Le dur Ahmadinejad cherche à nouveau à devenir président de l’Iran.

TEHRAN, Iran (AP) – L’ancien président iranien Mahmoud Ahmadinejad, partisan de la ligne dure, s’est inscrit mercredi pour se présenter à nouveau à la présidence de la République islamique, ce qui soulève la possibilité que le leader populiste qui a rapidement fait progresser le programme nucléaire de Téhéran pour défier l’Occident puisse revenir au poste civil le plus élevé du pays.

La tentative d’Ahmadinejad de se représenter en 2017 n’a pas tenu compte des propos du guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, qui avait averti le politicien incendiaire et contestataire de l’Holocauste que sa candidature entraînerait une « situation polarisée » qui serait « néfaste pour le pays ».

Cette fois, cependant, Khamenei ne semble pas contester directement la candidature de l’ancien maire de Téhéran, âgé de 64 ans, qui participe à une élection largement ouverte pour remplacer le président Hassan Rouhani, relativement modéré. C’est un conseil supervisé par M. Khamenei qui déterminera en dernier ressort si M. Ahmadinejad et les autres candidats peuvent se présenter au scrutin du 18 juin.

Alors que l’Iran négocie avec les puissances mondiales au sujet de son accord nucléaire en lambeaux, dans un contexte de tensions avec les États-Unis, l’entrée en scène d’Ahmadinejad pourrait animer une élection qui, jusqu’à présent, n’a pas suscité l’enthousiasme des Iraniens en raison de la pandémie de coronavirus et des sanctions écrasantes.

Entouré de partisans qui criaient, M. Ahmadinejad s’est dirigé vers un centre d’enregistrement du ministère de l’Intérieur, où il a rempli des formulaires d’inscription. Il a levé les mains en faisant le salut « V pour Victoire » avant de s’adresser aux journalistes.

« Ma présence aujourd’hui pour l’enregistrement est basée sur la demande de millions de personnes pour ma participation à l’élection », a-t-il déclaré, ajoutant que le mouvement est également venu après avoir « considéré la situation du pays, et la nécessité d’une révolution dans la gestion du pays. »

M. Ahmadinejad a déjà effectué deux mandats de quatre ans, de 2005 à 2013. En vertu de la loi iranienne, il peut se représenter après quatre ans d’absence, mais il reste une figure polarisante, même parmi les partisans de la ligne dure. Sa réélection contestée en 2009 a déclenché des manifestations massives du « Mouvement vert » et une vaste répression au cours de laquelle des milliers de personnes ont été arrêtées et des dizaines tuées.

À l’étranger, il est devenu une caricature des perceptions occidentales des pires attributs de la République islamique, comme la remise en question de l’Holocauste, l’insistance sur le fait que l’Iran n’avait pas de citoyens gays ou lesbiennes et l’allusion au fait que l’Iran pourrait fabriquer une arme nucléaire s’il le souhaitait.

Mais Ahmadinejad reste populaire parmi les pauvres pour ses efforts populistes et ses programmes de construction de maisons. Depuis qu’il a quitté le pouvoir, il a rehaussé son profil par une présence sur les médias sociaux et a écrit des lettres très médiatisées aux dirigeants mondiaux. Il a également critiqué la corruption du gouvernement, bien que sa propre administration ait fait face à des allégations de corruption et que deux de ses anciens vice-présidents aient été emprisonnés.

Contrairement à 2017, cependant, Khamenei n’a pas mis en garde Ahmadinejad contre la campagne et indique même qu’il gardera le silence sur ses opinions.

« Lors des élections passées, ceux qui voulaient devenir candidats venaient me demander : « Êtes-vous d’accord ? ». Khamenei a déclaré dans un discours par vidéoconférence mardi soir devant des étudiants universitaires iraniens. « Cette année, j’ai dit que je ne le dirai même pas ».

L’Iran a ouvert les inscriptions pour l’élection présidentielle mardi, donnant le coup d’envoi de la course alors que l’incertitude plane sur l’accord nucléaire en lambeaux de Téhéran avec les puissances mondiales et que les tensions restent élevées avec l’Occident. L’élection se déroulera jusqu’à samedi.

Rostam Ghasemi, qui a été ministre du pétrole sous Ahmadinejad et général des Gardiens de la révolution paramilitaires iraniens, s’est également inscrit mercredi. Les partisans de la ligne dure suggèrent de plus en plus qu’un ancien commandant militaire devrait être président étant donné les problèmes du pays, ce qui n’est pas arrivé depuis la révolution islamique de 1979 et la purge des forces armées qui a suivi.

« Une grande partie de la population est passée sous le seuil de pauvreté. Je pense que les devises telles que ‘cela peut être fait’ ou ‘cela doit être fait’ appartiennent au passé », a déclaré M. Ghasemi aux journalistes. « Si Dieu le veut, avec l’expérience acquise dans le passé, le peuple ne donnera pas la barre du pays à des gens qui n’ont même pas navigué sur un bateau auparavant. »

En Iran, les candidats se répartissent sur un spectre politique comprenant des partisans de la ligne dure qui veulent développer le programme nucléaire iranien et affronter le monde, des modérés qui s’accrochent au statu quo et des réformistes qui veulent changer la théocratie de l’intérieur.

Les partisans d’un changement radical ne peuvent même pas se présenter aux élections, car le Conseil des gardiens, un groupe de 12 membres, examine et approuve les candidats sous le contrôle de Khamenei.

Parmi les réformateurs, cependant, un candidat clair n’a pas encore émergé. Certains ont mentionné le ministre des affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, bien qu’il soit aujourd’hui impliqué dans un scandale lié à la fuite d’un enregistrement dans lequel il critiquait franchement la Garde et les limites du pouvoir du gouvernement civil.

Mais Zarif a semblé mercredi fermer la porte à cette spéculation dans un post Instagram.

« Dans ma solitude, j’ai pensé et calculé mes manquements, tant intérieurs qu’extérieurs, dans une situation difficile et tendue », a-t-il écrit. J’ai « finalement conclu en toute conscience que ma participation n’est pas en accord avec la vertu et l’opportunité de la nation et du pays. »

Associated Press, 12 mai 2021

Etiquettes : Iran, Mahmoud Ahmadinejad, Ali Khamenei, Hassan Rouhani, candidature, élections présidentielles,