Les manifestants français demandent plus d’action sur le changement climatique

Des milliers de manifestants sont descendus dans les rues de Paris et d’autres villes françaises pour réclamer des mesures plus ambitieuses dans la lutte contre le changement climatique.

PARIS — Des milliers de manifestants sont descendus dans les rues de Paris et d’autres villes françaises dimanche pour réclamer des mesures plus ambitieuses dans la lutte contre le changement climatique.

Ces manifestations nationales interviennent après que la chambre basse du Parlement a approuvé cette semaine un projet de loi sur le climat visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre, qui, selon les défenseurs de l’environnement, ne va pas assez loin ni assez vite.

« En l’état, la loi (proposée) est un échec climatique et social », a déclaré un groupe de défenseurs du climat, « Ensemble pour le climat ».

Greenpeace France a dénoncé « le refus du gouvernement d’agir pour le climat. »

Les militants reprochent au président Emmanuel Macron, qui s’est beaucoup exprimé sur son soutien à la lutte contre le changement climatique, d’avoir « affaibli » un ensemble de mesures initialement proposées par un panel de 150 citoyens ayant travaillé pendant des mois sur la question.

Sarah Moore, de l’organisation non gouvernementale International Science Council basée à Paris, a déclaré : « Nous sommes tous ici parce que nous sommes dans une situation extrêmement urgente …. Je pense que la France est en mesure de faire quelque chose de très fort avec l’accord (climatique) de Paris de 2015 et en fait, nous ne faisons rien. »

Victor Duong, 32 ans, cadre supérieur à Paris, a déclaré : « Nous voulons avoir des actions politiques plus concrètes, nous voulons que les pays s’engagent à émettre moins de carbone, à être plus respectueux de l’environnement, en termes de recyclage, d’agriculture, de notre façon de consommer. »

Le projet de loi, qui va maintenant être débattu au Sénat, comprend une interdiction des vols intérieurs de moins de deux heures et demie pouvant être effectués en train et des mesures visant à soutenir la rénovation des bâtiments à forte consommation d’énergie et à encourager les voitures plus vertes.Pendant ce temps, le journal français Journal du Dimanche a rapporté dimanche qu’un référendum visant à inclure la nécessité de préserver l’environnement dans la Constitution française, promis par Macron, ne pourra pas avoir lieu.

Ce changement nécessite un vote du Parlement. L’Assemblée nationale, où Macron est majoritaire, l’a largement approuvé en mars. Mais aucun accord n’a été trouvé au Sénat, où le parti conservateur est majoritaire.

Macron, qui s’exprimait en marge d’un événement sur l’Union européenne dans la ville française de Strasbourg, a déclaré que le projet de loi sur le référendum « ne sera pas abandonné. »

« Le texte continuera à vivre sa vie parlementaire, qui est la seule façon d’obtenir un référendum sur la condition que les sénateurs et les députés soient d’accord », a-t-il dit, soulignant que le processus est encore à plusieurs étapes d’un vote définitif au Parlement.

Le bureau de M. Macron a déclaré que « la question de l’environnement reste l’une des priorités du président. »

Environ un tiers du plan de sauvetage français de 100 milliards d’euros (122 milliards de dollars) destiné à aider l’économie à se remettre de la pandémie de coronavirus d’ici l’année prochaine sera consacré à la réduction des émissions et à la protection de la biodiversité.

M. Macron a également insisté sur le renforcement des objectifs de l’UE pour 2030, à savoir une réduction des gaz à effet de serre d’au moins 55 % par rapport aux niveaux de 1990, contre 40 % auparavant. Le mois dernier, l’Union européenne est parvenue à un accord provisoire sur le climat, qui doit permettre aux 27 États membres d’atteindre la « neutralité climatique » d’ici à 2050.

ABCNews, 09 mai 2021

Etiquettes : France, chengement climatique, manifestation, Emmanuel Macron,