Air France-KLM s’enfonce un peu plus dans le rouge, la reprise européenne tardant à venir

Les ventes d’Air France-KLM (AIRF.PA) ne montrent pour l’instant que peu de signes de la reprise des voyages qu’il espère toujours voir se produire d’ici l’été, a déclaré jeudi le groupe aérien, qui a affiché une perte d’exploitation plus importante au premier trimestre.

Le groupe a également confirmé son intention de lever davantage de capitaux dans les mois à venir, une perspective qui a pesé sur ses actions. Le titre a chuté de 1,1% à 4,51 euros à 0850 GMT, soit moins de la moitié de son pic de 9,81 euros atteint au début de l’année dernière avant la crise.

Air France-KLM prévoit d’opérer 50% de sa capacité de vol pré-pandémique au deuxième trimestre en cours, pour remonter à 55% à 65% en juillet-septembre.

« Nous attendons de voir les premiers effets de la vaccination », a déclaré Frédéric Gagey, directeur financier. La demande ne montre « aucune amélioration notable jusqu’à présent », a-t-il ajouté, les clients attendant souvent de réserver à la dernière minute.

Alors que le rebond des marchés intérieurs américain et chinois profite déjà aux compagnies aériennes de ces pays, les transporteurs européens attendent que le déploiement plus lent des vaccins dans la région cède la place à des restrictions plus souples et à une reprise attendue.

La semaine dernière, Lufthansa (LHAG.DE) a réduit ses prévisions de capacité pour 2021, tout en réduisant sa perte au premier trimestre grâce à une réduction de 19 % de ses effectifs. La société mère de British Airways, IAG (ICAG.L), publie ses résultats trimestriels vendredi. en savoir plus

La perte d’exploitation s’est creusée à 1,18 milliard d’euros (1,42 milliard de dollars) contre 815 millions au premier trimestre 2020, qui n’avait été que partiellement affecté par la pandémie. Le chiffre d’affaires a chuté de 57% à 2,16 milliards d’euros.

« Les résultats du premier trimestre ont montré l’impact d’une demande déprimée face aux lockdowns et aux restrictions de voyage en cours », a déclaré Gerald Khoo, analyste de Liberum.

BESOINS DE FINANCEMENT

Le groupe, qui a bénéficié l’an dernier d’un plan de sauvetage de 10,4 milliards d’euros soutenu par l’État, a levé 1 milliard d’euros lors d’une émission d’actions en avril, au cours de laquelle l’État français a doublé sa participation à 28,6 %.

Il a également converti un prêt du gouvernement français de 3 milliards d’euros en capital hybride et cherche à obtenir l’approbation de l’Union européenne pour la conversion d’un milliard d’euros de soutien néerlandais. La branche néerlandaise KLM a déclaré jeudi qu’elle n’aurait pas besoin d’injections de liquidités supplémentaires. en savoir plus

Air France-KLM prévoit néanmoins de lever des capitaux supplémentaires dans le cadre d’un processus qui, selon son directeur financier, verra la dette et le soutien de l’État « progressivement transformés en produits crédibles sur le marché ».

D’ici là, l’attention des investisseurs « restera focalisée sur son bilan, la mise à jour d’aujourd’hui confirmant (que) des financements supplémentaires coûteux et/ou une nouvelle dilution pour les actionnaires existants sont imminents », a déclaré Mark Simpson, analyste chez Goodbody.

La perte nette s’est réduite à 1,48 milliard d’euros, contre 1,8 milliard un an plus tôt, ce qui incluait un important déficit lié à la couverture du carburant alors que le trafic s’effondrait. La dette nette a augmenté de 1,5 milliard d’euros sur le trimestre pour atteindre 12,5 milliards au 31 mars, alors que les liquidités et le crédit disponible s’élevaient à 8,5 milliards d’euros.

Gagey, 64 ans, devrait prendre sa retraite à la fin du mois de juin et sera remplacé dans le rôle du groupe par l’actuel directeur financier d’Air France, Steven Zaat, a annoncé la compagnie jeudi

Reuters, 06 mai 2021

Etiquettes : Air France, KLM, voyages, vols, tourisme, fermeture des frontières, covid 19, coronavirus, pandémie,