La Norvège devrait exclure J&J et AstraZeneca du programme de vaccination COVID, déclare la Commission

La Norvège devrait exclure les vaccins COVID-19 fabriqués par AstraZeneca (AZN.L) et Johnson & Johnson (JNJ.N) de son programme d’inoculation en raison d’un risque d’effets secondaires rares mais nocifs, a déclaré lundi une commission nommée par le gouvernement.

Les personnes qui se portent volontaires pour recevoir l’un ou l’autre des vaccins devraient toutefois être autorisées à le faire, a déclaré la majorité de la commission, qui a souligné l’importance de dissiper toute hésitation à l’égard des vaccins.

La Norvège a suspendu la mise en œuvre du vaccin d’AstraZeneca le 11 mars après qu’un petit nombre de jeunes vaccinés ont été hospitalisés pour une combinaison de caillots sanguins, d’hémorragies et d’un faible taux de plaquettes, certains d’entre eux étant décédés par la suite.

Le 15 avril, l’Institut norvégien de la santé publique a déclaré que le vaccin d’AstraZeneca devait être entièrement abandonné, mais le gouvernement a demandé l’avis de sa commission. Il a également demandé l’avis de sa commission sur les vaccins de J&J, qui n’ont pas été utilisés en Norvège malgré l’approbation de l’Agence européenne des médicaments. en savoir plus

En expliquant ses recommandations, la commission a déclaré que huit cas norvégiens de coagulation grave avaient été liés au vaccin d’AstraZeneca, et que quatre de ces personnes étaient décédées.

« Il convient de mettre l’accent sur le maintien de la confiance dans le programme national de vaccination afin que l’immunité puisse être établie dans la population lors de multiples cycles potentiels de vaccination dans les années à venir », a déclaré la commission.

Le ministre de la santé, Bent Hoeie, a déclaré lors d’une conférence de presse : « Le gouvernement s’appuiera sur ces éléments pour prendre sa décision, ainsi que sur les recommandations de l’Institut de santé publique, quant à l’utilisation de ces vaccins. »

Il n’a pas précisé quand le gouvernement prendrait sa décision.

Par ailleurs, lundi, l’Institut norvégien de santé publique (FHI) a également recommandé de ne pas utiliser le vaccin de Johnson & Johnson, citant les mêmes effets indésirables rares mais graves que pour le vaccin d’AstraZeneca.

Ni AstraZeneca ni Johnson & Johnson n’ont répondu immédiatement aux demandes de commentaires.

PREMIÈRE DOSE

Alors que l’EMA a déclaré que les avantages du vaccin bon marché et facilement transportable d’AstraZeneca dans la lutte contre la pandémie l’emportent sur les risques, plusieurs pays européens ont limité son utilisation aux groupes d’âge plus élevés. L’EMA a également soutenu le vaccin de J&J, qui est basé sur une technologie similaire à celle d’AstraZeneca.

La Norvège utilise actuellement uniquement des vaccins fabriqués par Moderna (MRNA.O) et Pfizer/BioNTech (PFE.N)(22UAy.DE).

Dans le cadre de la décision du gouvernement concernant les vaccins, le FHI a également déclaré que les taux d’infection étaient sous contrôle en Norvège et que près de 90% des personnes âgées de 65 ans et plus avaient reçu une première dose de vaccin.

Un adulte norvégien sur trois a jusqu’à présent reçu au moins une dose, et les autorités s’attendent à ce que tous les adultes se voient offrir leur premier vaccin d’ici le 25 juillet, même sans l’utilisation des vaccins AstraZeneca ou Johnson & Johnson.

La suspension anticipée du vaccin d’AstraZeneca et la décision de ne pas utiliser celui de Johnson & Johnson ont été en partie rendues possibles par le fait que la Norvège a connu des niveaux d’infection plus faibles qu’ailleurs en Europe, a déclaré le FHI.

Cette décision contraste avec celle de l’Allemagne, qui a déclaré lundi qu’elle mettrait le vaccin de Johnson & Johnson à la disposition de tous les adultes. en savoir plus

La recommandation de ne pas utiliser AstraZeneca et J&J est conforme aux décisions déjà prises par le Danemark voisin, qui est devenu la première nation à abandonner les vaccins.

Reuters, 10 mai 2021

Etiquettes : Union Européenne, UE, Norvège, vaccin, vaccination, Astrazeneca, Johnson&Johnson, covid 19, cornavirus, pandémie, thrombose, caillots sanguins,