La normalisation du Maroc avec Israël : La réaction du PJD (Centre Moshe Dayan)

AuteurTiziana della Ragione
Tel Aviv Notes
Dans la dernière édition de Tel Aviv Notes, Tiziana della Ragione explore la politique de la réaction du Parti de la Justice et du Développement à la normalisation du Maroc avec Israël.
Date
5 mai 2021

En décembre 2020, à la suite du cadre des Accords d’Abraham dont la médiation a été assurée par les États-Unis, le Maroc a accepté de rétablir ses liens diplomatiques officiels avec Israël après une rupture de 20 ans et, en contrepartie, l’administration Trump a reconnu la souveraineté du Maroc sur le territoire longtemps contesté du Sahara occidental. Les premières mesures visant à normaliser les liens israélo-marocains ont rapidement suivi les annonces officielles. Le 25 janvier, le bureau de liaison d’Israël a rouvert ses portes à Rabat, tandis que la représentation diplomatique du Maroc à Tel Aviv devrait suivre dans le courant du mois, après l’arrivée en Israël du chef de la mission diplomatique marocaine, Abderrahim Beyyoud, en février[1]. Alors que le processus de mise en œuvre de l’accord de paix entre les deux pays se poursuit, avec des collaborations économiques, culturelles et sociales, le Parti de la justice et du développement (PJD), le parti islamiste marocain au pouvoir, a été critiqué pour son acceptation de la décision du Palais. En s’alignant sur la décision du roi Mohammed VI de normaliser les relations avec Israël, le PJD a montré qu’il était plus intéressé à préserver ses bonnes relations avec le Palais et à gagner le soutien du roi pour son programme national de réformes socio-économiques, qu’à adopter une ligne dure sur la Palestine. Sous le gouvernement d’Abdelillah Benkirane (2012-2016), le PJD a réussi des réformes socio-économiques qui lui ont permis d’obtenir 18 sièges supplémentaires au Parlement lors des élections d’octobre 2016, renforçant ainsi sa position de premier parti au Parlement. En mettant en sourdine sa critique du processus de normalisation, le PJD préserve sa position dans l’arène politique et se concentre sur son programme socio-économique, qu’il considère comme la clé de son succès. Cependant, en agissant ainsi, le PJD risque de s’aliéner une partie de son électorat, qui pourrait considérer son silence en faveur de la Palestine comme une forme de trahison idéologique.

La cause palestinienne a historiquement été une priorité absolue pour le PJD, qui la considère comme une question religieuse, idéologique et politique qu’il ne faut pas abandonner. Le PJD est le parti islamiste marocain le plus influent, et il dirige les coalitions gouvernementales marocaines depuis 2011. Le chef actuel du PJD, le Premier ministre Saadeddine Othmani, a réitéré le soutien de son parti aux Palestiniens lors de l’Assemblée générale des Nations unies de septembre 2020 : « Il ne peut y avoir de paix juste ou durable que si le peuple palestinien peut exercer son droit légitime à établir un État indépendant et viable avec Jérusalem comme capitale. »[2] La normalisation des relations avec Israël a longtemps été une question controversée pour le PJD. Il s’est historiquement opposé à la normalisation avec Israël ; en août 2013, avec d’autres partis, le PJD a soumis un projet de loi qui aurait interdit toute relation entre le Maroc et Israël. Ce projet de loi n’a finalement pas été adopté, mais il a donné au PJD une chance de démontrer à ses électeurs que ses politiciens ne s’étaient pas  » vendus  » aux intérêts occidentaux, même si les décideurs ont avancé une politique qui permettait au Maroc de laisser la porte ouverte à la possibilité de normaliser ses relations avec Israël[3].

