Les élections clés en Écosse sont sur le fil du rasoir, le parti indépendantiste est en passe de l’emporter.

Le Scottish National Party (SNP), qui a promis d’organiser un référendum sur l’indépendance qui pourrait déchirer le Royaume-Uni s’il revenait au pouvoir, saura samedi s’il a obtenu la majorité au parlement écossais.

Le SNP a déclaré qu’il chercherait à organiser un nouveau vote sur la sécession si une majorité pro-indépendance était reconduite au sein du Parlement, qui compte 129 sièges. Cela provoquerait un affrontement avec le Premier ministre britannique Boris Johnson, qui affirme qu’il refusera un tel vote parce que les Écossais ont soutenu le maintien dans le Royaume-Uni en 2014.

Les premiers résultats montrent que le SNP est en passe d’obtenir un quatrième mandat consécutif, ayant triomphé dans 40 des 49 sièges déclarés jusqu’à présent, y compris dans trois champs de bataille clés.

Mais certaines régions ont vu une augmentation du soutien aux partis d’opposition pro-syndicats, indiquant que le résultat final serait très serré. Les résultats définitifs seront annoncés plus tard dans la journée de samedi.

Le système électoral – qui attribue certains sièges à la proportionnelle, ce qui favorise les petits partis – pourrait empêcher le SNP d’obtenir une majorité absolue, ce que la Première ministre Nicola Sturgeon, chef du parti, a reconnu.

« Je n’ai jamais considéré cela (une majorité absolue) comme acquis et cela a toujours été sur le fil du rasoir », a-t-elle déclaré.

Il est probable qu’il y aura toujours une majorité pro-indépendance, même si le SNP n’arrive pas à obtenir la majorité absolue, en raison du Parti vert, qui soutient également la sécession. Mais les partisans de l’union affirment que sans une majorité du SNP, il n’y a pas de mandat pour un référendum.

La politique écossaise diverge des autres parties du Royaume-Uni depuis un certain temps, mais les Écossais restent divisés sur la tenue d’un autre vote polarisant sur la fin de l’union de 314 ans de leur pays avec l’Angleterre et le Pays de Galles.

 » IRRESPONSABLE ET IMPRUDENT « 

La sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne – à laquelle s’oppose une majorité d’Écossais – ainsi que le sentiment que le gouvernement de Mme Sturgeon a bien géré la crise du COVID-19 et l’antipathie envers le gouvernement conservateur de M. Johnson à Londres, ont tous renforcé le soutien au mouvement indépendantiste écossais.

Les Écossais ont voté par 55 % à 45 % en 2014 pour continuer à faire partie du Royaume-Uni, et M. Johnson affirme qu’il s’agissait d’un vote « unique en son genre ». Les sondages suggèrent que le résultat d’un second référendum serait trop serré pour être annoncé.

Le gouvernement britannique affirme que Johnson doit approuver tout vote pour qu’il soit légal et il a clairement indiqué qu’une telle approbation ne serait pas donnée.

« Je pense qu’un référendum dans le contexte actuel est irresponsable et imprudent », a-t-il déclaré au journal Daily Telegraph.

Mme Sturgeon elle-même a exclu la tenue d’un vote avant la fin de la pandémie de COVID-19, le SNP indiquant qu’il aurait lieu avant la fin de 2023. Elle affirme qu’il n’y aurait aucune justification morale ou démocratique pour que Johnson refuse un référendum si le parlement écossais adopte un projet de loi pour organiser un vote.

« Les résultats ressemblent à ce que nous attendions, à savoir qu’avec les Verts écossais, il y aura une majorité pro-indépendance au parlement écossais et nous prenons cela comme un mandat clair du peuple écossais pour organiser un autre référendum », a déclaré Lorna Slater, co-leader des Verts écossais, à la BBC.

« Je pense que Boris Johnson ne veut pas de référendum parce qu’il sait qu’il va perdre ».

Sturgeon ayant exclu la tenue d’un plébiscite illégal ou sauvage, il est probable que la question sera finalement tranchée par la plus haute juridiction britannique.

Reuters, 08 mai 2021

Etiquettes : Royaume Uni, Ecosse, référendum, élections, Scottish National Party,