Le Maroc renforce sa position de puissance régionale et menace l’intégrité territoriale de l’Espagne.

La décision de l’ancien président américain Donald Trump de reconnaître la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental a été la cerise sur le gâteau d’un processus dans lequel le royaume a été plongé pour renforcer sa position en tant que puissance régionale et sur le continent et qui passe par un réarmement contre son ennemi juré, l’Algérie. La conséquence de tout cela est une menace accrue pour l’Espagne de l’autre côté du détroit de Gibraltar.

C’est la thèse défendue par Guillem Colom, Guillermo Pulido et Mario Guillamó dans leur rapport intitulé « Le Maroc, le détroit de Gibraltar et la menace militaire pour l’Espagne », publié par l’Institut pour la sécurité et la culture (ISC), qui prévient que l’intégrité territoriale de notre pays pourrait être en jeu.

La reconnaissance du Sahara comme marocain, sur laquelle Joe Biden ne semble pas vouloir revenir pour l’instant, a été la monnaie d’échange dans le rétablissement des relations entre le Maroc et Israël, un geste qui, soulignent les auteurs, n’était cependant pas complet et ne représentait pas vraiment un changement en tant que tel, puisque les deux pays « entretiennent depuis longtemps de profondes relations économiques, politiques et de sécurité ».

Ce geste renforce non seulement l’alliance entre les États-Unis et le Maroc, mais aussi sa position sur le Sahara, y compris sa revendication des eaux entourant l’ancienne colonie espagnole. Les auteurs du rapport estiment que Rabat ne cessera pas de s’acharner à

d’adapter sa législation et de délimiter « un nouveau littoral et les zones maritimes correspondantes ».

Cela va totalement à l’encontre des intérêts de l’Espagne, car cela entraînerait un « chevauchement des eaux avec les îles Canaries et la revendication mutuelle d’une extension du plateau continental à 350 milles marins », ce qui signifierait une nouvelle délimitation de sa zone économique exclusive (ZEE).

« Au-delà de la pêche, aspect non moins important, nous trouvons la possibilité de contester la souveraineté des montagnes volcaniques de l’archipel des Canaries qui sont submergées et sont riches en métaux tels que le tellure, le cobalt et le plomb, mettant en évidence la montagne Tropic », avertissent les auteurs du document, soulignant que l’Espagne pourrait voir « menacés ses territoires extra-péninsulaires ».

LE POUVOIR SUR LE CONTINENT

Le Maroc s’en trouverait également renforcé d’un point de vue politique et serait en bonne position pour assumer un rôle de leader dans la région et sur le continent en général, où il a pris ces dernières années des mesures pour améliorer sa position. La preuve de ces efforts est que 15 pays africains ont déjà ouvert des consulats à Dakhla, au Sahara occidental.

La prise en charge par le royaume alaouite d’un rôle de premier plan au Maghreb et dans toute l’Afrique se heurte aux intérêts de pays comme la France, mais aussi l’Espagne et l’Italie, qui cherchent à exercer leur influence, notamment au Sahel, une région dont la présence djihadiste est de plus en plus préoccupante de l’autre côté de la Méditerranée.

Mais, selon le rapport, « si le Maroc aspire à devenir une puissance économique et politique régionale, il doit éloigner les organisations terroristes de ses frontières, approfondir l’intégration ethnique », en référence aux Sahraouis et aux Berbères, ainsi que « le maintien de forces armées modernes et le succès du capitalisme d’État ».

Ce n’est que de cette manière, soulignent les auteurs, que le royaume « pourra influencer les décisions prises dans son environnement, devenir un État médiateur dans la lutte contre le terrorisme et le radicalisme et un agent clé dans la gestion du commerce régional et du phénomène migratoire ».

COURSE À L’ARMEMENT AVEC L’ALGÉRIE

Peut-être conscient de son besoin de renforcer sa sécurité, le Maroc s’est engagé dans une course aux armements. Il y a quelques années encore, le royaume était désavantagé par rapport à son voisin et rival, l’Algérie, mais cette tendance semble avoir changé.

Rabat a lancé en 2017 un plan de réarmement quinquennal de 22 milliards de dollars avec le soutien des États-Unis et de l’Arabie saoudite, grâce auquel il est parvenu à se débarrasser de ses principales faiblesses d’un point de vue militaire, en renforçant ses capacités aériennes et anti-aériennes.

En outre, en 2018, il a réintroduit le service militaire obligatoire.

Loin de ce que l’on pourrait penser, préviennent les auteurs, le fait que les capacités militaires du Maroc et de l’Algérie semblent s’équilibrer entraîne un risque accru de conflit entre eux, selon les experts dans ce domaine. Le fait que les pays aient un différend territorial en cours, comme c’est le cas, augmente également le risque d’épidémie.

Par conséquent, le rapport souligne que « le fait que deux pays voisins de l’Espagne puissent entrer dans une situation de pré-guerre, ou du moins dans une situation de forte hostilité et de tension, devrait être une priorité pour la sécurité nationale et nécessite une analyse spécifique ».

MENACE ÉCONOMIQUE

La reconnaissance du Sahara comme marocain par Washington est également un coup de pouce à la volonté du royaume de devenir un pays leader sur le continent, où il est déjà la cinquième puissance économique. Le Sahara occidental s’inscrit dans les plans de développement économique du royaume alaouite en tant que source d’exportations, principalement de phosphates.

Il est également essentiel pour le principal projet d’infrastructure de Rabat, le port de Tanger-Med. En tant que point final du réseau d’infrastructures commerciales de l' »axe Tanger-Dakar », son succès dépend du transit libre et sûr des marchandises terrestres à travers l’ancienne colonie espagnole, expliquent les auteurs, qui soulignent que le projet Tanger-Med est en concurrence directe et avec des avantages significatifs avec les ports d’Algésiras, de Valence et de Barcelone.

Enfin, les « provinces du Sud » ont également d’importantes implications économiques et géopolitiques en raison du projet de construction d’un gazoduc transsaharien reliant le Nigeria, le Maroc et l’Europe, qui ébranlera également le monopole algérien du gaz.

En bref, l’Espagne est confrontée à un double défi pour sa sécurité. D’une part, un éventuel conflit entre le Maroc et l’Algérie « avec des effets qui seraient projetés dans toute la région du détroit de Gibraltar » et d’autre part, le réarmement marocain et la consolidation de son contrôle sur le Sahara occidental pourraient, à plus long terme, conduire à un conflit entre le Maroc et l’Algérie « avec des effets qui seraient projetés dans toute la région du détroit de Gibraltar ».

Le Sahara occidental pourrait, à plus long terme, signifier un défi à l’intégrité territoriale ». « Nous ne devons pas oublier qu’une partie de la mentalité et de la culture stratégique marocaines a pour rêve de suivre un agenda d’expansion territoriale en accord avec l’ancien concept du ‘Grand Maroc' », soulignent-ils, ce qui impliquerait le contrôle de Ceuta et Melilla.

À cet égard, ils rappellent les déclarations faites en décembre par le Premier ministre marocain, Saad Eddine El Othmani, qui a déclaré que « le jour viendra où nous rouvrirons la question de Ceuta et Melilla, territoires marocains comme le Sahara ». Ces déclarations ont provoqué la convocation de l’ambassadeur du Maroc à Madrid au ministère des affaires étrangères, où elle a assuré que la position de Rabat sur les deux enclaves n’avait pas changé et qu’ils continuaient à reconnaître qu’elles sont espagnoles.

Catalunya press, 10 mai 2021

Etiquettes : Maroc, Espagne, Algérie, armée,