Exclusif : Frappées par le COVID, les femmes sénégalaises trouvent un nouvel espoir dans la pêche

BARGNY, Sénégal (AP) – Depuis sa naissance sur la côte sénégalaise, l’océan a toujours donné la vie à Ndeye Yacine Dieng. Son grand-père était pêcheur, et sa grand-mère et sa mère transformaient le poisson. Comme des générations de femmes, elle contribue aujourd’hui à faire vivre sa famille dans la petite communauté de Bargny en séchant, fumant, salant et faisant fermenter les prises ramenées à la maison par les villageois. Ces femmes disent qu’elles ont été baptisées par le poisson.

Mais lorsque la pandémie a frappé, les bateaux qui emmenaient autrefois jusqu’à 50 hommes en mer n’en transportaient plus que quelques-uns. De nombreux habitants étaient trop terrifiés pour quitter leur maison, et encore moins pour pêcher, de peur d’attraper le virus. Lorsque les femmes locales parvenaient à mettre la main sur du poisson à transformer, elles n’avaient pas les acheteurs habituels, car les marchés étaient fermés et les pays voisins enclavés fermaient leurs frontières. Sans économies, de nombreuses familles sont passées de trois repas par jour à un ou deux.

Dieng fait partie du millier de femmes de Bargny, et de bien d’autres dans les autres villages qui parsèment la côte sablonneuse du Sénégal, qui transforment le poisson – le maillon crucial d’une chaîne qui constitue l’une des principales exportations du pays et emploie des centaines de milliers de ses habitants.

« C’était catastrophique – toutes nos vies ont changé », a déclaré Mme Dieng. Mais, a-t-elle noté, « notre communauté est une communauté de solidarité ».

Cet esprit résonne dans tout le Sénégal avec la devise « Teranga », un mot en langue wolof qui signifie hospitalité, communauté et solidarité. Dans tout le pays, les gens se disent : « on est ensemble », une expression française qui signifie « nous sommes ensemble ».

Cette histoire fait partie d’une série d’articles d’une année sur l’impact de la pandémie sur les femmes en Afrique, en particulier dans les pays les moins développés. La série d’AP est financée par le programme European Journalism Centre’s European Development Journalism Grants, qui est soutenu par la Fondation Bill & Melinda Gates. AP est responsable de l’ensemble du contenu.

Le mois dernier, la première véritable saison de pêche depuis que la pandémie a dévasté le secteur a démarré, apportant un nouvel espoir aux transformateurs, à leurs familles et au village. Les vastes bateaux de pêche en bois peints de couleurs vives, appelés pirogues, transportent à nouveau chacun des dizaines d’hommes vers la mer, et les gens se pressent sur la plage pour aider les pêcheurs à transporter leurs chargements pour les acheter.

Mais les défis posés par le coronavirus – et bien d’autres – demeurent. La montée des eaux et le changement climatique menacent les moyens de subsistance et les maisons de ceux qui vivent le long de la côte, et beaucoup n’ont pas les moyens de construire de nouvelles maisons ou de s’installer à l’intérieur des terres. Une usine de transformation de l’acier qui s’élève près de la plage de Bargny suscite des craintes en matière de pollution. Elle rejoindra une cimenterie qui se trouve également à proximité, bien que les défenseurs de cette cause soutiennent qu’elles sont nécessaires pour remplacer les ressources épuisées par la surpêche.

« Depuis qu’il y a le COVID, nous vivons dans la peur », a déclaré Dieng, 64 ans, qui a sept enfants adultes. « La plupart des gens ici et des femmes transformatrices ont vécu une vie difficile. … Nous sommes épuisés. Mais maintenant, petit à petit, ça s’améliore. »

Dieng et ses collègues transformatrices ont résisté à la pandémie en comptant les unes sur les autres. Elles ont l’habitude d’être des soutiens de famille – un expert a estimé que chaque femme qui travaille au Sénégal nourrit sept ou huit membres de sa famille. Avant la pandémie, une bonne saison pouvait rapporter à Dieng 500 000 FCFA (1 000 $). L’année dernière, dit-elle, elle n’a rien gagné ou presque.

