Une sépulture d’enfant témoigne de la vie émotionnelle des premiers hommes – Archéologue kenyan

La découverte de la plus ancienne sépulture humaine connue, une tombe d’enfant dans une grotte kenyane, jette un nouvel éclairage sur la vie émotionnelle des premiers Homo sapiens, a déclaré mercredi le responsable de l’archéologie des musées de ce pays d’Afrique de l’Est.

Les scientifiques ont annoncé la semaine dernière qu’ils avaient trouvé le site, datant d’environ 78 000 ans, où un jeune homme qu’ils ont surnommé « Mtoto » ou « enfant » en swahili a été enterré dans une grotte appelée Panga ya Saidi, près de la côte kenyane.

« C’est important… parce que c’est la première fois que nous commençons à avoir une idée des capacités cognitives et émotionnelles à ce moment-là », a déclaré Emmanuel Ndiema dans une interview à Reuters.

Les découvertes archéologiques précédentes ont aidé les chercheurs à comprendre d’autres aspects du mode de vie des premiers humains, tels que leurs avancées technologiques, la manière dont ils subvenaient à leurs besoins et leur relation avec leur environnement, a-t-il ajouté.

« Nous commençons à comprendre que les gens avaient un certain attachement émotionnel aux morts au point d’être capables de les enterrer intentionnellement. Nous constatons également des capacités cognitives, une pensée abstraite », a déclaré Ndiema.

Mtoto a été placé dans une tombe peu profonde sous le surplomb abrité de la grotte, la tête reposant sur un oreiller et la partie supérieure du corps soigneusement enveloppée dans un linceul.

On pense que l’enfant, dont le sexe n’est pas clair, est mort à l’âge de 2 ans et demi à 3 ans.

Le corps était placé en position fléchie, couché sur le côté droit, les genoux ramenés vers la poitrine, selon les chercheurs qui ont publié leurs conclusions la semaine dernière.

Mtoto faisait partie d’une culture de chasseurs-cueilleurs. Des restes de diverses espèces d’antilopes et d’autres proies ont été trouvés sur le site, situé sur un plateau dans une forêt tropicale. On y a également trouvé des outils en pierre servant à gratter et à percer des trous, ainsi que des pointes de pierre pouvant être utilisées comme éléments d’une lance.

Ndiema a déclaré que la découverte montre également que les premiers Homo sapiens ont vécu dans différentes parties de ce qui est aujourd’hui le Kenya, contredisant un récit de longue date qui suggère que les premiers humains ne se sont installés que dans la vallée du Grand Rift, plus à l’ouest de la zone côtière.

Reuters, 12 mai 2021

Etiquettes : Kenya, sépulture d’enfants, homme primitif, Homo sapiens, Mtoto,