Israël pilonne Gaza pour endiguer les militants palestiniens, mais les roquettes continuent de voler.

Vendredi, Israël a bombardé Gaza de tirs d’artillerie et de frappes aériennes en ciblant des tunnels de militants palestiniens pour tenter de mettre un terme aux tirs de roquettes persistants sur les villes israéliennes.

L’offensive, qui a duré 40 minutes avant l’aube, a tué 13 Palestiniens, dont une mère et ses trois enfants dont les corps ont été retirés des décombres de leur maison, selon des responsables de la santé à Gaza.

L’opération israélienne comprenait 160 avions ainsi que des chars et des tirs d’artillerie provenant de l’extérieur de la bande de Gaza, a déclaré le porte-parole militaire israélien, le lieutenant-colonel Jonathan Conricus.

Des barrages de roquettes palestiniennes contre le sud d’Israël ont rapidement suivi au cinquième jour des plus graves combats entre Israël et les militants de Gaza depuis 2014.

L’Égypte dirigeait les efforts internationaux pour obtenir un cessez-le-feu et veiller à ce que le conflit ne s’étende pas. Des sources de sécurité ont déclaré qu’aucune des deux parties ne semblait disposée jusqu’à présent, mais un responsable palestinien a déclaré que les négociations s’étaient intensifiées vendredi.

Le président français Emmanuel Macron s’est entretenu avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu vendredi, appelant à un retour à la paix dans la région.

Le Hamas, le groupe islamiste qui dirige Gaza, a lancé les attaques à la roquette lundi, en représailles aux affrontements entre la police israélienne et les Palestiniens près de la mosquée al-Aqsa, troisième site sacré de l’islam, à Jérusalem-Est.

La violence s’est depuis étendue aux villes où les Juifs et la communauté arabe minoritaire d’Israël vivent côte à côte. Des affrontements ont également eu lieu entre des manifestants palestiniens et les forces de sécurité israéliennes en Cisjordanie occupée par Israël, où, selon les autorités sanitaires, sept Palestiniens ont été tués vendredi.

Au moins 122 personnes ont été tuées depuis lundi à Gaza, dont 31 enfants et 20 femmes, et 900 autres blessées, selon des responsables médicaux palestiniens.

Parmi les huit morts en Israël figurent un soldat qui patrouillait à la frontière de Gaza, six civils israéliens – dont deux enfants, une femme âgée et un travailleur indien, selon les autorités israéliennes.

SYSTÈME DE TUNNELS

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU a indiqué que plus de 200 logements avaient été détruits ou gravement endommagés à Gaza et que des centaines de personnes cherchaient refuge dans des écoles du nord de l’enclave côtière.

Israël affirme qu’il fait tout son possible pour préserver la vie des civils, notamment en prévenant à l’avance des attaques.

« Ce que nous visions, c’est un système élaboré de tunnels qui s’étend sous Gaza, principalement dans le nord, mais pas seulement, et c’est un réseau que les agents du Hamas utilisent pour se déplacer, pour se cacher, pour se couvrir », a déclaré M. Conricus aux journalistes étrangers, ajoutant que ce réseau était connu sous le nom de « métro ».

Vendredi, des avions de guerre israéliens ont bombardé les maisons de trois hauts commandants militaires du Hamas dans le centre de Gaza, qui avaient déjà été évacuées, selon des résidents locaux.

Un avion israélien a également bombardé le bâtiment qui abritait la Banque nationale de production dans la ville de Gaza. Des briques et des débris ont été projetés et des fenêtres ont volé en éclats dans certains bâtiments voisins, ont indiqué des témoins.

Des dizaines de personnes en deuil ont participé aux funérailles de six personnes – membres de deux familles dont les maisons ont été touchées par des frappes aériennes israéliennes jeudi – dans la ville de Rafah, dans le sud de Gaza.

Khamees al-Rantissi, tenant dans ses bras le corps de son neveu de 19 mois enveloppé dans un tissu, a déclaré que leur maison avait été bombardée sans avertissement préalable. « Que faisait cet enfant ? Quelle menace représentait-il pour l’État d’Israël ? » Rantissi a demandé.

Netanyahu a déclaré jeudi que la campagne « prendra plus de temps ». Les responsables israéliens ont déclaré que le Hamas devait recevoir un coup dissuasif fort avant tout cessez-le-feu.

Le renforcement des forces de l’armée israélienne à la frontière de Gaza a suscité des spéculations sur une éventuelle répétition des invasions terrestres lors des guerres Israël-Gaza de 2014 et 2009, mais Israël répugne à risquer une forte augmentation des pertes militaires.

FLOTTEMENT DE LA DIPLOMATIE

L’Égypte faisait pression pour que les deux parties cessent le feu à partir de minuit vendredi en attendant de nouvelles négociations, ont déclaré deux sources de sécurité égyptiennes, Le Caire s’appuyant sur le Hamas et d’autres, dont les États-Unis, tentant de parvenir à un accord avec Israël.

« Les pourparlers ont pris une voie réelle et sérieuse vendredi », a déclaré un responsable palestinien. « Les médiateurs de l’Égypte, du Qatar et des Nations unies multiplient les contacts avec toutes les parties pour tenter de rétablir le calme, mais un accord n’a pas encore été trouvé. »

Les hostilités ont alimenté les tensions entre les Juifs israéliens et la minorité arabe de 21% du pays. La violence s’est poursuivie dans les communautés mixtes pendant la nuit après des combats de rue et des attaques en règle qui ont incité le président israélien à mettre en garde contre une guerre civile.

Le cheikh Ikrima Sabri, qui a dirigé les prières du vendredi à la mosquée al-Aqsa, a décrié le traitement réservé à la mosquée par les forces israéliennes. Il a déclaré que son « caractère sacré a été violé à plusieurs reprises pendant le mois sacré du Ramadan » dans ce qu’il a appelé des violations « sans précédent » depuis la guerre israélo-arabe de 1967.

L’armée israélienne a déclaré qu’un Palestinien avait tenté de poignarder un soldat près de la ville de Ramallah, en Cisjordanie. Le soldat a tiré sur l’attaquant. Les autorités sanitaires palestiniennes ont déclaré que l’homme avait été tué.

Les principales compagnies aériennes ont suspendu leurs vols vers Israël et au moins deux propriétaires de pétroliers livrant du pétrole brut ont demandé à se détourner d’Ashkelon vers le port de Haïfa, plus au nord de Gaza, en raison du conflit, selon des sources maritimes vendredi.

Des manifestations pro-palestiniennes ont eu lieu en Jordanie et au Liban, aux frontières de la Cisjordanie et d’Israël, ainsi qu’au Bangladesh, où des milliers de personnes ont défilé depuis la mosquée nationale de Dacca.

Mais la situation générale au Moyen-Orient et dans le monde islamique, où les musulmans célèbrent la fête de l’Aïd al-Fitr et où des restrictions de mouvement dues au COVID-19 sont en place dans certains pays, a été sensiblement plus calme.

Le Conseil de sécurité de l’ONU discutera publiquement de l’aggravation de la violence dimanche, ont déclaré des diplomates après que les États-Unis se soient opposés à une réunion vendredi.

L’armée israélienne a estimé que le nombre de militants tués dans les attaques israéliennes se situait entre 80 et 90. Elle a indiqué que, jusqu’à présent, quelque 1 800 roquettes ont été tirées sur Israël, dont 430 ont échoué à Gaza ou ont mal fonctionné.

Reuters, 14 mai 2021

Etiquettes : Israël, Palestine, Ghaza, Hamas, Jérusalem, Al Qods,