Le mari de Dieng enseigne le Coran à la mosquée voisine de leur maison, et le couple met son argent en commun avec ses enfants, l’un d’entre eux trouvant un emploi de réparateur de téléviseurs. D’autres femmes ont reçu de l’aide de leur famille à l’étranger ou ont loué des parties de leurs réfrigérateurs pour les stocker.

Elles ont survécu, mais leur travail leur manque, qui n’est pas seulement un emploi, mais aussi leur héritage. « La transformation est une fierté », dit Dieng.

Au Sénégal, la plupart des activités de pêche sont artisanales et pratiquées selon des méthodes traditionnelles, vieilles de plusieurs générations, aussi vieilles que la façon dont Dieng et les autres villageois traitent le poisson. C’est ce qu’ils appellent la pêche artisanale. Une fois transformé, le poisson est vendu à des acheteurs locaux et internationaux. Sa conservation permet de le conserver plus longtemps que s’il était frais et il est moins cher pour tous ceux qui l’achètent. Rien qu’au Sénégal, le poisson représente plus de la moitié des protéines consommées par ses 16 millions d’habitants, ce qui est essentiel pour la sécurité alimentaire de ce pays d’Afrique occidentale.

La pêche industrielle est également pratiquée dans les eaux sénégalaises, par le biais de bateaux motorisés et de chalutiers au lieu des pirogues traditionnelles, et plus de deux douzaines d’entreprises sont également spécialisées dans la transformation industrielle dans le pays, avec des usines de farine de poisson et des conserveries. Les usines de farine de poisson imposent des prix élevés aux femmes comme Dieng en payant plus cher le poisson et en épuisant les ressources – il faut 5 kilos de poisson pour obtenir 1 kilo de farine de poisson, un produit en poudre de qualité inférieure utilisé pour les animaux de ferme et les animaux domestiques.

Le gouvernement sénégalais a également conclu avec d’autres pays des accords leur permettant de pêcher au large des côtes du pays et imposant des limites à ce qu’ils peuvent transporter, mais il s’est avéré difficile de contrôler les prises de ces grands bateaux venus d’Europe, de Chine et de Russie. Les villages disent que les étrangers dévastent l’approvisionnement local.

Dieng est devenue un leader local et un mentor dont les voisins viennent de plus en plus souvent lui demander des conseils sur tout, des problèmes d’argent à leur mariage, et elle et d’autres font maintenant partie d’une voix collective montante de femmes au Sénégal qui travaillent pour le changement le long de la côte et au-delà.

Le Sénégal a désigné les terres près de Bargny comme zone économique dans le cadre de ses efforts pour investir dans le réaménagement. La voisine de Dieng, Fatou Samba, est conseillère municipale et présidente de l’Association des femmes transformatrices de produits halieutiques, et elle a témoigné des défis de la pêche artisanale. Elle espère mettre un terme à l’expansion de la grande industrie, car les entreprises de fabrication de farine de poisson ramassent le poisson et envoient le produit en Europe et en Asie.

« Si nous nous laissons dépasser, d’ici deux ou trois ans, les femmes n’auront plus de travail », a déclaré Mme Samba. « Nous ne sommes pas contre la création d’un projet qui va développer le Sénégal. Mais nous sommes contre les projets qui doivent faire perdre aux femmes le droit de travailler. »

Samba met également en garde contre les effets du changement climatique, la montée des marées érodant la côte sénégalaise et obligeant les pêcheurs à chercher leurs prises plus loin en mer. Samba et Dieng ont chacun perdu au moins la moitié de leur maison en bord de mer, l’eau ayant vidé les pièces pendant les saisons des pluies de la dernière décennie.

En plus de leur travail laborieux de transformation du poisson, Samba et d’autres femmes s’occupent du gros du travail à la maison.

