, et chargé de constituer un gouvernement « plus inclusif » et « faisant plus de place à la classe politique », a indiqué l’un des membres du gouvernement sortant à des médias.

La démission du Premier ministre Moctar Ouane et de son gouvernement interviennent après une série de rencontres initiée par le président Bah N’Daw en vue de « renouer » le dialogue politique et social entre les autorités de la transition et les représentants des partis politiques et de la société civile.

Selon des sources médiatiques, cette décision serait liée à la rencontre, le 6 mai dernier, entre Bah N’Daw et des représentants du Mouvement du 5 juin-Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP), qui a demandé une transition « plus inclusive », ainsi que la « lutte contre la corruption, l’organisation d’assises nationales, et la création d’un organe unique de gestion des élections ».

La démission de Moctar Ouane, chargé de former un nouveau gouvernement, intervient après que la mission de suivi de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) au Mali a pris fin dimanche 9 mai.

L’ancien président nigérian Goodluck Jonathan et sa délégation ont, pendant quatre jours, rencontré notamment les autorités maliennes, la classe politique et la société civile pour évaluer le chemin parcouru depuis août dernier. Un délai de 18 mois avait été fixé, en août 2020, pour l’organisation des présidentielles et des législatives.

La mission de la Cédéao avait pour fonction de s’assurer que toutes les parties étaient disposées à respecter ce délai.

Etiquettes : Mali, Moctar Ouane, Bah N’Daw, Mouvement du 5 juin-Rassemblement des forces patriotiques, M5-RFP, Goodluck Jonathan, CEDEAO,