Le fait que le Maroc et Israël aient repris leurs relations diplomatiques ouvertes en décembre 2020 sans résoudre la cause des Palestiniens a été perçu par de nombreux islamistes marocains comme une trahison. Des liens formels avaient été établis à l’automne 1994, un peu plus d’un an après la signature des accords israélo-palestiniens d’Oslo. Ils ont été rompus par le roi Mohammed VI après le déclenchement de la deuxième Intifada palestinienne en 2000, conformément à une résolution du sommet de la Ligue arabe. Certains islamistes marocains ont vivement réagi à la réouverture des liens diplomatiques avec Israël. Le Mouvement pour l’unité et la réforme (MUR), une branche du PJD, a qualifié la décision du régime de « déplorable » et a dénoncé « l’occupation sioniste de la Palestine ». Le « Mouvement pour la justice et la charité », un mouvement islamiste officiellement interdit, a qualifié l’accord entre le Maroc et Israël de « coup de poignard dans le dos » des Palestiniens[4]. Le PJD lui-même a réaffirmé sa « position ferme contre l’occupation sioniste », bien que de manière plus nuancée[5].

D’autre part, le Premier ministre Othmani s’est montré plus conciliant dans ses déclarations publiques. Contrairement à ce qu’il avait dit quelques mois plus tôt, lorsqu’il avait rejeté toute normalisation avec Israël parce que cela l’aurait « enhardi [Israël] à aller plus loin dans la violation des droits du peuple palestinien »[6], les commentaires d’Othmani étaient cette fois plus réservés. Un article du Middle East Eye explique que les déclarations d’Othmani étaient un geste politique calculé qui démontrait son pragmatisme plutôt qu’un changement idéologique[7]. En tant que premier ministre du Maroc, il aurait été difficile pour Othmani de s’opposer publiquement à la décision du roi. Cela est particulièrement vrai en ce qui concerne une décision qui a permis au Maroc d’obtenir un objectif de politique étrangère longtemps recherché : la reconnaissance par les États-Unis de sa souveraineté sur le Sahara occidental. En dehors du Maroc, comme un certain nombre de partis et de mouvements affiliés aux Frères musulmans, ont ouvertement critiqué Othmani, interprétant son comportement conciliant comme un apaisement : selon eux, Othmani soutenait la politique du Palais Royal au détriment des principes du PJD[8].

Que le comportement d’Othmani ait été le signe d’un changement idéologique ou non, le PJD, le bloc le plus fort de la Chambre des représentants avec 125 députés sur 395, n’a pas voulu s’opposer à la décision du roi, désillusionnant son électorat et soulevant des questions sur l’engagement du parti islamiste envers la cause palestinienne. L’une des raisons qui ont pu empêcher le PJD d’exprimer une opposition plus forte à la décision est la position relativement faible de ses représentants dans le système politique. L’actuelle coalition gouvernementale de 12 partis dilue effectivement l’influence du PJD, limitant sa capacité à changer la dynamique sous-jacente de la politique marocaine. Sous Benkirane, le PJD jouissait d’un plus grand pouvoir au sein d’une coalition gouvernementale plus étroite. Cependant, en 2017, le roi a manœuvré pour empêcher Benkirane de former une deuxième coalition, et a finalement contraint son remplacement par Othmani, plus soumis, et la mise en place d’une coalition plus large. Cela a affaibli le poids du PJD au sein du gouvernement et réduit sa capacité à capitaliser sur les victoires électorales et les succès des réformes[9].

