Des courriels internes révèlent que l’OMS était au courant des allégations d’abus sexuels au Congo

BENI, Congo (AP) – Lorsque Shekinah travaillait comme aide-soignante dans le nord-est du Congo en janvier 2019, dit-elle, un médecin de l’Organisation mondiale de la santé lui a offert un emploi d’enquête sur les cas d’Ebola au double de son salaire précédent – avec un piège.

« Quand il m’a demandé de coucher avec lui, étant donné les difficultés financières de ma famille ….. J’ai accepté », a déclaré Shekinah, 25 ans, qui a demandé que seul son prénom soit utilisé par crainte de répercussions. Elle ajoute que le médecin, Boubacar Diallo, qui se vantait souvent de ses relations avec le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a également proposé à plusieurs de ses amies de travailler en échange de relations sexuelles.

L’Associated Press a appris qu’un membre du personnel de l’OMS et trois experts d’Ebola travaillant au Congo pendant l’épidémie ont séparément fait part à la direction de préoccupations générales d’abus sexuels autour de Diallo. Ils ont déclaré qu’on leur avait dit de ne pas donner suite à cette affaire.

L’OMS a été confrontée à de nombreuses allégations publiques d’abus systémiques de femmes par des membres du personnel anonymes, ce à quoi Tedros a déclaré son indignation et le directeur des urgences, le Dr Michael Ryan, a répondu : « Nous n’avons pas plus d’informations que vous ». Mais une enquête de l’AP a maintenant révélé que, malgré son déni public de connaissance, la haute direction de l’OMS a non seulement été informée de l’inconduite sexuelle présumée en 2019, mais on lui a demandé comment la gérer.

L’AP a également retrouvé pour la première fois les noms des deux médecins accusés d’inconduite sexuelle, Diallo et le Dr Jean-Paul Ngandu, qui ont tous deux été signalés à l’OMS.

Ngandu a été accusé par une jeune femme de l’avoir fécondée. Dans un contrat notarié obtenu par l’AP, deux employés de l’OMS, dont un directeur, ont signé en tant que témoins un accord selon lequel Ngandu devait payer la jeune femme, couvrir ses frais de santé et acheter sa terre. L’accord a été conclu « pour protéger l’intégrité et la réputation » de l’OMS, a déclaré M. Ngandu.

Contactés par l’AP, Diallo et Ngandu ont tous deux nié tout acte répréhensible. L’enquête s’est fondée sur des entretiens avec des dizaines de membres du personnel de l’OMS, des responsables d’Ebola au Congo, des courriels privés, des documents juridiques et des enregistrements de réunions internes obtenus par l’AP.

Un cadre supérieur, le Dr Michel Yao, a reçu des plaintes par courrier électronique concernant les deux hommes. Yao n’a pas licencié Ngandu malgré les fautes signalées. Yao n’avait pas le pouvoir de licencier Diallo, un Canadien, qui avait un autre type de contrat, mais ni lui ni aucun autre responsable de l’OMS n’a mis Diallo en congé administratif.

L’AP n’a pas pu déterminer si Yao a transmis l’une ou l’autre des plaintes à ses supérieurs ou aux enquêteurs internes de l’agence, comme l’exige le protocole de l’OMS. Yao a depuis été promu au poste de directeur du département des opérations sanitaires stratégiques de Genève.

Huit hauts fonctionnaires ont reconnu en privé que l’OMS n’avait pas réussi à lutter efficacement contre l’exploitation sexuelle pendant l’épidémie d’Ebola et que le problème était systémique, selon des enregistrements de réunions internes. Ces révélations interviennent à un moment où l’agence sanitaire des Nations unies met fin à sa réponse aux deux récentes épidémies d’Ebola au Congo et en Guinée, et est déjà sous pression pour sa gestion de la réponse mondiale à la pandémie de COVID-19.

