Les accords d’Abraham sont déjà relayés au deuxième plan au Moyen-Orient.

Ishaan Tharoor

Vous êtes en train de lire un extrait de la newsletter Today’s WorldView. Inscrivez-vous pour recevoir le reste, y compris des nouvelles du monde entier, des idées intéressantes et des opinions à connaître, dans votre boîte aux lettres électronique chaque jour de la semaine.

En septembre dernier, le président Donald Trump exultait. Accompagné à la Maison Blanche du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et de hauts dirigeants de Bahreïn et des Émirats arabes unis, Trump a salué la normalisation des liens entre Israël et les deux monarchies du Golfe. Les accords ont été regroupés sous le titre grandiose d' »accords d’Abraham », un clin d’œil à la promesse de coexistence et de prospérité partagée sur le lieu de naissance de trois grandes religions.

« Nous sommes ici cet après-midi pour changer le cours de l’histoire. Après des décennies de division et de conflit, nous marquons l’aube d’un nouveau Moyen-Orient », a déclaré M. Trump depuis le balcon de la Maison Blanche, ajoutant que les accords « serviraient de base à une paix globale dans toute la région ». Dans les mois qui ont suivi, le Soudan et le Maroc ont entamé leur propre processus de normalisation avec Israël.

Mais dès le départ, la manœuvre a été accueillie avec beaucoup de cynisme. Ni les EAU ni le minuscule Bahreïn n’ont jamais été en guerre contre Israël. Ils entretenaient déjà de nombreux canaux de coopération clandestine avec l’État juif. Les accords qu’ils ont signés, comme ce sera le cas plus tard avec le Soudan et le Maroc, sont venus avec d’importants édulcorants géopolitiques de l’administration Trump. En tant qu’États non démocratiques, leurs élites dirigeantes ne pouvaient même pas prétendre représenter les opinions constantes de leur petit nombre de citoyens, et encore moins la masse critique de l’opinion publique régionale.

Pourtant, les accords ont été présentés comme « un pivot de l’histoire », comme l’a dit Netanyahu en septembre. Les monarques avaient choisi de se passer de près de deux décennies de consensus panarabe sur Israël en normalisant les liens avant qu’une conclusion significative au conflit israélo-palestinien ne soit trouvée. Leur décision reflétait un réel épuisement politique de la cause palestinienne de la part de certaines élites politiques des pays arabes, plus préoccupées par les nouveaux défis posés par le régime iranien ou les islamistes politiques tels que les Frères musulmans que par le vieux combat des Palestiniens. Les partisans des accords affirmaient que la « paix globale » promise par Trump émergerait en raison de l’influence accrue que des gouvernements comme celui des Émirats arabes unis auraient désormais sur les Israéliens et les Palestiniens.

Maintenant que Trump est parti et que Netanyahou s’accroche à peine au pouvoir, la politique régionale pourrait déjà s’éloigner des accords d’Abraham. Malgré les images réjouissantes des Émiriens en vacances à Tel-Aviv et des Israéliens faisant la fête à Dubaï, aucun nouveau pays ne s’est joint à eux depuis la vague initiale de Trump. Si l’administration Biden s’est félicitée de l’amélioration des relations entre Israël et le monde arabe, il n’est pas certain qu’elle ait l’intention de s’appuyer sur la principale initiative de politique étrangère de Trump. Le président Biden a retardé ses contacts directs avec Netanyahu dès son entrée en fonction ; le premier dirigeant du Moyen-Orient auquel il a parlé était le roi Abdallah II de Jordanie, dont le pays est beaucoup plus directement impliqué dans le conflit israélo-palestinien que les États du Golfe. Les relations entre la Jordanie et Israël sont également au plus bas, ce qui reflète, en partie, le mépris meurtrier de Trump et de Netanyahou pour la Jordanie en tant que gardien traditionnel des préoccupations palestiniennes.

Il y a eu cette semaine une flambée de violence entre Israéliens et Palestiniens, déclenchée après des semaines de troubles et d’affrontements à Jérusalem. Mardi, des militants de la bande de Gaza sous blocus ont lancé l’une des plus importantes salves de roquettes jamais tirées sur Israël, faisant au moins trois morts.

