Le Maghreb et l’UE/ Maroc : le cannabis, un succès d’exportation légal ?

Au Maroc, une loi est actuellement débattue qui légaliserait la culture et l’exportation de cannabis médicinal. Pour de nombreux petits agriculteurs, cela présenterait des avantages considérables. Mais le projet est controversé. Informations générales par Cathrin Schaer

Le Maroc pourrait bientôt s’enrichir grâce à un article d’exportation légal. Actuellement, un projet de loi visant à légaliser la culture du cannabis à des fins médicales est à l’étude au Parlement. Si la loi franchit les derniers obstacles dans les semaines à venir, le royaume pourrait devenir le deuxième pays de la région à légaliser le cannabis dans ce contexte. Le Liban a fait le premier pas en 2020.

Selon plusieurs institutions internationales, dont l’ONU et l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies, le Maroc est l’un des plus grands producteurs de cannabis au monde, ainsi que le plus grand fournisseur de produits illicites à base de cannabis tels que le haschisch. Une grande partie de ces produits pénètrent dans l’UE par diverses voies de contrebande.

Le projet de loi est très controversé. À l’approche des élections parlementaires, régionales et locales de septembre, elle divise visiblement l’opinion publique. Il est donc difficile de dire si le projet de loi sera adopté, déclare Khalid Mouna, professeur d’anthropologie à l’université Moulay Ismail de Meknès.

L’idée de légaliser le cannabis a déjà été discutée auparavant, a-t-il déclaré. Mais surtout, selon lui, il s’agissait d’une tactique pour gagner le soutien des électeurs des zones de culture du cannabis, qui sont souvent économiquement défavorisées.

Cette fois, cependant, cela pourrait être différent, selon Tom Blickman, qui fait des recherches sur la politique internationale en matière de drogues à l’Institut Transnational d’Amsterdam. « Il s’agit manifestement d’une initiative sérieuse. Parce que ça vient du gouvernement. Et derrière le gouvernement se trouve le palais royal. » Jusqu’à présent, a-t-il dit, des propositions en ce sens ont été avancées par l’opposition.

La décision de l’ONU comme base juridique

La campagne actuelle en faveur de la légalisation a débuté début décembre 2020 lors d’une réunion de la Commission des stupéfiants de l’ONU en Autriche. L’Organisation mondiale de la santé avait recommandé que le cannabis soit retiré de la liste des drogues dangereuses, permettant ainsi son utilisation médicale. La Commission des Nations unies a adopté la recommandation de l’OMS à une courte majorité.

Pour le ministre marocain de l’intérieur, Abdelouafi Laftit, cela a fourni la base légale pour introduire le projet de loi sur la légalisation du cannabis au parlement en avril. Le gouvernement a depuis approuvé le projet de loi. Mais maintenant, les députés doivent encore le ratifier.

La plus grande partie du cannabis du pays provient de la région économiquement déprimée du Rif, dans le nord. Bien que la culture soit tolérée, les agriculteurs vivent souvent dans la pauvreté et la peur dans un environnement de criminalité.

Le projet de loi propose une agence nationale pour le cannabis et des coopératives d’agriculteurs pour réglementer la culture. Si le cannabis était légalisé, ce serait « la condition idéale pour que le Maroc attire des investissements à grande échelle dans les infrastructures dont il a besoin pour servir ce marché lucratif », selon un rapport de 2019 de la société d’études du marché du cannabis New Frontier Data. Les agriculteurs marocains auraient alors également la possibilité de se lancer dans le commerce d’autres produits liés au cannabis, selon New Frontier Data.

Objections des islamistes

Cependant, il existe de sérieux obstacles politiques à une industrie officielle du cannabis au Maroc. Ainsi, l’ancien Premier ministre Abdelilah Benkirane, en poste de 2011 à 2017, a suspendu il y a quelques jours son adhésion au « Parti de la justice et du développement » (PJD), un parti islamiste modéré. Le PJD a abandonné son opposition à la légalisation de la culture du cannabis à des fins médicales et industrielles, a-t-il déclaré pour expliquer son geste.

Le parti est à la tête du gouvernement de coalition actuel, mais il a perdu un certain soutien populaire pendant la pandémie.

Entre-temps, les groupes d’agriculteurs des régions septentrionales du cannabis ont annoncé qu’ils chercheraient à amender le projet de loi. Ils n’ont pas été suffisamment consultés, ont-ils critiqué. Leur objection : la légalisation de la culture du cannabis pourrait entraîner l’installation d’exploitations agricoles dans des régions mieux adaptées à l’agriculture conventionnelle à l’avenir.

Par conséquent, les agriculteurs du nord veulent limiter les cultures futures aux zones où la plante a toujours été cultivée. Ils craignent également que la loi ne fasse chuter les prix, et avec eux leurs revenus. En outre, les agriculteurs ont demandé une amnistie pour les plus de 40 000 personnes faisant l’objet d’un mandat d’arrêt pour leur implication dans le commerce illégal du cannabis.

Alternative à la criminalité

Les gouvernements de l’UE pourraient faire davantage pour soutenir la campagne de légalisation au Maroc, estime Tom Blickman, du groupe de réflexion indépendant Transnational Institute d’Amsterdam. Il souligne les opportunités économiques dans le cadre de modèles de « développement alternatif ».

L’idée du « développement alternatif » est de trouver des sources de revenus alternatives pour les agriculteurs impliqués dans la culture de drogues illégales – comme les bananes, le cacao, le café, le bétail ou le poisson. Récemment, le cannabis médicinal a également été compté parmi ces alternatives.

« De plus en plus d’États, dont l’Allemagne, adoptent des réglementations légales pour l’usage médical », indique un document stratégique publié par le ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement en octobre 2020. « Cela pourrait augmenter la demande de cannabis médical cultivé légalement et ouvrir un potentiel de développement dans des régions où le cannabis n’était jusqu’à présent cultivé qu’illégalement. »

Espoir d’exportation vers l’Europe

« Il serait bon que l’Europe soit plus ouverte pour aider à construire cette industrie – par exemple, en important du cannabis médical du Maroc vers l’Allemagne, qui est actuellement le plus grand marché pour le cannabis médical », dit Blickman. « Un avis positif des pays ayant des programmes de cannabis médical pourrait aider ».

Si l’Europe facilitait l’importation, cela aiderait son pays, déclare également Driss Benhima, ancien directeur de l’agence nationale de développement du nord du Maroc et responsable de plusieurs études sur la culture du cannabis dans la région.

D’une part, cela permettrait de préserver l’environnement naturel. « Celle-ci a été gravement endommagée par l’agriculture intensive associée à l’actuelle production illégale de cannabis ». D’autre part, cela permettrait d’atténuer le « manque de confiance toxique » entre les cultivateurs de cannabis et les institutions publiques nationales du Maroc, a déclaré le conseiller du gouvernement. Un manque de confiance avait déjà entravé les précédents projets de développement dans cette zone, a-t-il déclaré. « J’espère que la légalisation va changer tout cela », dit Benhima.

Il en est convaincu : « Cela conduira à des revenus décents, à l’inclusion sociale et aussi à la protection de l’environnement. »

Cathrin Schaer

© Deutsche Welle 2021

Qantara.de, 10 mai 2021

Etiquettes : Maroc, Union Européenne, UE, cannabis, légalisation, haschich, trafic de drogue,