Le Royaume-Uni retire ses patrouilleurs de Jersey après le différend avec la France sur le Brexit.

La Grande-Bretagne a retiré ses navires de la Royal Navy des eaux de Jersey jeudi, mais a déclaré qu’elle resterait en attente pour soutenir l’île anglo-normande après qu’un différend avec la France sur les droits de pêche post-Brexit ait rapidement dégénéré.

La France et la Grande-Bretagne ont toutes deux déployé des navires de patrouille maritime dans la zone après qu’une flottille de chalutiers français se soit rendue en signe de protestation au port principal de Jersey et qu’un ministre français ait suggéré en début de semaine que Paris pourrait couper l’électricité à l’île.

Les pêcheurs français affirment qu’ils sont injustement privés de l’accès aux riches zones de pêche au large des côtes de Jersey, une dépendance autonome de la Couronne britannique.

Jersey affirme qu’elle suit les règles de délivrance des licences définies dans l’accord commercial post-Brexit de la Grande-Bretagne avec l’Union européenne. La Grande-Bretagne a déclaré qu’elle soutenait Jersey. L’Union européenne a appelé au calme.

Après que les bateaux de pêche français ont quitté la zone, la Grande-Bretagne a déclaré que ses navires de patrouille offshore de la Royal Navy se prépareraient à rentrer au port au Royaume-Uni, car la « situation est résolue pour le moment ».

« Nous sommes heureux que les bateaux de pêche français aient maintenant quitté les environs de Jersey », a déclaré une porte-parole du gouvernement. « Nous restons en attente pour fournir toute assistance supplémentaire demandée par Jersey ».

Le Premier ministre britannique Boris Johnson, qui a mené la campagne du Brexit en 2016, avait présenté l’accord commercial comme un moyen de reprendre en main le destin du Royaume-Uni après le Brexit.

Jeudi, il avait déclaré que les deux navires resteraient au large de Jersey par mesure de précaution, selon son bureau.

Un responsable de la présidence française a déclaré que le déploiement de la France et de la Grande-Bretagne visait à prévenir les affrontements entre les chalutiers des deux côtés opposés de la dispute.

FLOTTILLE FRANÇAISE

La France est en colère parce que, le 30 avril, Jersey a délivré 41 licences assorties de ce que le gouvernement de Paris appelle des conditions imposées unilatéralement, notamment le temps que les navires de pêche français peuvent passer dans les eaux de Jersey.

Hugo Lehuby, porte-parole du Comité régional des pêches de Normandie, a déclaré que les discussions entre les responsables de l’île et les représentants des pêcheurs n’étaient pas positives.

« Nous nous enfonçons dans l’impasse », a déclaré Lehuby à Reuters. « Soit cela se règle, soit des mesures de rétorsion sont prises ».

Les responsables de Jersey ont déclaré que l’accord stipule que les licences prennent en compte le temps qu’un navire a passé dans les eaux de Jersey avant le Brexit. Le négociateur britannique du Brexit, David Frost, a déclaré que, selon les termes de l’accord commercial, Jersey peut réglementer la pêche dans ses eaux.

La Commission européenne a toutefois déclaré que tant que la Grande-Bretagne n’avait pas fourni de justifications supplémentaires, les fonctionnaires de Jersey ne devaient pas assortir les licences de nouvelles conditions.

« Le respect total de l’ACC (accord commercial du Brexit) est essentiel dans ce processus », a déclaré la porte-parole de la Commission, Vivian Loonela, lors d’un point de presse.

La flotte d’environ 50 bateaux de pêche a quitté les côtes de Jersey, qui se trouve à 14 miles au large du nord de la France et à 85 miles de la côte sud de la Grande-Bretagne, en début d’après-midi. Ils étaient arrivés à l’aube, certains membres d’équipage tenant des fusées rouges en l’air.

Au moins un chalutier français est entré dans le port et a brièvement bloqué le Commodore Goodwill, un cargo et un ferry qui relie les îles anglo-normandes au continent britannique.

Le responsable de la présidence française a déclaré que le déploiement de patrouilleurs traduisait l’inquiétude et la frustration de la France.

Reuters, 06 mai 2021

Etiquettes : France, Royaume Uni, Grande-Bretagne, vaisseaux, flotte, Brexit, bateaux de pêche, Jersey,