Plus de 300 Palestiniens blessés dans un affrontement sur le lieu saint de Jérusalem

JERUSALEM (AP) – La police israélienne, qui a tiré des gaz lacrymogènes, des grenades assourdissantes et des balles en caoutchouc, a affronté des Palestiniens qui lançaient des pierres sur un lieu saint de Jérusalem, le dernier d’une série de confrontations qui menacent de pousser la ville contestée vers un conflit plus large.

Plus d’une douzaine de bombes lacrymogènes et de grenades assourdissantes ont atterri dans la mosquée Al-Aqsa, située dans une enceinte sacrée à la fois pour les juifs et les musulmans, a déclaré un photographe de l’Associated Press présent sur les lieux. De la fumée s’élevait devant la mosquée et l’emblématique sanctuaire à dôme doré du site, et des pierres jonchaient la place environnante. Dans une partie du complexe, des chaussures et des débris étaient éparpillés sur des tapis ornés.

Plus de 305 Palestiniens ont été blessés, dont 228 se sont rendus dans des hôpitaux et des cliniques pour y être soignés, selon le Croissant-Rouge palestinien. Sept des blessés étaient dans un état grave. La police a déclaré que 21 agents avaient été blessés, dont trois ont été hospitalisés.

La confrontation de lundi était la dernière en date après des semaines de tensions croissantes entre les Palestiniens et les troupes israéliennes dans la vieille ville de Jérusalem, le centre émotionnel de leur conflit. Les affrontements ont eu lieu pendant le mois sacré musulman du Ramadan, qui est déjà une période où les sensibilités religieuses sont exacerbées.

Plus récemment, les tensions ont été alimentées par un plan d’expulsion dans un quartier arabe de Jérusalem-Est où des colons israéliens ont mené une longue bataille juridique pour s’approprier des propriétés.

Des centaines de Palestiniens et environ deux douzaines de policiers ont été blessés ces derniers jours lors d’affrontements sur le site sacré, connu par les juifs sous le nom de Mont du Temple et par les musulmans sous le nom de Noble Sanctuaire. Ce lieu, qui a été le déclencheur de violences israélo-palestiniennes par le passé, est le troisième site le plus sacré de l’islam et est considéré comme le plus sacré du judaïsme.

Un photographe de l’AP présent sur les lieux a déclaré que tôt lundi matin, des manifestants avaient barricadé les portes de l’enceinte avec des planches de bois et de la ferraille. Peu après 7 heures du matin, des affrontements ont éclaté, les personnes à l’intérieur jetant des pierres sur les policiers déployés à l’extérieur. La police est entrée dans l’enceinte, tirant des gaz lacrymogènes, des billes d’acier recouvertes de caoutchouc et des grenades paralysantes.

À un moment donné, environ 400 personnes, jeunes manifestants et fidèles plus âgés, se trouvaient à l’intérieur de la mosquée Al-Aqsa recouverte de moquette. La police a tiré des gaz lacrymogènes et des grenades assourdissantes dans la mosquée.

Selon la police, les manifestants ont lancé des pierres sur les officiers et sur une route adjacente près du Mur occidental, où des milliers de Juifs israéliens s’étaient rassemblés pour prier.

Après plusieurs jours d’affrontements à Jérusalem, Israël a fait l’objet de critiques internationales croissantes pour ses actions musclées sur le site, en particulier pendant le Ramadan.

Le Conseil de sécurité de l’ONU a prévu des consultations à huis clos sur la situation lundi.

Dimanche dernier, le conseiller à la sécurité nationale des États-Unis, Jake Sullivan, s’est entretenu avec son homologue israélien, Meir Ben-Shabbat. Selon un communiqué de la Maison Blanche, M. Sullivan a appelé Israël à « prendre les mesures appropriées pour assurer le calme » et a fait part des « graves préoccupations » des États-Unis concernant les violences en cours et les expulsions prévues.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a réagi aux critiques lundi, décrivant les actions d’Israël à Jérusalem comme une question d’ordre public. Netanyahu a déclaré qu’Israël est déterminé à garantir les droits de culte pour tous et que cela « nécessite de temps en temps de se lever et de rester fort comme la police israélienne et nos forces de sécurité le font maintenant. »

Ofir Gendelman, un porte-parole de Netanyahu, a affirmé dans un tweet que « les Palestiniens extrémistes avaient planifié bien à l’avance de mener des émeutes » sur le lieu saint, partageant des photos de monticules de pierres et de barricades en bois à l’intérieur du complexe.