La monarchie a préservé son autorité en empêchant l’émergence d’un parti politique dominant, en maintenant un équilibre entre les partis politiques et en divisant davantage une élite politique déjà fragmentée. La monarchie garde toujours une mainmise sur le système politique et peut ternir les références réformistes du PJD en calibrant et en contrôlant ses efforts de réforme. Cet environnement politique restreint empêche tout parti de défier ouvertement le roi et oblige le PJD à gagner la confiance du palais plutôt que de l’affronter ouvertement. S’opposer à la décision du roi de normaliser les relations avec Israël aurait probablement signifié que le PJD aurait dû sacrifier sa place au sein du gouvernement. Le soutien d’Othmani à la décision du Palais reflète son intention pragmatique de rester à la tête du gouvernement, où il espère que le PJD sera en mesure de mettre en œuvre son programme de réformes socio-économiques. Le succès des réformes socio-économiques durant le gouvernement de Benkirane (2012-2016)[10] a été un élément important du succès électoral, de la légitimité et de la popularité du PJD. En effet, durant cette période, la population a perçu le parti comme étant capable de gouverner car il a su répondre aux attentes de ses électeurs. Entre autres choses, le PJD a fourni différentes incitations aux petites et moyennes entreprises, a soutenu les personnes les plus vulnérables par des transferts d’argent, a fourni un programme d’assurance maladie aux plus nécessiteux, a soutenu des programmes d’éducation et a fait de son mieux pour lutter contre la corruption[11]. Le programme d’aide sociale, en particulier, a augmenté le soutien du gouvernement aux pauvres et a contribué à l’image du PJD en tant que « parti du peuple »[12].

La réaction du parti à la normalisation avec Israël a mis en évidence les divisions du parti, comme le montre la dissonance entre le comportement conciliant d’Othmani et l’opposition plus vocale de plusieurs membres du PJD. Benkirane, l’ancien secrétaire général du PJD, a récemment annoncé qu’il gelait son adhésion au PJD. Selon le président de l’Observatoire marocain de l’anti-normalisation avec Israël, Ahmed Wihman, cette mesure est le résultat de la normalisation des liens avec Israël[13]. Pour d’autres membres du PJD, en particulier les jeunes, ses relations pragmatiques avec la monarchie créent des problèmes, car ils estiment qu’une approche coopérative sera finalement préjudiciable à la fois à la crédibilité du PJD et au processus démocratique. Une voix importante à cet égard a été celle de Muhammad Amkraz, ministre de l’Emploi et chef du Parti de la jeunesse pour la justice et le développement. Il a exprimé sa surprise face à la décision du pays et a clairement distancé la position de sa faction de celle du Premier ministre, en déclarant que les Jeunes « voient la question palestinienne comme tous les Marocains : une question d’injustice et d’usurpation de terres et de droits de leurs propriétaires légitimes »[14].

Le soutien du leader du PJD à la décision du Roi a assuré la survie politique du parti et pourrait lui permettre de faire avancer son programme socio-économique. Le PJD peut en effet toujours compter sur un électorat très hétérogène qui transcende les divisions de classe, géographiques et idéologiques. L’abandon progressif du discours religieux, ainsi que l’adoption de politiques économiques néolibérales, ont aidé le PJD à gagner le soutien d’un électorat plus laïc et d’une classe d’affaires aisée, respectivement[15] Cette dernière peut être particulièrement sensible au récit des avantages économiques et stratégiques de la reconnaissance par les États-Unis de la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental, même si la cause palestinienne peut en être affectée. Le territoire jouit d’une position stratégique directement sur l’océan Atlantique et possède des ressources considérables, en particulier des phosphates, un ingrédient clé et fini pour les engrais synthétiques, une ressource essentielle dans la production alimentaire mondiale. On pense également que le Sahara occidental possède d’importantes réserves de pétrole et de gaz offshore. La reconnaissance internationale de son contrôle sur ces eaux pourrait permettre au Maroc de reprendre le développement d’activités pétrolières et gazières offshore et de devenir, à terme, un fournisseur potentiel du marché européen[16]. Si le PJD parvient à présenter les avantages stratégiques et économiques de la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental à son avantage, cela pourrait l’aider à accroître sa popularité auprès de certaines circonscriptions. Cependant, les Marocains éprouvent toujours une grande méfiance envers leurs institutions élues et sont mécontents de la situation économique et de la prévalence de la corruption. Tant que les réformes socio-économiques n’auront pas lieu, touchant directement les Marocains les plus vulnérables et les plus pauvres, il sera difficile pour le PJD de maintenir des liens solides avec ses électeurs. Quoi qu’il en soit, il ne semble pas que le compromis du PJD sur la question de la Palestine le fasse ou le défasse lors des prochaines élections prévues en septembre 2021. Malgré la démission de plusieurs de ses membres, le PJD devrait rester le plus grand parti du Parlement après les prochaines élections.

