D’ami à ennemi : l’UE prépare ses premières sanctions contre le Liban

L’Union européenne prépare des sanctions à l’encontre des hommes politiques libanais qui bloquent la formation d’un gouvernement. Selon des diplomates, il s’agit des premières sanctions prises par l’Union à l’encontre de son allié du Moyen-Orient, en raison de la frustration suscitée par la mauvaise gestion de l’élite au pouvoir.

Dirigé par l’ancienne puissance coloniale française, le bloc cherche à accroître la pression sur les politiciens libanais qui se chamaillent, après dix mois de crise qui ont laissé le Liban face à l’effondrement financier, l’hyperinflation, les pannes d’électricité et les pénuries de carburant et de nourriture.

Aucun nom n’a été évoqué et la Hongrie a publiquement dénoncé les efforts de l’UE pour faire pression sur les politiciens libanais, mais six diplomates et responsables ont déclaré à Reuters que le travail technique avait commencé pour préparer les sanctions – les critères de désignation – après que les ministres des affaires étrangères de l’UE aient décidé lundi d’agir.

Étant donné que de nombreux politiciens libanais de haut rang possèdent des maisons, des comptes bancaires et des investissements dans l’UE, et que leurs enfants fréquentent les universités de l’Union, le retrait de cet accès pourrait constituer un levier pour mobiliser les esprits.

Paris affirme avoir déjà pris des mesures pour restreindre l’entrée de certains responsables libanais, pour avoir bloqué les efforts visant à résoudre la crise sans précédent, qui trouve son origine dans des décennies de corruption et d’endettement de l’État.

« Le niveau d’impatience à l’égard de la classe dirigeante est de plus en plus élevé. Ils ne semblent pas avoir l’intérêt de leurs peuples à cœur. Attendez-vous à ce qu’une décision soit prise dans les trois ou quatre semaines à venir », a déclaré un haut diplomate européen.

L’UE doit d’abord mettre en place un régime de sanctions qui pourrait se traduire par des interdictions de voyager et des gels d’avoirs.

Les 27 États membres de l’UE sont divisés sur le bien-fondé des sanctions européennes, mais les deux principales puissances du bloc, la France et l’Allemagne, y sont favorables, ce qui pourrait s’avérer déterminant. Un groupe plus large de nations doit encore préciser son approche.

Toutefois, les responsables affirment qu’il est habituel, au stade technique et préparatoire, que les pays restent circonspects et qu’une fois qu’un accord politique entre les gouvernements de l’UE sera en place, ils se rallieront à la France.

« C’est juste une question de temps. Nous avons ce que nous voulions », a déclaré un haut diplomate français à l’issue de la réunion de lundi.

Compte tenu de l’opposition de la Hongrie, l’hypothèse de travail est désormais de privilégier l’approche de chacun des 26 pays restants de l’UE pour imposer individuellement des sanctions, tout en proposant une aide.

CAROTTES ET BÂTONS

« La population souffre, mais les dirigeants politiques n’assument pas leurs responsabilités alors que le pays s’effondre littéralement », a déclaré aux journalistes Josep Borrell, responsable de la politique étrangère de l’UE.

« Nous travaillons à une approche qui combine carottes et bâtons », a-t-il ajouté.

Un document sur les options de l’UE explique comment le Liban pourrait bénéficier financièrement de diverses aides, mais les diplomates ont déclaré que rien ne permettait de penser que ces carottes séduiraient les politiciens libanais et qu’il fallait maintenant passer aux « bâtons ».

La France n’a pas rendu publiques les mesures qu’elle a prises seule, ni contre qui, et l’impact potentiel n’est pas clair car certains politiciens libanais ont la double nationalité. Les responsables français affirment qu’une liste de noms est en place et qu’elle n’a pas été divulguée afin de « secouer » et de laisser deviner les politiciens libanais.

Des diplomates ont également déclaré que l’UE devrait également décider si et comment cibler le bras politique du Hezbollah, le mouvement armé soutenu par l’Iran qui exerce un pouvoir énorme au Liban et est également tenu responsable d’une partie du statu quo politique.

Ce groupe est moins susceptible d’avoir des intérêts dans l’UE.

Dans un possible signal adressé à l’UE, les États-Unis, pour la première fois sous la direction du président Joe Biden, ont sanctionné mardi sept ressortissants libanais liés, selon eux, à la société financière du Hezbollah et ont appelé les gouvernements du monde entier à prendre des mesures à son encontre.

Reuters, 12 mai 2021

Etiquettes : Liban, Union Européenne, UE, sanctions, Hezbollah, effondrement financier, hyperinflation, pannes d’électricité, pénuries de carburant, pénurie de nourriture, France,