Espagne : Vox réclame au Conseil les noms et les sanctions des entreprises dénoncées pour le réétiquetage des produits horticoles.

Le porte-parole adjoint de Vox au Parlement andalou et député régional d’Almeria, Rodrigo Alonso, a exigé ce vendredi à la ministre de l’Agriculture, de l’Élevage, de la Pêche et du Développement durable, Carmen Crespo, de détailler le nom des entreprises qui ont été dénoncées par le réétiquetage des produits horticoles provenant de pays tiers et les sanctions qui ont été mises pour cette raison par le gouvernement andalou.

« Le ministre de l’Agriculture dit qu’il fait de nombreuses inspections et a déposé 50 plaintes à cet égard, mais nous n’en savons pas plus », a déclaré M. Alonso, qui a également affirmé dans une note au Conseil que « répond aux accords budgétaires avec Vox et le bureau de plainte contre le réétiquetage est créé », comme déplacé dans une note après la réunion avec les organisations agricoles dans une réunion à laquelle a participé le député européen de Vox Mazaly Aguilar.

M. Alonso a insisté sur le fait que les produits provenant de pays tiers avec lesquels il existe des accords communautaires pour l’exportation constituent une « concurrence déloyale » parce qu’ils « ont un faible coût de production » et que « dans une large mesure, il y a du travail esclave ».

« A Almeria, on ne peut pas produire la même chose qu’au Maroc, par exemple, comme nous déplaçons les agriculteurs, un kilo de tomate coûte quatorze fois moins cher à produire au Maroc qu’en Espagne, à Almeria », a-t-il déclaré avant de souligner que « l’exigence et les règles qui sont appliquées » en Espagne « est très rigide », et donc « nous sommes tenus à nos produits qui ne sont pas tenus à ceux du Maroc ».

Pour sa part, M. Aguilar a expliqué que « les accords avec les pays tiers nuisent à nos agriculteurs. « Ils ne respectent pas les mêmes réglementations et viennent donc en Espagne avec des prix que nous ne pouvons pas concurrencer. Il est impossible de couvrir les coûts de production, c’est insoutenable », a-t-il déclaré.

Almeria Capital, 07 mai 2021

Etiquettes : Maroc, Espagne, fuits, légumes, exportations, étiquettage, Almeria, tomates, prix,