Le Washington Post passe une semaine à dénigrer les accords d’Abraham de Trump alors que le conflit Israël-Gaza s’intensifie.

Tant pis pour les accords d’Abraham. Trump n’a fait qu’empirer les choses au Moyen-Orient », a écrit Max Boot avec verve.

Le Washington Post a passé toute la semaine à démolir les accords d’Abraham conclus sous l’ancien président Trump, alors que les tensions continuent de monter entre Israël et le groupe terroriste Hamas.

Dans les derniers mois de 2020, l’administration Trump a négocié un accord de paix historique entre Israël et plusieurs nations arabes qui a ouvert la voie à une normalisation des relations. Les nations qui ont conclu des accords avec l’État juif sont les Émirats arabes unis, Bahreïn, le Maroc et le Soudan.

Alors que les accords d’Abraham étaient considérés comme l’une des plus grandes réussites de Trump en matière de politique étrangère, le Washington Post s’est empressé de dénigrer l’accord de paix alors que la violence éclatait entre Israël et Gaza.

Mardi, l’éditorialiste Ishaan Tharoor a écrit un article intitulé « Les accords d’Abraham sont déjà devenus une réflexion après coup sur le Moyen-Orient ».

CNN ÉVITE LE CONFLIT ISRAEL-HAMAS EN PRIMETIME ET CONSACRE PLUS DE 90 MINUTES À LIZ CHENEY

En septembre dernier, le président Donald Trump exultait… Aujourd’hui, alors que Trump est parti et que Netanyahu s’accroche à peine au pouvoir, la politique régionale pourrait déjà s’éloigner des accords d’Abraham », a déclaré Tharoor. « Malgré les images réjouissantes d’Émiriens en vacances à Tel Aviv et d’Israéliens faisant la fête à Dubaï, aucun nouveau pays ne s’est joint à nous depuis la vague initiale de Trump. Alors que l’administration Biden a salué des relations plus saines entre Israël et le monde arabe, il n’est pas clair dans quelle mesure elle a l’intention de s’appuyer sur la principale initiative de politique étrangère de Trump. »

Après avoir souligné que les Émirats arabes unis et le Bahreïn ont exprimé leur solidarité avec les Palestiniens, Tharoor a cité Vali Nasr, de l’école d’études internationales de l’université Johns Hopkins, qui a déclaré que « toute la stratégie d’Israël avec les accords d’Abraham était basée sur l’argument selon lequel la question palestinienne n’était plus pertinente. Aujourd’hui, grâce à une série d’erreurs israéliennes, il revient en force. »

Le chroniqueur du Post, Max Boot, est allé encore plus loin dans sa chronique de mercredi : « Tant pis pour les accords d’Abraham. Trump a aggravé la situation au Moyen-Orient. »

« Le 15 septembre 2020, le président Donald Trump a claironné sa plus fière – et pratiquement unique – réalisation en matière de politique étrangère : la signature des accords d’Abraham ouvrant des liens officiels entre Israël et les Émirats arabes unis et Bahreïn », a commencé Boot. « Avance rapide de huit mois, et cette fanfaronnade semble encore plus risquée aujourd’hui qu’à l’époque. Les affrontements de ces derniers jours entre Israéliens et Palestiniens montrent clairement qu’il n’y a pas de « paix » ni de « nouveau Moyen-Orient ». C’est toujours la même pagaille ensanglantée. Les accords d’Abraham étaient sympathiques, mais ils n’ont rien fait pour résoudre les conflits sous-jacents au Yémen, en Syrie, en Libye – ou en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. »

Boot a suggéré que Trump est responsable de la violence actuelle après avoir « encouragé » ce que le chroniqueur a décrit comme étant « l’accaparement des terres par Israël à Jérusalem-Est et en Cisjordanie » et « a aggravé le problème en semblant reconnaître la souveraineté israélienne sur l’ensemble de Jérusalem lorsqu’il y a déplacé l’ambassade américaine de Tel Aviv. »

« Face à ce conflit sans fin, le mieux que l’administration Biden puisse faire est d’essayer de faire baisser la température et de négocier un cessez-le-feu », poursuit Boot. « Les chances de réussite des pourparlers de paix restent faibles. Mais au moins, le président Biden n’exacerbera pas le conflit comme l’a fait Trump tout en se félicitant bêtement d’avoir apporté la paix dans la région. »

David Ignatius, un autre chroniqueur du Post, s’est attaqué aux accords d’Abraham dans sa chronique de jeudi, écrivant que les accords de paix étaient « bons pour le Moyen-Orient. Mais en tant que solution au problème palestinien, ils ont totalement échoué ».

« Les Palestiniens ont peut-être perdu de façon désastreuse à la table des négociations, souvent à cause de leurs propres erreurs, mais ils n’allaient pas ratifier leur défaite et renoncer au seul atout qui leur restait, à savoir leur sens défiant de la dignité », a expliqué Ignatius.

Vendredi, le Post a publié un rapport dont le thème était similaire à celui de la colonne de Tharoor, avec le titre suivant : « Alors que le monde arabe se rallie aux Palestiniens et que le sang coule, les accords de paix de l’ère Trump disparaissent. »

« L’effusion de sang a suscité de nouveaux doutes sur les dividendes des accords diplomatiques signés par les Émirats arabes unis et d’autres pays, connus sous le nom d’accords d’Abraham, et a soulevé des questions quant à savoir si d’autres pays arabes comme l’Arabie saoudite concluront des accords similaires avec Israël », a écrit le Post. « Les partisans de ces accords avaient promis qu’ils ouvriraient une nouvelle ère de paix pour le Moyen-Orient. Au lieu de cela, ces derniers jours, la région a été déchirée par des protestations, ainsi que par un déferlement de dégoût sur les médias sociaux, face à l’escalade du nombre de morts palestiniens, aux images d’Israël prenant d’assaut la vénérée mosquée al-Aqsa à Jérusalem et aux avions de guerre israéliens rasant des immeubles d’habitation à Gaza. »

Fox News, 15 mai 2021

Etiquettes : Etats-Unis, Israël, Palestine, Ghaza, The Washington Post,