Les problèmes de production d’électricité en Côte d’Ivoire et au Ghana affectent l’industrie et les pays voisins

La baisse de la production d’électricité en Côte d’Ivoire et au Ghana a provoqué la colère des ménages et des entreprises et a entraîné des coupures d’électricité dans les pays voisins d’Afrique de l’Ouest, le Mali et le Burkina Faso, ont indiqué des responsables.

Une saison sèche prolongée a entraîné une baisse des niveaux d’eau dans les barrages hydroélectriques des deux pays qui, dans certains cas, pourrait prendre des mois à se résorber, ce qui a entravé la productivité, augmenté les coûts et frappé les économies des plus grands producteurs de cacao du monde.

En Côte d’Ivoire, qui exporte de l’électricité vers six pays, la compagnie nationale d’électricité est confrontée à un déficit de production d’environ 200 mégawatts (MW), soit près de 10 % de sa capacité de 2 230 MW, a déclaré le directeur général Ahmadou Bakayoko lors d’une conférence de presse vendredi.

Des responsables ont déclaré à Reuters que la plupart des compagnies d’électricité du pays produisaient à capacité réduite.

« La production d’électricité au niveau national a été sévèrement impactée depuis novembre 2020 par des incidents techniques majeurs et imprévus sur nos outils de production d’électricité », a déclaré le ministre de l’Énergie Thomas Camara lors de la même conférence de presse.

M. Camara a déclaré que la compagnie nationale d’électricité, la Compagnie d’électricité de Côte d’Ivoire (CIE), avait été contrainte d’utiliser l’eau de réserve de ses réservoirs pour faire fonctionner les centrales hydroélectriques, mais qu’il n’y avait pas assez de pluie pour réalimenter les barrages. Des retards dans l’expansion de la centrale thermique d’Azito, dans la principale ville d’Abidjan, en raison de la pandémie de coronavirus, ont également affecté la capacité.

La situation pourrait revenir à la normale vers le mois de juillet, a-t-il déclaré.

« Nous avons considérablement réduit les exportations de 200 MW à 60 MW », a déclaré M. Camara.

Un porte-parole du ministère malien de l’énergie a déclaré à Reuters que les importations d’électricité en provenance de Côte d’Ivoire avaient chuté de 30 %, provoquant des pannes répétées et entraînant un déficit de production de 100 MW.

La compagnie d’électricité du Burkina Faso a imputé ses pénuries et ses coupures d’électricité à des contraintes de production au Ghana et en Côte d’Ivoire.

Au Ghana, qui exporte vers le Burkina Faso, la compagnie nationale d’électricité procède à des interruptions de service jusqu’au 17 mai.

Vendredi, le régulateur de l’électricité a imputé le problème à plusieurs facteurs, dont des travaux sur les lignes de transmission et le manque de pluie qui a épuisé les réservoirs dans le nord du pays.

RUÉE VERS LES GÉNÉRATEURS

Les pannes en Côte d’Ivoire ont suscité des plaintes du secteur du cacao, qui dépend d’une alimentation électrique régulière pour ses broyeurs. Deux sources industrielles ont déclaré que la plupart des broyeurs de cacao fonctionnaient entre 25 et 50 % de leur capacité.

Les coupures de courant ont entraîné une ruée des entreprises vers les générateurs à moteur diesel, qui sont rares et chers. Celles qui n’ont pas les moyens de les acheter ont renvoyé leurs employés chez eux, ont indiqué les sources.

« Cela a entraîné des coûts de production supplémentaires pour nous, car les générateurs diesel coûtent trois à quatre fois plus cher que l’électricité conventionnelle », a déclaré Louis Amede, directeur général de la Fédération des entreprises de Côte d’Ivoire.

Il a ajouté que la compagnie nationale d’électricité rationnait l’alimentation des entreprises, ne leur fournissant que 12 heures sur 48.

Dans le quartier populaire de Yopougon à Abidjan, plusieurs petites entreprises, dont des ateliers de couture, des salons de coiffure et des boulangeries, n’ont pas pu fonctionner.

Luc Pare, un jeune créateur de mode, était allongé sur un banc dans sa boutique, attendant le retour du courant pour pouvoir utiliser sa machine à coudre.

« Nous ne pouvons pas travailler. La fête de l’Aïd approche. J’ai beaucoup de commandes et je ne sais pas quoi dire aux clients qui sont très exigeants. »

Reuters, 11 mai 2021

Etiquettes : Ghana, Côte d’ivoire, électricité, Mali, Burkina Faso, Afrique de l’Ouest,