Die Welt : « Pourquoi il est risqué pour l’Allemagne de se frotter au Maroc »

Par Alfred Hackensberger

Le Maroc a encore aggravé son différend avec l’Allemagne. En apparence, il s’agit d’espionnage, mais les véritables raisons sont plus profondes. Ce conflit pourrait avoir de lourdes conséquences. Après tout, le Maroc est le gardien de la frontière extérieure de l’Europe en Afrique.

Les organisations étrangères allemandes sont en état d’urgence dans le royaume d’Afrique du Nord – et personne ne sait combien de temps cela va durer. L’élément déclencheur a été un ordre du ministère marocain des affaires étrangères, début mars, suspendant « tous les contacts et interactions avec l’ambassade d’Allemagne et les institutions qui lui sont associées ».

La semaine dernière, le royaume a ordonné à son ambassadeur de quitter Berlin et a porté de graves accusations contre le gouvernement allemand. Dans un communiqué, Rabat a pour la première fois donné les raisons de la rupture :  » La multiplication des actions hostiles  » de l’Allemagne  » diamétralement opposées aux intérêts du Royaume.  » Sont énumérés l’espionnage, le dénigrement du Maroc et le torpillage délibéré de la politique du pays.

Les relations germano-marocaines sont à un niveau historiquement bas

Ce qui, à première vue, ressemble à un conflit bilatéral, pourrait toutefois avoir de lourdes conséquences. Après tout, le Maroc est le gardien de la frontière extérieure de l’Europe en Afrique et empêche des centaines de milliers de migrants de passer en Espagne. Le royaume est un allié fiable de l’Occident dans la lutte contre le terrorisme international. Rabat a, à plusieurs reprises, fourni des renseignements qui ont permis de déjouer des attentats en Europe.

« Brusque et excessive », c’est ainsi que les milieux diplomatiques qualifient l’approche du Maroc envers l’Allemagne. Le ministère allemand des affaires étrangères s’est dit « surpris » et ne peut « comprendre les accusations du Maroc ». Alors, qu’est-ce qui pousse le royaume à se lancer dans une confrontation avec l’Allemagne, l’une des principales nations industrielles et un membre important de l’UE ? Un pays dont il vient de recevoir 1,4 milliard d’euros d’aide pendant la pandémie ?

L’accusation d’espionnage n’est qu’un détail. Il s’agit du transfert présumé de données sensibles du Maroc à Mohamed Hajib. Ce germano-marocain s’agite depuis Duisburg sur Internet contre le Maroc, où il a été emprisonné pendant sept ans en tant qu’islamiste radical. La plainte selon laquelle l’Allemagne ignore le rôle important du Maroc dans le processus de paix libyen n’est pas différente. La chancellerie n’a pas invité le royaume à la conférence sur la Libye il y a un an, bien qu’elle ait été à l’origine de quelques cycles de discussions des représentants libyens au Maroc.

La principale raison du comportement offensif de Rabat est la région désertique du Sahara occidental, riche en phosphate et en lieux de pêche le long de la côte atlantique. Le Maroc avait annexé la région après la fin de la période coloniale espagnole en 1975. Jusqu’à ce jour, le droit international n’a pas clarifié qui devrait gouverner le Sahara Occidental. Selon les résolutions de l’ONU, un référendum devrait décider : L’affiliation au Maroc ou un état indépendant du mouvement de libération sahraoui POLISARIO. Cependant, le vote n’a jamais eu lieu. Rabat a donc élaboré un plan d’autonomie pour la région – en tant que partie du territoire marocain.

Le royaume obtient pour cela l’approbation de nombreux États, dont la France. Mais le jackpot est arrivé en décembre, lorsque les États-Unis ont reconnu la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental. Ceci en échange de l’établissement de relations diplomatiques avec Israël. Le royaume a été le quatrième pays arabe à bénéficier de l' »accord d’Abraham », initié par le président de l’époque, Donald Trump. Le Maroc est un partenaire stratégique important en Afrique du Nord, avec lequel il est lié par une amitié vieille de 200 ans – le Maroc a été le premier pays à reconnaître l’indépendance des États-Unis. C’est également ce qu’a souligné le nouveau secrétaire d’État américain Antony Blinken lors d’une conversation téléphonique confidentielle avec son homologue marocain Nasser Bourita en avril. Washington ne songe pas à revenir sur la décision de l’administration Trump concernant le Sahara occidental.
Les rapports selon lesquels la milice chiite du Hezbollah formait le POLISARIO aux armes iraniennes peuvent également avoir joué un rôle dans les délibérations américaines. Le Maroc est nécessaire en tant qu’allié contre une éventuelle nouvelle milice mandataire iranienne en Afrique. L’État maghrébin se sent en pleine ascension avec les États-Unis à ses côtés et veut enfin clore le dossier du Sahara occidental en sa faveur. Quiconque s’immisce, le Maroc l’affronte avec force.

Le Maroc se voit en position de force car sans l’intervention marocaine en Méditerranée, des dizaines de milliers de migrants débarqueraient sur les côtes espagnoles mois après mois. Aux yeux du Maroc, le gouvernement allemand torpille délibérément sa politique du Sahara occidental. Car à peine les États-Unis ont-ils reconnu la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental que l’ambassadeur allemand à l’ONU, Christoph Heusgen, a demandé une réunion d’urgence du Conseil de sécurité. Lors de cette réunion, Heusgen a pris ses distances avec l’initiative américaine et a appelé à une solution dans le cadre de l’ONU.

Le représentant du gouvernement allemand a explicitement reproché à Rabat l’échec de toutes les négociations précédentes depuis les années 1990. Heusgen a fait référence aux colons marocains envoyés au Sahara Occidental pour décider d’un éventuel référendum pour Rabat. C’était une performance malheureuse du diplomate allemand de l’ONU et un affront au Maroc. L’argument avec les colons est vieux de 30 ans. Ils vivent maintenant au Sahara Occidental en deuxième et troisième génération. Doivent-ils maintenant être déportés ? En outre, vous ne résolvez pas les conflits en attribuant des blâmes – surtout si vous vous concentrez seulement sur une partie du conflit.
Heusgen n’a pas dit un mot sur l’Algérie, qui continue à soutenir et à instrumentaliser le POLISARIO à ce jour. Les Sahraouis font partie intégrante de la politique de confrontation de l’Algérie avec le Maroc depuis des décennies. L’Algérie ne veut pas d’une détente des relations avec l’Etat voisin et refuse même de rouvrir la frontière commune. Du point de vue de Rabat, une république indépendante au Sahara occidental serait un État satellite algérien et un risque pour la sécurité nationale du Maroc.

Die Welt, 12 mai 2021

Etiquettes : Maroc, Allemagne, Sahara Occidental, Mohamed Hajib, Etats-Unis, Israël, normalisation,