Maroc : Plongée au cœur du trafic de haschich

Le cannabis marocain inonde l’Europe. Nous avons remonté la filière jusqu’à son origine, la région de Ketama dans le Rif. Des camions entiers quittent le secteur franchissant sans problème tous les barrages des douanes ou de l’armée.

De notre envoyé spécial au Maroc Ludovic BASSAND

« Mon haschich, c’est le meilleur ! Première qualité ! Tu ne trouveras pas mieux. C’est ici qu’il faut acheter, pas auprès des arnaqueurs de Tanger ». Mohamed n’est pas peu fier de sa production. Ce quadragénaire, natif de Ketama, la capitale mondiale du cannabis, se prétend « petit fermier ». Mais il pratique une monoculture particulière, celle de la marijuana. Pas besoin de le pousser beaucoup pour visiter ses stocks et ses ateliers, la seule chose qu’il refuse c’est qu’on photographie son visage et qu’on cite son nom. La culture du kif, comme on l’appelle ici, est tolérée mais cela n’empêche pas la prudence. Mohamed possède une très belle et très grande maison devant laquelle stationnent plusieurs voitures. Dans la grange, la poussière recouvre une grosse Mercedes. Ce « fermier » s’en sort plutôt pas mal. Visiblement, il ne souffre pas d’une quelconque politique des quotas.

Dix kilos sur la table

Sous une bâche, il dévoile un énorme tas de son « herbe ». Il y en a bien une tonne ! C’est la dernière récolte, dit-il. « Pas grand chose pour faire vivre une famille toute l’année ».

Mohamed fume lui-même chaque jour. Plus qu’enthousiaste, il montre comment tamiser la plante pour en tirer le pollen, révèle la meilleure façon de presser celui-ci, de le conditionner en plaques, en « savonnettes» et même en petites ogives prêtes à être… avalées pour passer la douane incognito. Il y a maintenant plus de dix kilos de haschich sur la table du salon, des échantillons, et il ne cesse d’en apporter. Il annonce les tarifs : 1.000 euros le kilo pour la meilleure qualité, 500 pour la moins bonne, jusqu’à 200 euros le kilo en cas d’achat en gros. Marchandage possible. Il propose de dissimuler lui-même la drogue dans la voiture, évoque à mots couverts, la possibilité de faire partir une vedette rapide depuis la côte, vers Al Hoceima. Et, surtout, ajoute-t-il, qu’on lui envoie des clients, car « les affaires sont de plus en plus dures ».

Ils sont des milliers comme lui, dans la région de Ketama, un secteur rude, isolé, montagneux, couvert de majestueuses forêts de cèdres et de thuyas géants.

La drogue qui inonde nos villes vient d’ici. En toute impunité. A Ketama, la gendarmerie royale tient pourtant caserne sur la route principale !

Mafieux et indépendants

Les passeurs sont des Marocains de Tanger ou de Casablanca, des Européens aussi. Des camions entiers quittent Ketama, franchissant sans problème tous les barrages des douanes ou de l’armée. Ici, ce n’est un secret pour personne : quelques dizaines ou centaines de dirhams permettent de se jouer de n’importe quel contrôle.
Nordine fait partie de ces fourmis du haschich. C’est ce qu’on appelle une « mule » en jargon policier. Dans sa vieille Mercedes, il convoie 5 à 10 kilos par voyage, qu’il livre à Tanger, « à des amis ». Par voyage, il avoue empocher 2.500 dirhams (environ 250 euros), plus le remboursement des frais. De Tanger, les mafieux locaux, ou des indépendants, n’ont plus qu’à faire passer le produit en Espagne. Des caches sont installées dans des voitures et des camions. Des vedettes ultra-rapides quittent la côte, de nuit. En guère plus d’une heure, elles ont fait l’aller et retour. Quarante-huit heures plus tard, le haschich, débité en barrettes de quelques grammes, est déjà à Amsterdam, Paris, Nancy… à Laxou, au Haut-du-Lièvre, ou dans les poches de votre ado, qui sait ? L. B.

Repères

La chaîne montagneuse du Rif possède la plus vaste surface agricole au monde consacrée au cannabis. Une zone représentant, sur la carte, un carré de 40 kilomètres de côté, avec au centre Ketama, constitue l’épicentre du phénomène.

Une tolérance est accordée par le roi. Le kif, comme on l’appelle ici, est cultivé dans cette zone reculée du Maroc depuis plus de cinq siècles.

On estime à près de 140.000 hectares la surface plantée, soit entre 40 et 50% de la production mondiale. Activité économique majeure de la région, la culture et le trafic de la drogue représentent probablement la première source de devises du Maroc, avant le tourisme.

La production annuelle de haschich marocain est évalué à plus de 100.000 tonnes, qui engendrent près de 2 milliards d’euros de revenus. Le Maroc est le premier producteur de haschich du monde et le premier fournisseur de l’Europe. Différentes qualités de haschich sont produites dans le Rif à partir de diverses variétés de chanvre. Les producteurs commercialisent du pollen, de la résine de cannabis (le shit), obtenue par pressage du pollen, ou encore de l’huile. Certains trafiquants mélangent d’autres ingrédients, parfois toxiques, au cannabis d’origine pour augmenter leurs bénéfices.

L’Est Républicain, 03 févr. 2010

Etiquettes : Maroc, trafic de drogue, haschich, cannabis, marijuana, kif,