Les États-Unis s’inquiètent de la polarisation politique et ethnique croissante en Éthiopie

Les États-Unis sont profondément préoccupés par la polarisation politique et ethnique croissante en Éthiopie, a déclaré vendredi le département d’État américain, ajoutant que Washington travaillera avec ses alliés pour obtenir un cessez-le-feu dans la région du Tigré, fournir de l’aide et demander des comptes aux auteurs de violations des droits de l’homme.

Le nouvel envoyé spécial des États-Unis pour la Corne de l’Afrique, Jeffrey Feltman, est rentré jeudi de son premier voyage dans la région, où il s’est rendu en Égypte, en Érythrée, au Soudan et en Éthiopie.

Des milliers de personnes ont été tuées et des centaines de milliers d’autres ont été contraintes de quitter leur foyer dans la région du Tigré depuis novembre, lorsque le Front populaire de libération du Tigré (TPLF) a lancé des attaques contre les forces éthiopiennes. Les troupes éthiopiennes et les soldats de l’Érythrée voisine ont été accusés de massacres et de meurtres dans leur lutte contre le groupe rebelle.

L’Éthiopie affirme qu’elle s’engage à enquêter sur les violations des droits de l’homme et les deux pays ont promis un retrait des troupes érythréennes.

« Les atrocités perpétrées au Tigré et l’ampleur de l’urgence humanitaire sont inacceptables », a déclaré le département d’État dans un communiqué, ajoutant que M. Feltman a souligné auprès du président érythréen Isaias Afwerki l’impératif du retrait immédiat des troupes érythréennes d’Éthiopie.

« La crise au Tigré est également symptomatique d’un ensemble plus large de défis nationaux qui ont mis en péril des réformes significatives », ajoute le communiqué.

Le bureau du Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed n’a pas répondu immédiatement à une demande de commentaire.

Les efforts du gouvernement pour écraser la rébellion du TPLF ont déclenché une chasse aux sorcières ethnique dans tout le pays, selon une enquête menée par Reuters ce mois-ci, qui a révélé que des Tigréens ont été arrêtés, harcelés, licenciés ou suspendus de leur emploi, ou que leurs comptes bancaires ont été temporairement gelés.

M. Feltman a discuté avec M. Abiy et d’autres dirigeants éthiopiens de la nécessité d' »un effort inclusif pour construire un consensus national sur l’avenir du pays, fondé sur le respect des droits humains et politiques de tous les Éthiopiens », a déclaré le département d’État.

Reuters, 14 mai 2021

Etiquettes : Ethiopie, ethnies, polarisation,