Ayman Odeh, un homme politique arabe de premier plan en Israël, a imputé la violence aux politiques discriminatoires d’Israël à l’égard des Palestiniens et a déclaré qu’elle avait provoqué la violence. « Partout où vous trouvez l’occupation, vous trouverez la résistance », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse à Sheikh Jarrah, près des maisons dont les résidents sont menacés d’expulsion.

Dans d’autres violences, des manifestants palestiniens ont lancé des pierres sur un véhicule israélien circulant juste à l’extérieur des murs de la vieille ville. Le conducteur a déclaré plus tard à la chaîne publique Kan que ses vitres avaient été brisées par des pierres et des jets de gaz poivré sur sa voiture alors qu’il passait devant la vieille ville. Les images de vidéosurveillance de l’incident publiées par la police montrent une foule entourant la voiture et la bombardant de pierres, sa vitre arrière brisée, lorsqu’elle a quitté la route et a heurté une barrière de pierre et un passant.

Selon la police, deux passagers ont été blessés.

La journée a commencé par l’annonce par la police de l’interdiction faite aux Juifs de se rendre sur le lieu saint à l’occasion de ce que les Israéliens appellent la Journée de Jérusalem, avec un défilé de drapeaux dans la vieille ville, largement perçu par les Palestiniens comme une provocation dans la ville contestée. Les manifestants célèbrent la prise de Jérusalem-Est par Israël lors de la guerre du Proche-Orient de 1967.

Au cours de ce conflit, Israël a également pris la Cisjordanie et la bande de Gaza. Il a ensuite annexé Jérusalem-Est et considère la ville entière comme sa capitale. Les Palestiniens souhaitent créer un futur État dans les trois régions, avec Jérusalem-Est comme capitale.

La police a autorisé la tenue du défilé de la Journée de Jérusalem malgré les craintes croissantes qu’il n’exacerbe les tensions après les violences survenues presque chaque nuit pendant le ramadan.

Tout a commencé lorsqu’Israël a bloqué un endroit populaire où les musulmans se rassemblent traditionnellement chaque soir à la fin de leur journée de jeûne. Israël a ensuite levé les restrictions, mais les affrontements ont rapidement repris sur fond de tensions liées à l’expulsion prévue des Palestiniens du quartier arabe de Sheikh Jarrah.

La Cour suprême d’Israël a reporté lundi une décision clé qui aurait pu contraindre des dizaines de Palestiniens à quitter leur maison, invoquant les « circonstances ».

La répression israélienne et les expulsions prévues ont suscité des condamnations sévères de la part des alliés arabes d’Israël et des expressions de préoccupation de la part des États-Unis, de l’Union européenne et des Nations unies.

Les tensions à Jérusalem ont menacé de se répercuter dans toute la région.

Des militants palestiniens de la bande de Gaza ont tiré plusieurs barrages de roquettes sur Israël, et des manifestants alliés au groupe militant Hamas au pouvoir ont lancé des dizaines de ballons incendiaires sur Israël, déclenchant des incendies dans le sud du pays.

« L’occupant joue avec le feu et il est très dangereux de toucher à Jérusalem », a déclaré Saleh Arouri, un haut responsable du Hamas, à la chaîne de télévision Al-Aqsa du groupe militant.

En réponse, le COGAT, l’organe du ministère israélien de la défense responsable des points de passage avec la bande de Gaza, a annoncé lundi qu’il fermait le point de passage d’Erez à tous, sauf aux cas humanitaires et exceptionnels, jusqu’à nouvel ordre.

Associated Press, 10 mai 2021

Etiquettes : Palestine, Israël, Jérusalem, Al Qods, répression, agression, violence,