L’OMS a refusé de commenter les allégations spécifiques d’abus sexuels, et aucun des 12 responsables de l’OMS contactés n’a répondu aux demandes répétées de commentaires. La porte-parole Marcia Poole a indiqué que M. Tedros avait annoncé une enquête indépendante sur les abus sexuels au Congo après la publication d’articles dans les médias en octobre. Les enquêteurs ont déclaré que les conclusions devraient être rendues au plus tôt en août.

« Une fois que nous les aurons, nous les examinerons attentivement et prendrons les mesures supplémentaires appropriées », a déclaré Mme Poole. « Nous sommes conscients qu’il reste du travail à faire pour concrétiser notre vision d’opérations d’urgence qui servent les personnes vulnérables tout en les protégeant de toute forme d’abus. »

Le code de conduite de l’OMS pour les membres du personnel stipule qu’ils ne doivent « jamais se livrer à des actes d’exploitation sexuelle » et « éviter toute action qui pourrait être perçue comme un abus de privilèges », ce qui reflète la dynamique de pouvoir inégale entre les médecins visiteurs et les femmes économiquement vulnérables. Mais un audit interne de l’OMS a révélé l’année dernière que certains travailleurs humanitaires n’étaient pas tenus de suivre la formation de l’agence sur la prévention des abus sexuels avant de commencer à travailler pendant Ebola.

« Nous nous doutions tous, depuis le début de la riposte à Ebola, que quelque chose comme cela serait possible », a déclaré Andreas Mlitzke, directeur du bureau de la conformité, de la gestion des risques et de l’éthique de l’OMS, lors d’une réunion interne en novembre. M. Mlitzke a comparé les responsables de l’OMS au Congo à « une force d’invasion » et a déclaré : « Ce genre de choses s’est historiquement produit en temps de guerre ».

Mlitzke a déclaré au cours de la réunion que l’OMS adopte généralement « une approche passive » dans ses enquêtes et qu’on ne pouvait pas s’attendre à ce qu’elle découvre des actes répréhensibles parmi les membres du personnel.

« Ce qui nous empêche de faire quelque chose de proactif, c’est notre propre psychologie », a-t-il dit.

M. Ryan, quant à lui, a déclaré qu’il était peu probable que les incidents de harcèlement sexuel soient exceptionnels.

« Vous ne pouvez pas simplement épingler cela et dire que vous avez une opération de terrain qui a mal tourné », a-t-il déclaré à ses collègues lors d’une réunion interne. « Cela reflète aussi une culture… C’est en quelque sorte la partie émergée d’un iceberg ».

Des courriels internes de novembre 2019 montrent que les directeurs de l’OMS étaient suffisamment alarmés par les plaintes pour abus pour rédiger une stratégie de prévention de l’exploitation sexuelle et nommer deux « points focaux » pour assurer la liaison avec les collègues au Congo et ailleurs. Les directeurs ont également ordonné des enquêtes confidentielles sur les problèmes d’abus sexuels de manière plus générale et une formation de l’ONU sur la façon de prévenir le harcèlement sexuel, parallèlement à l’enquête indépendante annoncée l’année dernière.

Mais le personnel reste préoccupé par le fait que les mesures prises ne sont pas suffisantes. Lors d’une réunion de l’OMS en janvier consacrée aux abus sexuels, le Dr Renee Van de Weerdt, chef de la gestion des urgences et du soutien, a déclaré à ses collègues que le risque « reste élevé dans toutes nos opérations » et qu’une « supervision plus solide » était nécessaire.

Le Dr Gaya Gamhewage, responsable de l’apprentissage et du développement des capacités à l’OMS, a déclaré lors d’une discussion interne de l’OMS sur les abus sexuels que « l’impunité avec laquelle nous avons opéré conduit à cela ». Elle a prévenu : « La formation ne va pas résoudre ce problème. »

Peu après l’identification d’Ebola dans l’est du Congo en 2018, le siège suisse de l’OMS a donné à l’épidémie sa désignation d’urgence la plus grave, permettant à Genève de prendre le contrôle de son bureau africain. Le chef de l’OMS, Tedros, s’est rendu 14 fois au Congo pendant l’épidémie pour superviser personnellement la réponse, et son chef des urgences, Ryan, a fait au moins sept visites.

