Comment Abdel, 30 ans, est passé de chef d’entreprise à transporteur de drogue

Originaire des Hauts-de-Seine, ce trentenaire à la tête bien faite a été interpellé en octobre 2018 alors qu’il convoyait deux tonnes de cannabis dans un fourgon pour le compte d’un trafiquant. La sous-traitance de ce type est désormais une tendance bien observée par les policiers spécialisés.

Par Julien Constant

Abdel est ce qu’on appelle un transporteur spécialisé… en cannabis. Ce jeune colosse de 30 ans vient de se voir refuser sa demande de remise en liberté par le juge de la détention de Paris. Après 30 mois d’enquête, la juge d’instruction en charge de ce dossier estime que cet homme et ses équipiers doivent rester derrière les barreaux encore quelques mois, le temps pour elle d’explorer de nouvelles pistes.

Crâne chauve et cervelle bien faite, Abdel est décrit comme le chef de cette équipe de logisticiens de Colombes (Hauts-de-Seine) et d’Argenteuil (Val-d’Oise). A l’image de ce qui se produit habituellement dans l’économie légale, ce sous-traitant assurait le transport du cannabis par tonnes entre l’Espagne et la région parisienne.

Déjà condamné à quatre reprises, notamment pour trafic de drogue, ce malfaiteur, originaire de Colombes, est aussi en passe d’être jugé par la cour d’assises des Hauts-de-Seine pour avoir participé à l’attaque d’une banque à la voiture-bélier. Il a été placé en détention provisoire dans cette affaire avant de sortir de prison en 2016. «J’ai manqué de maturité. J’avais des dettes et mes créanciers me mettaient la pression. J’ai accepté de faire ce transport de drogue sans connaître la valeur de la marchandise, avance-t-il. En fait, j’aurais pu faire autre chose pour gagner de l’argent parce que j’en ai les capacités.»

Abdel ne ment pas sur ce dernier point, il a d’abord travaillé dans le bâtiment avec son père. Puis il a géré une société de transport puis une autre de taxi-moto avant de passer soixante mois en prison pour le braquage et l’affaire de trafic pour laquelle il est encore incarcéré. Il en a profité pour faire des études de littérature et de biologie.

Lire la suite depuis la source (Le Parisien)

Etiquettes : Maroc, France, trafic de drogue, cannabis, transporteur, faits divers,