Tiziana della Ragione est chercheuse junior au Centre Moshe Dayan (MDC) d’études sur le Moyen-Orient et l’Afrique, à l’Université de Tel Aviv. Auparavant, elle a travaillé pour la Commission européenne pendant 13 ans, sur l’analyse des politiques et la gestion des programmes de recherche. Elle est spécialiste des politiques et des programmes de financement de l’UE dans la région MENA.

1] « Israël ouvre des missions diplomatiques au Maroc », Israel Hayom, 27 janvier 2021 ; « Maroc, les bureaux de liaison israéliens commenceront à recevoir des invités bientôt », The North Africa Post, 10 février 2021.

2] « Maroc : No peace without recognition of Palestinian rights », Memo Middle East Monitor, 28 septembre 2020.

[3] Vish Sakthivel,  » Morocco Plays with Anti-Normalization « , Policywatch #2182, The Washington Institute for Near East Policy (WINEP), 13 décembre 2013.

[4] Diego Urteaga,  » Les partis islamistes marocains rejettent la normalisation avec Israël « , Atalayar, 13 décembre 2020.

5]  » Morocco Islamist groups reject normalising ties with Israel « , The Guardian, 13 décembre 2020.

[6]  » Le Maroc rejette la normalisation avec Israël avant la visite de Kushner « , PressTV.com, 24 août 2020.

7] Khalil al-Anani, « Morocco’s Islamist backing for Israel normalisation is a game changer », Middle East Eye, 19 janvier 2021.

8] « Les groupes des Frères musulmans dans plusieurs pays dénoncent la « trahison » du PJD marocain », Agence de presse internationale Qods, 25 décembre 2020.

9] Intissar Fakir, « Le parti islamiste marocain : Redéfinir la politique sous pression « , Carnegie Endowment for International Peace, 28 décembre 2017.

[10] Pour plus d’informations sur la réforme socio-économique marocaine sous le gouvernement Benkirane, voir :  » Rapport gouvernemental marocain 2012-2016 [en arabe] « , août 2016.

[11] Amina Drhimuer,  » The Party of Justice and Development’s Pragmatic Politics « , dans  » PJD, Islam, and Governance in Post-2011 Morocco « , édité par A. Kadir Yildirim, Center for the Middle East, Baker Institute for Public Policy, Rice University, 31 mai 2018.

[12] David Goeury,  » Le pouvoir est-il enfin dans les mains des villes ? « , Espaces Temps, 5 décembre 2014.

[13]  » Le Parti de la justice et du développement du Maroc a-t-il vendu la Palestine pour le Sahara occidental ? « , Agence internationale de presse du Coran, 16 mars 2021.

[14]  » Le Marocain Amekraz accusé de mettre les intérêts du pays en second « , Middle East Online (MEO), 14 décembre 2020.

[15] Amina Drhimuer,  » The Party of Justice and Development’s Pragmatic Politics « , in  » PJD, Islam, and Governance in Post-2011 Morocco « , édité par A. Kadir Yildirim, Center for the Middle East, Baker Institute for Public Policy, Rice University, 31 mai 2018.

[16] Tiziana della Ragione,  » Rabat augmente les enjeux sur le Sahara occidental « , Limes, 26 janvier 2021.

Centre Moshe Dayan d’études moyen-orientales et africaines de l’université de Tel-Aviv, 5 mai 2021

Etiquettes : Maroc, Etats-Unis, accords Abraham, normalisation, PJD, Sahara Occidental,