Au cours de 2018 et 2019, trois experts d’Ebola, dont deux qui travaillaient pour l’OMS à l’époque, ont déclaré à l’AP qu’ils avaient fait part de leurs préoccupations concernant les abus sexuels en général, et Diallo en particulier, à des cadres supérieurs. Mais ils ont dit qu’on leur a répondu que le contrôle de l’épidémie d’Ebola était plus important, et deux ont dit que Diallo était considéré comme « intouchable » en raison de sa relation avec Tedros.

Des plaintes concernant Diallo ont également été soulevées auprès du responsable des opérations d’urgence Yao, qui était chargé de diriger la réponse globale de l’OMS à Ebola au Congo, avec des centaines de personnes, sous la supervision de Ryan. Le 22 février 2019, Yao a reçu un courriel du chef de l’équipe de lutte contre l’épidémie de l’OMS au Nord-Kivu avec pour objet  » Private. Chat. « 

« Chef, s’il vous plaît, ayons une discussion privée demain », a envoyé le collaborateur par courriel, disant qu’il voulait discuter de Diallo, alors responsable de l’épidémie au Nord-Kivu. L’employé n’a pas voulu être identifié par l’AP par crainte de perdre son emploi.

« Nous ne pouvons pas nous permettre d’avoir des gens qui ternissent la sueur et les efforts de personnes qui se sacrifient par (sic) un harcèlement sexuel et une intimidation inappropriés », a écrit l’employé. « Je vous mettrai au courant (en privé). »

Yao a répondu le lendemain matin : « Ok, nous allons parler. » Le staffer a déclaré que Yao lui a dit que l’affaire serait traitée, mais il ne pensait pas que ses préoccupations étaient prises au sérieux et était très contrarié. Il a ajouté qu’il avait été mis sur la touche pour s’être plaint de Diallo.

Deux fonctionnaires de l’OMS ayant connaissance de la situation ont déclaré que l’agence avait enquêté sur des plaintes selon lesquelles Diallo avait agi de manière non professionnelle, y compris une prétendue agression sexuelle, et qu’il n’y avait pas suffisamment de preuves pour corroborer les accusations. Mais les enquêteurs n’ont interrogé aucune des femmes concernées ni les dénonciateurs qui ont signalé les plaintes de harcèlement, selon un haut fonctionnaire de l’OMS qui ne souhaite pas être identifié par crainte de perdre son emploi. Diallo a continué à travailler pour l’OMS des mois après que des inquiétudes aient été soulevées à son sujet.

Diallo était décrit comme un leader charismatique, extraverti, ayant des liens avec certains des principaux responsables de l’OMS, dont Tedros. Dans un discours prononcé en janvier 2019, Tedros a distingué Diallo parmi les intervenants d’Ebola travaillant sous des tirs nourris à Beni.

Sur le site Internet de l’OMS, Diallo, Tedros et Yao sont photographiés souriants et se tapant les coudes lors du voyage de Tedros au Congo en juin 2019. Sur la page Facebook de Diallo, il apparaît sur plus d’une douzaine de photos avec Tedros.

Plusieurs mois après la visite de Tedros, Diallo a rencontré Anifa, une jeune Congolaise travaillant dans un centre de traitement d’Ebola à Beni. Elle dit que Diallo lui a dit : « Comment une belle fille comme toi peut-elle travailler ici, à prendre la température des gens et à leur laver les mains ? C’est terrible ». Elle a dit qu’il lui a proposé un autre emploi à cinq fois plus que son salaire actuel où « les conditions étaient très simples », selon lui.