« L’assaut a été encore plus féroce à Gaza, où Israël a mené l’une de ses campagnes aériennes les plus intenses depuis la guerre de 2014 qui a englouti les parties pendant plus d’un mois », ont rapporté mes collègues. « L’armée israélienne a déclaré avoir frappé plus de 500 cibles en représailles aux tirs de roquettes depuis Gaza. Mardi soir, le ministère palestinien de la Santé a déclaré que les frappes avaient tué 30 habitants de Gaza, dont 10 enfants, et en avaient blessé environ 200 autres. »

L’escalade a suivi la montée en flèche des tensions à Jérusalem, où les récentes marches de groupes d’extrême droite juifs suprématistes, la volonté d’Israël d’expulser les résidents palestiniens du quartier de Sheikh Jarrah à Jérusalem-Est et la répression brutale des manifestants palestiniens par les forces de sécurité israéliennes ont jeté de l’huile sur le feu. L’agitation s’est étendue aux villes situées en dehors des territoires occupés, alors que les citoyens palestiniens d’Israël se rassemblaient pour soutenir leurs frères.

Dans ce maelström, même les pays arabes qui ont normalisé leurs relations avec Israël relâchent leur étreinte. Les Émirats arabes unis et Bahreïn ont tous deux condamné l’assaut israélien de la mosquée al-Aqsa, considérée comme le troisième site le plus sacré de l’islam, le week-end dernier, ainsi que les mesures prises pour expulser des dizaines de Palestiniens de leurs maisons à Sheikh Jarrah. Les médias sociaux des deux pays ont vu fleurir les hashtags de soutien à leurs compatriotes arabes du quartier de Jérusalem.

À l’issue d’une réunion virtuelle des ministres des affaires étrangères de la Ligue arabe mardi, le plus haut diplomate marocain a condamné la rhétorique et les actions « haineuses » des groupes juifs d’extrême droite impliqués dans les violences à Jérusalem. Le bloc, longtemps raillé pour son inaction, a déclaré qu’il exercerait davantage de pression au nom des Palestiniens aux Nations unies et à la Cour pénale internationale, dont le procureur général a lancé en mars une enquête officielle sur les crimes de guerre israéliens présumés dans les territoires occupés.

Anwar Gargash, un éminent diplomate émirati qui, par le passé, a critiqué ouvertement l’Iran, a exprimé sur Twitter sa solidarité avec les Palestiniens, « avec la fin de l’occupation israélienne, avec la solution à deux États et avec un État palestinien indépendant ayant Jérusalem-Est pour capitale. C’est une position historique et de principe qui ne bouge pas. » Les gouvernements d’Oman, du Qatar et de l’Arabie saoudite ont tous publié des déclarations allant dans le même sens, affirmant leur soutien à un État palestinien selon les frontières de 1967 avec Jérusalem-Est comme capitale.

Il s’agit d’une ligne traditionnelle que les gouvernements arabes invoquent souvent lorsque la violence israélo-palestinienne éclate. Mais elle est d’autant plus évidente aujourd’hui qu’elle va à l’encontre de la « vision de la paix » présentée l’an dernier par l’administration Trump avec la bénédiction de Netanyahou, qui envisageait un futur État palestinien vague et réduit, doté d’une souveraineté limitée et sans capitale à Jérusalem proprement dite. Selon l’administration Trump, les accords d’Abraham accéléreraient un réalignement de la politique régionale, dans lequel les pays arabes amis d’Israël et des États-Unis abandonneraient leurs préoccupations à l’égard des Palestiniens au profit d’une plus grande coopération avec Israël en matière de commerce et de sécurité.

Aujourd’hui, cependant, grâce en partie aux provocations de l’extrême droite israélienne montante et à ce que la journaliste Noga Tarnopolsky, basée à Jérusalem, décrit comme l’opportunisme de Netanyahou, le sort des Palestiniens est au centre de la conversation politique mondiale. « Il faut se demander pourquoi Israël transforme la question palestinienne en sommeil en une crise qui fait rage », a observé Vali Nasr, de la School of Advanced International Studies de l’université Johns Hopkins. « Toute la stratégie d’Israël avec les Accords d’Abraham était basée sur l’argument selon lequel la question palestinienne n’était plus pertinente. Maintenant, grâce à une série d’erreurs israéliennes, elle revient en force. »

The Washington Post, 12 mai 2021

Etiquettes : Israël, Palestine, Jérusalem, Al Qods, Al Aqsa, Maroc, Emirats Arabes Unis, Ligue Arabe,