VOA : Le Maroc tente de forcer un changement de position de l’Espagne au sujet du Sahara Occidental

Un nouveau différend éclate entre l’Espagne et le Maroc au sujet du chef du Sahara occidental

Par Graham Keeley 

MADRID – Un différend diplomatique entre le Maroc et l’Espagne sur la décision de Madrid d’accueillir un leader du mouvement indépendantiste du Sahara Occidental a envenimé les relations qui s’étaient améliorées de part et d’autre de la Méditerranée.

Brahim Ghali, le leader du Front Polisario, qui veut l’indépendance du peuple sahraoui au Sahara occidental, est soigné dans un hôpital de Logroño, dans le nord de l’Espagne, après avoir été infecté par le COVID-19.

Sa présence en Espagne a provoqué la colère du Maroc qui a accusé le gouvernement de gauche de Madrid de mettre en danger les relations avec Rabat.

Le Front Polisario a mené une longue guerre contre le Maroc pour obtenir l’indépendance du territoire contesté du Sahara occidental. Malgré une trêve en 1991, les deux parties sont à couteaux tirés depuis des années.

Les Nations unies classent le Sahara occidental, colonie espagnole jusqu’en 1975 avec une population d’un million d’habitants, comme un « territoire non autonome ».

Le Front Polisario a exigé un référendum sur l’indépendance, tandis que Rabat affirme que le territoire fait partie du Maroc.

L’Espagne a essayé de paraître neutre sur la question du Sahara occidental, mais les analystes suggèrent que le Maroc utilisera le différend diplomatique entre Rabat et Madrid sur la présence du Ghali en Espagne pour exercer une pression sur l’Espagne afin qu’elle change de politique.

Rabat se plaint

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Naser Burita, a demandé si l’Espagne voulait « sacrifier ses relations avec le Maroc » en n’informant pas Rabat de la présence du Ghali en Espagne.

« Pourquoi l’Espagne ne considère-t-elle pas qu’elle doit informer le Maroc de la présence du Ghali ? Préféreraient-ils conspirer avec les ennemis du Maroc ? C’est un test pour nos relations », a déclaré M. Burita dans une interview accordée le week-end dernier à EFE, l’agence de presse étatique espagnole.

M. Burita faisait référence à l’Algérie lorsqu’il a mentionné les ennemis du Maroc, l’État voisin d’Afrique du Nord défendant la cause du Front Polisario.

Le ministre a déclaré que le Maroc avait soutenu l’Espagne lorsque l’ancien président régional catalan Carles Puigdemont a organisé une déclaration d’indépendance ratée en 2017, plongeant l’Espagne dans sa pire crise politique depuis des décennies.

Le mois dernier, le Maroc a convoqué Ricardo Díez-Hochleitner, l’ambassadeur espagnol à Rabat, pour se plaindre de la présence de Ghali en Espagne.

Rabat a également accusé Madrid de permettre à Ghali d’entrer en Espagne avec un faux passeport et une fausse identité, ajoutant qu’il existe plusieurs plaintes contre Ghali en Espagne pour des allégations de « crimes de guerre et de violations des droits de l’homme. »

Ghali a été accusé par un groupe dissident du Front Polisario basé en Espagne appelé ASADEDH, qui l’accuse de torture et de crimes contre l’humanité, des accusations sur lesquelles les autorités espagnoles enquêtent.

Les dissidents affirment que des membres du mouvement indépendantiste du Sahara occidental les ont détenus dans des camps en Algérie contre leur gré.

La ministre espagnole des affaires étrangères, Arancha Gonzalez Laya, a déclaré aux journalistes que l’Espagne avait admis Ghali pour des raisons « strictement humanitaires », en précisant qu’il se remettait d’un coronavirus.

L’Audience nationale espagnole, qui traite les affaires graves de terrorisme et de fraude, a convoqué le chef de milice pour qu’il comparaisse le 1er juin afin de répondre aux allégations de torture formulées par des dissidents du Front Polisario.

« Ghali a été cité à comparaître le 1er juin s’il est suffisamment en forme pour assister à l’audience », a déclaré un porte-parole du tribunal à VOA.

Gonzalez a déclaré que le système judiciaire espagnol s’occuperait de toutes les allégations contre le leader du Polisario mais que cela n’avait rien à voir avec le gouvernement espagnol.

« Si le système judiciaire estime que Ghali doit répondre devant la justice, alors il se présentera devant le tribunal », a-t-elle ajouté lors d’une conférence de presse la semaine dernière.

« Ce ne sera pas le gouvernement qui interviendra dans le fonctionnement indépendant et libre de la justice dans notre pays. La justice fera ce qu’elle a à faire et le gouvernement la respectera pleinement car il ne peut en être autrement dans un pays démocratique. »

Les médias espagnols ont rapporté que Ghali avait donné un faux nom et utilisé un passeport diplomatique algérien pour entrer en Espagne.

Ignacio Cembrero, un journaliste espagnol qui a beaucoup écrit sur le Maroc, a déclaré que Rabat essaiera d’utiliser l’affaire Ghali pour changer la politique de l’Espagne sur le Sahara occidental.

L’Espagne sous pression

Actuellement, l’Espagne maintient qu’une solution à la question ne peut venir que d’un accord négocié par les Nations Unies, mais, selon Cembrero, le Maroc pourrait essayer de pousser l’Espagne à changer cette position pour la rendre plus favorable à Rabat.

« En public, l’Espagne n’admettra jamais qu’elle a changé sa politique », a déclaré Cembrero à VOA.

« Cependant, en privé, l’Espagne peut agir plus favorablement envers les ambitions du Maroc de contrôler le Sahara Occidental. Au fil des ans, l’Espagne a discrètement aidé le Maroc en l’aidant aux Nations Unies et dans ses batailles juridiques à la Cour européenne de justice. »

L’Espagne a cherché à prendre ses distances par rapport aux différends internationaux sur le Sahara Occidental, consciente de l’effet possible que cela pourrait avoir sur les relations commerciales et sécuritaires entre les proches voisins, selon les experts.

La semaine dernière, un nouveau désaccord a éclaté entre le Maroc et l’Allemagne sur le territoire contesté, Rabat rappelant son ambassadeur à Berlin.

Le Maroc a accusé l’Allemagne de « s’éloigner de l’esprit de solution constructive avec une attitude destructive sur la question du Sahara marocain », a déclaré le ministère marocain des Affaires étrangères dans un communiqué.

Après que les États-Unis aient reconnu le droit du Maroc à contrôler le Sahara occidental en janvier, l’Allemagne a demandé une réunion à huis clos du Conseil de sécurité de l’ONU pour discuter de la question.

Le gouvernement allemand a déclaré qu’il était « surpris » par la décision du Maroc de rappeler son ambassadeur.

« Nous sommes d’autant plus surpris par cette mesure que nous travaillons avec la partie marocaine de manière constructive pour résoudre cette crise », a déclaré le ministère allemand des Affaires étrangères.

VOA, 10 mai 2021

Etiquettes : Maroc, Allemagne, Sahara Occidental, Front Polisario,