Algérie : Nuit de cauchemar à Beni-Slimane

Plusieurs morts et d’importants dégâts matériels

Les pluies diluviennes qui se sont abattues dans la soirée de lundi sur la wilaya de Médéa et de façon plus intense sur la partie Est du Titteri ont été à l’origine de pertes humaines et de gros dégâts matériels notamment dans la commune de Beni-Slimane.

Selon un premier bilan, on a d’abord déploré la mort de deux personnes dont un homme de cinquante ans et une fillette de 13 ans. Cette dernière était une élève interne de l’école des sourds-muets de Beni-Slimane.

Le bilan s’alourdit

Malheureusement, deux autres corps sans vie de deux hommes âgés de 45 et 50 ans au niveau du village ont été repêchés par les éléments de la Protection civile dans la périphérie de Beni-Slimane après avoir été emportés par les eaux de l’oued Boukraâ dont la crue a complètement inondé la ville de Béni-Slimane et les localités avoisinantes. Les recherches se poursuivent et le bilan demeure provisoire.

Béni-Slimane ville sinistrée

Beni-Slimane pleure ses morts et n’est pas au bout de ses peines. De nombreux dégâts matériels sont enregistrés. Un nombre considérable de véhicules ont été endommagés (116 voitures touristiques, 2 ambulances et 3 camions), des commerces complètement inondés et des marchandises emportées par les eaux ou encore complètement abîmées. Des effondrement partiels de plusieurs bâtisses ont été notés en l’occurrence au niveau de l’école des sourds-muets de Béni-Slimane et de l’hôpital. Des têtes de bétail ovin ont succombé après l’effondrement d’une bergerie.

Importante mobilisation

Une cellule d’urgence a été installée par le chef de l’exécutif qui a ordonné l’intervention immédiate au niveau des localités touchées par les inondations et les crues.Toutes les instances militaires et civiles habilitées, à leur tête la Protection civile ainsi que les équipes d’intervention contre les catastrophes naturelles sont en alerte et interviennent pour venir en aide aux populations sinistrées dont celles de Beni-Slimane, Berrouaghia, Sidi-Naâmane, Azizia, Bouskène, Souaghi, Ouled-Brahim.

Une délégation ministérielle dépêchée

Suite à cette péripétie, plusieurs ministres dont ceux de l’Intérieur et des Collectivités locales, de l’Urbanisme, de la Solidarité et des Travaux publics se sont déplacés sur les lieux pour constater l’ampleur des dégâts, rassurer et prendre en charge les familles et les personnes sinistrées. Des promesses ont été faites par les ministres qui ont présenté leurs condoléances aux familles endeuillées, quant à une prise en charge adéquate et une indemnisation des citoyens touchés par ces inondations.

Témoignages, réactions et doléances des citoyens

En état de choc et de désarroi et très en colère, plusieurs personnes ont soulevé le problème des crues et ont appelé à ce que des solutions radicales soient trouvées à cet aléa qui menace perpétuellement leurs vies. Dans ce sens, notons que des travaux de réhabilitation de l’oued Boukraâ ont été effectués sur une berge de ce cours d’eau mais ceux de l’autre rive n’ont pas encore été effectués.
Des citoyens ont demandé avec insistance d’être indemnisés sans délai en l’occurrence ceux qui ont perdu leurs véhicules ainsi que les commerçants qui réclament de leur côté un dédommagement immédiat.

Un élan de solidarité sans pareil

Hormis les instances officielles, des volontaires parmi les citoyens et les associations ont grandement contribué à venir en aide aux sinistrés et ont été d’un grand réconfort moral et matériel pour tout ceux qui en avaient besoin.
Des actions de bienfaisance et des dons ont aussitôt commencé à affluer en direction des familles sinistrées qui ont été vraiment choquées par ce qui leur est arrivé surtout en plein mois de Ramadhan.
M. L.

Le Soir d’Algérie, 05 mai 2021

Etiquettes : Algérie, inondations, Médea,