« Surtout en Afrique, les femmes sont des combattantes. Les femmes sont des travailleuses. Les femmes sont des chefs de famille », a déclaré Mme Samba. « Par conséquent, les femmes doivent être responsabilisées ».

Dieng, Samba et d’autres femmes veulent être entendues – par le gouvernement, et par les entreprises qui construisent des projets près de chez elles. Elles veulent un meilleur financement, la protection de leurs poissons et de leurs sites de transformation, ainsi qu’une meilleure réglementation sanitaire.

Ces femmes ouvrent leurs portes aux membres de leur famille, à leurs amis, à leurs voisins et même à des étrangers qui sont impatients d’entendre parler du travail dont elles sont si fières et qu’elles veulent préserver – pour aider à mettre de la nourriture sur la table pour leurs familles et pour payer les frais de scolarité de leurs enfants afin qu’ils puissent avoir un avenir qui n’implique peut-être pas le poisson. Mais s’ils sont heureux de parler de leur travail, ils hésitent à se concentrer sur eux-mêmes. La communauté est ce avec quoi ils sont le plus à l’aise.

À la fin du mois dernier, lorsque la nouvelle s’est répandue que les pêcheurs revenaient enfin à Bargny avec leurs prises, Dieng et d’autres se sont précipités pour rejoindre les pirogues, attachées par des cordes à la plage. C’était la plus longue période que Dieng avait passée loin de ses prises. Elle a acheté assez d’argent pour faire transporter son butin par une charrette tirée par des chevaux jusqu’au terrain qu’elle et ses amis ont revendiqué le long d’hectares de sable noir. Puis elle a commencé le travail qu’elle connaît depuis des décennies.

Une fois les poissons empilés sur le sol, les femmes les aplanissaient avec un petit morceau de bois plat. Elles les recouvrent de coquilles de cacahuètes brun clair, achetées au sac, puis allument des braises dans un bol et les placent sur les coquilles, qui commencent à brûler. La fumée s’élève partout, signe de progrès. Mais cela rendait aussi la tentative de respirer aussi brutale que de travailler sous le soleil brûlant – encore plus difficile pendant le Ramadan, lorsque les femmes jeûnent.

Les femmes ont alimenté le feu et, après s’être assurées qu’il allait fumer pendant des heures, elles se sont éloignées. Après un jour ou deux, elles sont revenues pour retourner le poisson et le laisser sécher au soleil. Un autre jour passait, et les femmes revenaient pour le nettoyer. Enfin, le poisson était emballé dans de vastes filets, vendu et emporté dans des camions.

La pandémie a donné aux villageois une leçon cruciale : l’argent du poisson ne sera peut-être pas toujours au rendez-vous, il est donc important d’essayer de conserver une partie de leurs gains.

La pandémie n’est pas terminée non plus, aussi Dieng et d’autres femmes font-elles du porte-à-porte pour sensibiliser et inciter les gens à se faire vacciner. Comme de nombreux autres pays d’Afrique subsaharienne, le Sénégal a imposé des mesures strictes au début de la pandémie. Le gouvernement a été largement félicité pour sa gestion globale de la pandémie, et les couvre-feux ont été levés et les restrictions largement assouplies. Mais le pays a enregistré plus de 40 000 cas, et les campagnes menées par les bénévoles et le gouvernement visent à tenir en échec une nouvelle vague.

À la fin d’une longue journée de travail, et avant de rentrer chez elle pour rompre le jeûne du Ramadan avec sa famille, Mme Dieng se tient devant son poisson fumant et enregistre une vidéo qui, espère-t-elle, motivera les femmes travaillant dans ce secteur.

« C’est notre or. Ce site est tout, ce site est tout pour nous », a déclaré Dieng à propos de la côte et de son importance vitale pour Bargny. « Toutes les femmes doivent se lever. (…) Nous devons travailler, travailler toujours et travailler encore pour nos lendemains, pour notre avenir. »

Associated Press, 10 mai 2021

Etiquettes : Sénégal, covid 19, coronavirus, pandémie, pêche, Bargny, Teranga,