« Il voulait que je couche avec lui », a-t-elle déclaré à l’AP, notant que Diallo portait fréquemment un badge avec « VIP » inscrit en rouge, attaché à son gilet bleu foncé de l’OMS. Anifa a refusé de donner son nom complet, craignant que cela ne nuise à ses futures perspectives d’emploi. L’AP n’identifie pas les victimes d’abus sexuels.

« Je lui ai dit que j’avais beaucoup étudié pour être employée par le centre de traitement », a déclaré Anifa. Elle a rejeté l’offre de Diallo, disant que « s’il m’embauche après avoir couché avec lui …. je serais une esclave sexuelle, pas une employée de l’OMS ».

Diallo a nié en bloc ces allégations.

« Je n’ai jamais proposé à une femme un emploi en échange de relations sexuelles et je n’ai jamais harcelé sexuellement une femme dans ma vie », a-t-il déclaré à l’AP dans un courriel. Il a ajouté qu’il n’avait jamais été informé d’une quelconque plainte concernant son comportement à l’OMS ni sanctionné pour mauvaise conduite, et que sa relation avec Tedros était « purement professionnelle ».

M. Diallo a déclaré que son contrat avec l’OMS s’est terminé à la fin du mois de juillet et qu’il n’a plus travaillé pour l’agence depuis.

Le même gestionnaire, Yao, a également été informé de l’inconduite sexuelle présumée de l’autre médecin, Ngandu, dans un courriel obtenu par l’AP daté du 23 avril 2019, avec pour objet : « Besoin urgent de vos conseils. » Le responsable de l’épidémie, Mory Keita, a écrit en français : « Je vous informe par la présente que nous avons un collègue qui a fécondé une fille de Beni. »

Keita a dit à Yao qu’une jeune femme et sa tante s’étaient présentées à l’hôtel Okapi à Beni avec deux policiers armés, à la recherche de cadres supérieurs de l’OMS. Ils ont dit que la jeune femme avait eu une liaison avec Ngandu, et que l’hôpital avait confirmé qu’elle était maintenant enceinte. Ngandu les évitait, selon la tante, et elles ont donc fait appel à la police pour le retrouver.

Keita a raconté à Yao que lorsqu’il a été confronté, Ngandu a reconnu avoir eu une relation avec la jeune fille, mais a dit que cela n’avait duré que deux semaines. La tante de la jeune femme a cependant déclaré que sa nièce avait passé la nuit avec lui pour la première fois il y a environ un mois et demi et qu’il lui avait alors donné 100 dollars, « un détail que Ngandu n’a pas pu nier », selon le courriel.

Les deux femmes ont exigé le paiement de tous les médicaments et traitements hospitaliers pendant la grossesse et l’achat d’un terrain pour l’enfant, « étant donné que le Dr Jean-Paul abandonnera la fille et qu’elle sera obligée d’élever seule son enfant. »

« Nous avons demandé à Jean-Paul d’honorer la demande de la famille de la fille et de la tante et d’essayer de trouver un terrain d’entente », a déclaré Keita. « (Ngandu) a suggéré que nous gérions la situation ici à notre niveau, ici à Beni, et que nous n’informions pas la hiérarchie, mais j’ai estimé (…) que vous deviez être informé afin que vous nous disiez vos orientations pour mieux gérer ce problème. »

Moins d’une semaine plus tard, Ngandu et la jeune femme ont signé un contrat notarié dans lequel il s’engageait à lui verser 100 dollars par mois jusqu’à l’accouchement, à lui fournir tous les soins de santé nécessaires et à lui acheter un terrain à Beni. Quatre témoins ont signé le document, dont deux de l’OMS, Keita et Achile Mboko, un responsable des ressources humaines. Keita n’a pas répondu aux demandes de commentaires, et Mboko a reconnu sa signature et sa présence.

Deux contrats manuscrits signés par la jeune femme et Ngandu ont confirmé qu’il avait payé 2 800 dollars pour un terrain avec une maison dans un quartier de Beni et qu’il lui avait transféré les droits de propriété en août 2019.

