Airbus et Air France doivent être jugés pour le crash de 2009

Air France (AIRF.PA) et Airbus (AIR.PA) doivent être jugés pour homicide involontaire pour leur rôle dans le crash de 2009 dans l’Atlantique qui a tué 228 personnes, a estimé mercredi la cour d’appel de Paris.

Cette décision annule la décision prise en 2019 de ne pas poursuivre les deux sociétés pour cet accident, au cours duquel les pilotes ont perdu le contrôle de l’Airbus A330 après que la glace a bloqué ses capteurs de vitesse.

Les familles des victimes ont salué la décision, mais Airbus et Air France ont déclaré qu’ils chercheraient à l’annuler devant la Cour de cassation, la plus haute cour d’appel de France.

« La décision de justice qui vient d’être annoncée ne reflète en aucune façon les conclusions de l’enquête », a déclaré Airbus dans un communiqué envoyé par courriel.

Air France « maintient qu’elle n’a commis aucune faute pénale à l’origine de ce tragique accident », a déclaré un porte-parole du transporteur, qui fait partie d’Air France-KLM.

Le vol AF447 d’Air France reliant Rio de Janeiro à Paris s’est écrasé le 1er juin 2009, tuant toutes les personnes à bord.

Les enquêteurs français ont découvert que l’équipage avait mal géré la situation résultant de la perte de données de vitesse provenant de capteurs bloqués par la glace et avait provoqué un décrochage aérodynamique en maintenant le nez de l’avion trop haut.

La décision antérieure de ne pas engager de procès a suscité des contestations juridiques de la part des familles, des syndicats de pilotes et des procureurs qui avaient engagé des poursuites contre la seule compagnie Air France.

La décision de mercredi a confirmé les nouvelles demandes de procès des deux compagnies formulées par des procureurs de haut niveau qui ont accusé Air France de ne pas avoir formé les pilotes et Airbus d’avoir sous-estimé les dangers posés par les problèmes connus des capteurs de vitesse.

Reuters, 12 mai 2021

Etiquettes : France, Airbus, Air France, justice, jugement, crash, homicide involontaire,