Le Maroc laisse à nouveau 170 femmes saisonnières bloquées en Espagne

Les organisations agricoles demandent la mise en œuvre des mécanismes nécessaires au retour des travailleurs.

La situation a provoqué le chaos pendant des mois la saison dernière

L’histoire se répète un an plus tard. Si au cours du mois de juillet de l’année dernière, la fermeture des frontières due à la pandémie de covid-19 a empêché des milliers de travailleurs saisonniers marocains qui travaillaient dans la campagne de fruits rouges de la province de rentrer au Maroc, cette année, les problèmes ont commencé beaucoup plus tôt, avec des dizaines de travailleurs qui, pour des raisons personnelles et familiales, veulent rentrer dans leur pays, mais ne peuvent pas le faire.

Le problème touche environ 170 femmes marocaines qui se sont déplacées à Huelva avec un contrat de travail à l’origine et sont en attente de rapatriement pour des raisons humanitaires après le voyage a été suspendu par le gouvernement alahuita et ne pas offrir des solutions.

L’information a été avancée hier par l’organisation agricole UPA Huelva, qui a signalé que le 20 avril était prévu, avec toutes les mesures administratives et sanitaires en ordre, le retour de 80 travailleurs qui devraient être rapatriés d’urgence au Maroc pour des raisons humanitaires, certains de gravité, bien que « le voyage a été suspendu et vu impossible de revenir sans une raison spécifique. Ainsi et depuis lors, « les besoins de rapatriement ont augmenté à 170 personnes et le gouvernement marocain n’offre pas de clarification sur la raison de la suspension ni ne propose une nouvelle date pour le voyage de retour de ces travailleurs ».

L’organisation agricole a exprimé son incertitude et son inquiétude quant à la situation, puisque les travailleurs « ont besoin de retourner chez eux avec leurs familles et ne peuvent pas par des circonstances indépendantes d’eux, les employeurs et le gouvernement de l’Espagne, il est donc nécessaire que le gouvernement du Maroc se prononce sur la question et offrir des solutions à leurs compatriotes.

Pour traiter cette question, l’UPA a officiellement demandé au Consul du Maroc une réunion urgente et une autre demande de réunion a été adressée au Secrétaire d’Etat à la migration, Jesus Pera Cortijo, pour sa compétence en la matière par le gouvernement espagnol.

Les deux administrations ont été informées du fait que le retour échelonné de l’ensemble du contingent commencera à la fin du mois de mai et qu’il doit être organisé et coordonné avec un préavis suffisant, de sorte que l’absence de nouvelles à ce sujet génère de l’insécurité tant chez les travailleurs que chez les employeurs.

En ce sens, ils ont demandé au consul et à la direction des migrations du gouvernement espagnol de mettre en place les mécanismes nécessaires pour que le retour des travailleurs soit effectif aux dates prévues, comme dans chaque campagne, et de ne pas rencontrer les problèmes qui se sont posés au cours de l’année passée et qui risquent de se répéter.

Enfin, ils ont voulu faire appel à la sensibilité du gouvernement marocain avec leurs sujets en espérant qu’une solution urgente soit mise en place pour le retour immédiat de ces 170 travailleurs, certains pour des raisons de santé, de naissance d’enfants ou de maladie grave ou de décès de membres de la famille au Maroc.

Huelva Informacion, 13 mai 2021

Etiquettes : Maroc, Espagne, Huelva, saisonnières, rapatriement, fermeture des frontières, blocage,