« C’était une affaire privée et n’impliquait pas l’OMS », a déclaré Ngandu à l’AP. Ngandu a déclaré qu’il n’était pas le père du bébé et qu’il a accepté le règlement après que des collègues de l’OMS, dont Keita, « m’ont conseillé de régler à l’amiable pour éviter de salir la réputation de l’organisation et de moi-même. »

Ngandu, qui est originaire du Congo, a déclaré qu’il n’avait pas été sanctionné par l’OMS et qu’il avait continué à travailler jusqu’à la fin de son contrat en juin 2019. Ngandu est maintenant basé en Namibie et a dit qu’il est en pourparlers avec l’OMS pour un éventuel futur emploi. La jeune femme a refusé de parler à l’AP.

Paula Donovan, codirectrice de la campagne Code Blue, qui fait campagne pour mettre fin à l’exploitation sexuelle par les casques bleus de l’ONU, a déclaré que la tentative de l’OMS de faire effectivement taire la victime était « plus que préoccupante ».

« C’est une perversion de la justice que l’OMS pense pouvoir prendre la loi entre ses mains et résoudre un cas sans passer par les autorités compétentes », a déclaré M. Donovan. « Si c’est ainsi qu’ils ont traité un cas, comment traitent-ils tous les autres ? ».

En mai 2019, Yao a été informé d’une autre plainte pour harcèlement sexuel sans rapport à Bunia, à environ 200 kilomètres (125 miles) au nord de Beni. Deux femmes ont dit à la Banque mondiale qu’elles s’étaient vu refuser des emplois à l’OMS parce qu’elles avaient refusé de coucher avec le responsable du recrutement, dans un courriel vu par un travailleur humanitaire d’Ebola. Ce travailleur humanitaire, qui a demandé à rester anonyme par crainte de représailles, a déclaré à l’AP que la Banque mondiale avait alerté Yao, mais que rien n’avait été fait.

Tout au long de l’été, Yao a été félicité pour son leadership dans la réponse à Ebola. Dans un tweet du 17 juillet, Ebba Kalondo, porte-parole de l’Union africaine, l’a désigné comme l’un des « hommes exceptionnels » de l’OMS et l’a photographié aux côtés de ses collègues, dont Diallo. Ebba Kalondo a exhorté ses lecteurs à « Connaissez leurs noms. Écrivez sur eux. »

Deux mois plus tard, une jeune Congolaise nommée Reby, alors âgée de 20 ans, a rencontré Diallo lorsqu’il est entré dans la boutique Vodacom où elle travaillait. Il lui a donné 100 dollars pour les « frais de transport » afin qu’elle le rencontre dans un hôtel et lui a demandé combien elle gagnait dans son emploi dans les télécommunications, a-t-elle raconté à l’AP.

« Mon Dieu, une belle fille comme toi qui gagne 60 dollars par mois, ce n’est pas assez », a-t-il dit, selon Reby. « Si tu couches avec moi, tu seras un membre haut placé de la réponse à Ebola à Beni et tu recevras environ 800 dollars par mois ».

Reby a refusé d’utiliser son nom complet par crainte de représailles. Elle dit avoir refusé l’offre de Diallo, mais avoir continué à le voir lorsqu’il venait dans sa boutique. « À partir de ce jour, il m’a toujours appelée la fille difficile », a-t-elle dit.

Dans un diaporama confidentiel de janvier 2020, des responsables de l’OMS ont indiqué qu’un examen interne de l’ONU sur la riposte au virus Ebola au Congo avait révélé la nécessité de mettre en place des « mécanismes de protection pour prévenir l’exploitation sexuelle. » Tout le personnel devait suivre une formation sur le harcèlement et d’autres questions.

La publication dans les médias, l’automne dernier, d’allégations générales d’abus sexuels au Congo a déclenché une rafale de réactions de la part de l’OMS.

