Le Royaume-Uni envoie deux bateaux de la marine à Jersey après la menace de blocus par la France

La Grande-Bretagne envoie deux patrouilleurs de la marine sur l’île britannique de Jersey, après que la France a laissé entendre qu’elle pourrait couper l’approvisionnement en électricité de l’île si ses pêcheurs ne se voient pas accorder un accès complet aux eaux de pêche britanniques dans le cadre des conditions commerciales post-Brexit.

Le Premier ministre Boris Johnson a promis son « soutien indéfectible » à l’île après s’être entretenu avec des responsables de Jersey sur la perspective du blocus français.

Johnson « a souligné le besoin urgent d’une désescalade des tensions », a déclaré un porte-parole de Johnson. « Par mesure de précaution, le Royaume-Uni va envoyer deux navires de patrouille offshore pour surveiller la situation ».

Plus tôt, la ministre française des Mers, Annick Girardin, s’est dite « dégoûtée » d’apprendre que Jersey avait délivré 41 licences assorties de conditions imposées unilatéralement, notamment le temps que les navires de pêche français pouvaient passer dans ses eaux.

« Dans l’accord (de Brexit), il y a des mesures de rétorsion. Eh bien, nous sommes prêts à les utiliser », a déclaré Girardin à l’Assemblée nationale française mardi.

« Concernant Jersey, je vous rappelle la livraison d’électricité le long de câbles sous-marins (…). Même s’il serait regrettable que nous devions le faire, nous le ferons s’il le faut. »


Avec une population de 108 000 habitants, Jersey importe 95 % de son électricité de France, des générateurs diesel et des turbines à gaz assurant le secours, selon l’agence de presse énergétique S&P Global Platts.

Le gouvernement de Jersey a déclaré que la France et l’Union européenne avaient exprimé leur mécontentement quant aux conditions imposées à la délivrance des licences de pêche.

Le ministre des relations extérieures de Jersey, Ian Gorst, a déclaré que l’île avait délivré des permis conformément aux conditions commerciales post-Brexit, et que celles-ci stipulaient que tout nouveau permis devait refléter le temps qu’un navire avait passé dans les eaux de Jersey avant le Brexit.

« Nous entrons dans une nouvelle ère et il faut du temps pour que tout le monde s’adapte. Jersey a toujours montré son engagement à assurer une transition en douceur vers le nouveau régime », a déclaré M. Horst dans un communiqué.

L’île rocheuse se trouve à 23 km de la côte nord de la France et à 140 km au sud des côtes britanniques.

La menace française est la dernière flambée en date concernant les droits de pêche entre les deux pays.

Le mois dernier, des chalutiers français, furieux des retards dans l’octroi de licences de pêche dans les eaux britanniques, ont bloqué avec des barricades enflammées des camions transportant du poisson débarqué au Royaume-Uni, à leur arrivée à Boulogne-sur-Mer, le plus grand centre européen de transformation des produits de la mer.

Reuters, 06 mai 2021

Etiquettes : Royaume Uni, France, pêche, Brexit,