En 48h : 30 embarcations au départ d’Algérie interceptées en Espagne

Le chiffre fait froid dans le dos, des dizaines de jeunes Algériens ont fui le pays en deux jours seulement. Des experts espagnols en politique migratoire parlent d’un phénomène qui est loin d’être contrôlé en Algérie, et d’une « pression migratoire alarmante » que l’Espagne est en train de subir ces derniers mois.

Plus de 30 embarcations qui transportaientdes migrants Algériens ont été interceptées en seulement 48 heures, sur les côtes d’Almeria, dans le sud de l’Espagne, ont indiqué les agentsdéployés sur lieux, comme cela a été rapporté hier par le journal espagnol Ok Diaro. La même source, qui cite Ruben Pulido expert en politique migratoire, précise que plus de 150 embarcations ont été interceptées cette année en Espagne, et que cela « représente une augmentation assez remarquable comparé aux données de ces dernières années ».

La situation est alarmante

L’expert en politique migratoire a déclaré également qu’il s’agit d’une « pression migratoire alarmante », et que « selon des sources algériennes, la situation à l’origine est assez incontrôlée vu que des trafiquants tunisiens aient aussi participé à ces expéditions au départ du sol algérien ». Le spécialiste a également indiqué que le nombre des embarcations interceptées ne reflétait pas le nombre réel de migrants qui arrivent en Espagne, et qu’il « y a beaucoup de bateaux qui sont considérés comme non interceptés, et on ne sait toujours pas où se trouvent ces immigrants illégaux qui étaient à bord ». « Les prévisions pour les mois à venir sont désastreuses et pourraient nous mettre face à la pire vague d’immigration clandestine de ces dix dernières années », selon Rube Pulido, qui a également souligné le manque de moyens et d’effectif dont souffrent les instances spécialisées en Espagne qui se retrouvent dans l’incapacité à faire face à ce phénomène.

Le Midi Libre, 10 mai 2021

Etiquettes : Algérie, Espagne, migration, pateras, harga, harragas,