Yao a déclaré lors d’une réunion interne en septembre que malgré les protocoles de l’ONU visant à prévenir les abus sexuels, « il semble que ce système ne fonctionne pas au niveau de la base. » Il a ajouté qu’une évaluation récente de l’ONU n’avait pas révélé de problèmes, « aussi avons-nous été surpris qu’un cas se produise. »

Le directeur général de l’OMS, Tedros, a qualifié les allégations de trahison « choquante » dans un courriel adressé au personnel et a promis de « graves conséquences », notamment le licenciement immédiat et le renvoi aux autorités locales.

Lors d’une réunion publique en novembre, le chef des urgences Ryan a déclaré que les questions d’abus sexuels avaient été « négligées » pendant des années et s’est excusé auprès de son personnel.

« Il y a ici des comportements qui ne sont pas acceptables », a-t-il déclaré.

Les membres du personnel de l’OMS, en particulier les femmes, n’étaient pas convaincus.

« Très franchement, je pense que ce n’est pas suffisant », a déclaré Maria Van Kerkhove, responsable technique de l’OMS pour COVID-19, lors de la même réunion. « Nous savons que dans chaque situation où nous allons, nous courons un risque ».

« (Il) importe peu de savoir combien de processus vous avez si la culture est de ‘fermer les yeux' », a écrit Linda Doull, coordinatrice du groupe santé mondiale de l’OMS, dans le chat de la réunion.

D’autres ont déclaré que l’ignorance feinte de l’OMS concernant les problèmes d’abus sexuels au Congo s’inscrivait dans la lignée des échecs passés de l’agence à discipliner même les actions criminelles.

« Un membre du personnel de notre bureau a battu sa femme avec un bloc de béton sur le toit de notre bureau et sa sanction a été de perdre un échelon de son grade », a écrit l’épidémiologiste Boris Pavlin dans le chat du groupe, en référence à l’échelle de classement du personnel du système des Nations unies.

Les membres du personnel s’inquiètent également de la persistance de problèmes dans la réponse de l’agence à une autre épidémie d’Ebola au Congo l’année dernière.

« Nous n’avons toujours pas mis en place un programme (de prévention des abus sexuels) solide », a déclaré Jessica Kolmer, responsable de projet à Genève, lors d’une réunion en novembre. Elle a déclaré que les donateurs leur ont dit que leurs nouvelles mesures, notamment l’affichage de dépliants dans leurs bureaux et la création d’un comité de prévention des abus sexuels, n’étaient « pas suffisantes ».

De retour au Congo, Anifa s’est dite profondément troublée par le fait que des membres du personnel de l’OMS n’aient pas été sanctionnés pour leur traitement des femmes.

« Je condamne l’OMS pour ne pas avoir sanctionné le Dr Boubacar Diallo car je sais déjà qu’ils ont des plaintes contre lui », a-t-elle déclaré. « Je me suis demandée : « Pourquoi les gens qui sont venus pour nous aider, pour combattre Ebola ici chez nous, pourquoi veulent-ils détruire nos vies ? ».

Shekinah a déclaré qu’elle « ne pouvait pas compter combien de fois » elle a couché avec Diallo. Elle a dit qu’elle connaissait une douzaine d’autres femmes à Beni qu’il avait victimisées de la même manière.

« Je voulais arrêter », a-t-elle dit. « Mais à cause de mes problèmes financiers, je l’ai enduré ».

Shekinah a dit qu’elle était souvent payée en liquide ou en crédit mobile, avec peu de paperasse. Même après qu’elle et Diallo se soient séparés, dit-elle, il a continué à lui demander des photos ou des appels vidéo alors qu’elle était nue.

Diallo devrait être puni « pour les abus sexuels qu’il a commis sur toutes ces filles à Beni, afin de montrer à ces organisations internationales que cela ne doit plus se reproduire », a-t-elle déclaré. « Je voudrais que justice soit faite ».

Associated Press, 12 mai 2021

Etiquettes : Congo, RDC, abus sexuels, Boubacar Diallo, OMS,