La Résistance palestinienne surprend par ses attaques précises contre « Israël ».

Le mouvement de résistance palestinien, le Hamas, a développé une réelle capacité à mettre « Israël » en échec avec des missiles de précision qui surprennent en frappant des sites considérés comme inaccessibles par le régime de Tel Aviv, commente le journal Yediot Aharonot.

Cette capacité a été atteinte par deux voies : la contrebande et la vaste expérience acquise par les organisations de la bande de Gaza qui lancent des roquettes depuis 2001.

Selon Ron Ben Yishai, spécialiste des armes, l’autoproduction est une autre voie, dans laquelle le Hamas, le Jihad islamique et d’autres groupes ont acquis une expertise pour échapper aux contrôles des FDI.

La plupart des roquettes et des missiles produits dans la bande de Gaza encerclée sont des missiles et des roquettes de rétro-ingénierie fabriqués en Iran ou en Syrie.

Jusqu’en 2018, les Gazaouis produisaient des missiles de courte portée, Qassam ou Grad, jusqu’à 10 kilomètres ; de distance jusqu’à 80 kilomètres, le Sigil 55, et de longue portée, le M-302 qui pouvait toucher Haïfa.

Les ogives de ces missiles sont de tailles et de capacités de destruction différentes, en fonction du poids et du type d’explosif. Celle du Qassam est de 7 à 6 kilogrammes et celle du M-302 est d’environ 200 kilogrammes d’explosif standard.

La plupart des missiles lancés sur le centre d' »Israël » étaient des types lourds et à longue portée de la famille iranienne Fajr 5 et leurs imitations, voire des reproductions du missile syrien m-302.

Les fabricants ont atteint la précision grâce à des améliorations techniques et technologiques dans la production du combustible solide, qui élève le missile jusqu’au sommet de sa trajectoire balistique d’où tombe son moteur inertiel, puis, sans propulsion, atteint la cible.

La quantité et le contrôle de la cadence de tir du propulseur déterminent la portée de la fusée ou du missile, et déterminent plus ou moins l’endroit où il atterrira, si l’azimut et l’angle de lancement étaient précis, et si le lanceur était adapté au type de carburant du missile.

Le Hamas et le Djihad islamique ont également surpris par leur capacité à programmer et à coordonner des lancements précis de roquettes et de gros missiles à partir de tunnels de stockage ou de lancements souterrains que les « Forces de défense israéliennes » ne pouvaient pas localiser.

À la veille de l’opération, le Hamas disposait d’environ 8 000 roquettes de tous types, et le Jihad islamique en possédait un nombre similaire, voire supérieur.

Les tirs de roquettes sur les intérêts israéliens dans les territoires occupés ont mis en évidence une évaluation incomplète des capacités du Hamas et du Jihad islamique palestinien par les services de renseignement, a déclaré Ben Yishai.

Dans l’armée israélienne, ainsi qu’au niveau politique et médiatique, on avait tendance à sous-estimer la capacité de lancer des missiles lourds à longue portée, mais ces jours-ci, Tel Aviv a été surpris par la précision des bombardements.

Auparavant, les roquettes à longue portée tirées depuis Gaza étaient imprécises et la plupart tombaient dans la mer ou explosaient en l’air.

Ceux qui ont été lancés ces dernières heures étaient dotés d’ogives lourdes et, plus inquiétant encore, étaient si précis que la défense anti-aérienne a été stupéfaite, a déclaré l’expert dans son article paru dans le Yediot Aharonot.

Il est possible que quelqu’un dans l’armée, dans la division du renseignement ou dans le Shin Bet (organe de sécurité interne d' »Israël »), prétende que l’armée était au courant et que ce n’était pas une surprise, mais en réalité l’estimation était qu’à Gaza ils en étaient encore aux stades très primitifs de la science des fusées.

La réalité est différente et, bien que les bombardements auraient pu être pires en termes de victimes, il s’agit d’un coup dur pour « Israël » et d’un exploit pour le Hamas et le Jihad islamique.

El Mayadeen, 14 mai 2021

Etiquettes : Palestine, Israël, Hamas, Jérusalem, Al Qods, Ghaza,